Page d’accueil

dimanche 14 décembre 2014

Un baril sur l'échelle de Richter

Au dessus de 100 dollars, tout va bien, le Président peut s'acheter un avion pour lui et son frère, tripler le budget de la Présidence et augmenter les salaires des députés. A 100 dollars, l'Etat peut encore financer des prêts Ansej non remboursables à n'importe quel jeune qui peut le prouver et des logements gratuits pour en céder une partie aux enfants des walis. Mais à 90 dollars, Saadani s'installe définitivement en France et monte un parti d'opposition à partir de Neuilly.
A 80 dollars, les subventions sur la semoule sont supprimées, le pain passe à 50 DA, ce qui provoque des émeutes un peu partout pendant que Sellal explique qu'il faut manger des croissants. A 70 dollars, les anciens moudjahidine manifestent et avouent qu'ils n'ont pas tous fait la guerre mais promettent qu'ils feront la prochaine contre le gouvernement. A 60, le DRS se reconvertit en club de football et le Président annonce qu'il est fatigué, pas vraiment en état de gouverner et veut rentrer chez lui.
L'info ne fait même pas la une, le Président rentre chez lui en bus de nuit, son avion ayant été confisqué et vendu à une compagnie libyenne. A 50 dollars, El Hamel licencie 100 000 policiers qui montent aussitôt au maquis rejoindre le RND. Benyounès, le ministre du Commerce, vend son ministère sur internet à un groupe qatari et s'enfuit en Mongolie. A 40 dollars, le PDG de Sonatrach annonce pouvoir créer de l'énergie à partir de gaz de sable, mais il est kidnappé et aussitôt revendu à bas prix sur le marché aux dindes de Hattatba.
A 30, la Kabylie fait sécession, de même que le M'zab, le Hoggar, la région de Touggourt-Ouargla, la rue Didouche et le Club des Pins, qui se reconvertit en centre de loisirs et paradis fiscal international. Gaïd Salah, après avoir perdu 30 kilos, appelle à l'unité, mais c'est trop tard. Les soldats sont déjà tous partis en harraga dans des sous-marins militaires vers la Sardaigne.
Chawki Amari Elwatan
leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire