Page d’accueil

dimanche 11 décembre 2016

Messieurs Bouteflika et Sellal : Vous avez tué un jeune blogueur ! Vous êtes des assassins !

Mohamed Tamalt est mort : il sera allé jusqu'au bout de sa résistance, jusqu'au bout de votre intransigeance de dictateur grabataire, M. Bouteflika. Qui ignorait qu'il était en grève de la faim ? Vous et vos juges ripoux, vous et vos hommes du déshonneur, avez laissé un homme périr pour votre orgueil. Retenez bien la photo de Mohamed Tamalt, c'est celle que l'on gardera de vous, c'est celle qui résumera vos 20 ans de règne destructeur, nombrilique, stérile... Mais l'essentiel est que vous soyez en vie, vous, à l'âge de 80 ans, n'est-ce-pas ? En vie pour encore sévir, pour encore tuer d'autres Mohamed Tamalt. Il a payé à la place des voleurs que vous avez couverts, ceux qui ont dilapidé l'argent du peuple, de Mohamed Bouricha à Chakib Khelil et qui ne connaîtront jamais les affres de la grève de la faim, ni les tortures de la prison.
Vous saviez que Mohamed Tamalt souffrait d'un diabète, mais vous avez laissé faire ! Honte à ceux qui se sont prêtés à cette triste besogne, honte au ministre de la Justice, ou de cette plaisanterie que vous appelez justice, qui a si promptement innocenté le voleur Chakib Khelil, mais oublié Tamalt dans son cachot ! Honte au ministre de la Communication qui s'est tu, honte à cette corporation qui a préféré regarder ailleurs pendant qu'un homme enfermé pour avoir publié des dessins et des articles sur Facebook, s'éteignait lentement, à l'insu du monde. Vous avez tenu à ce que l'insolent blogueur paye jusqu'au bout pour "atteinte à la vie privée" et "diffamation" à l’encontre du président de la République. La vie privée du
Il l'a fait.
Vous l'aviez condamné à mort et exécuté la sentence. Aux yeux de Dieu comme aux yeux des hommes, vous resterez à jamais comme l'exécuteur d'un jeune Algérien qui n'avait fait que remplir sa page Facebook.
Aucune grande mosquée ne rachètera l'homicide que vous venez de commettre !


leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire