Page d’accueil

lundi 22 décembre 2014

LAGHOUAT : Des enfants meurent en silence à l’hôpital Dr Saâdane

Dans un communiqué rendu public, la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (Laddh), bureau de Laghouat, a endossé l’entière “responsabilité aux dirigeants et au corps médical et paramédical pour leur implication directe dans la situation catastrophique dans laquelle se trouve cet établissement hospitalier’’. Plusieurs enfants y ont trouvé la mort “dont deux cas le 14 et le 16 décembre 2014’’, selon ce communiqué. Alertée par plusieurs plaintes de parents de nouveau-nés et de citoyens désemparés, cette ONG a qualifié la situation qui prévaut à l’hôpital Dr Saâdane de Laghouat, de cauchemardesque, invivable et désastreuse. Désemparé, un des parents de l’enfant décédé le 16 décembre 2014 étaient contraint de recourir quatre fois de suite à des médecins du secteur privé sans que cela puisse empêcher la mort de son enfant, lit-ton dans le communiqué avant de qualifier la situation d’alarmante “caractérisée par le manque d’effectif, de soins et de suivi médical et le manque de médecins de garde’’. Chaque mois, le déficit en médecins conjugué à une mauvaise répartition du volume horaire des quelques médecins en fonction, laisse cette structure sanitaire sans médecin pendant 10 jours, selon le communiqué de la Laddh. Ce qui n’est pas sans conséquences sur la santé des enfants hospitalisés. Par ailleurs, l’ONG n’a pas manqué de souligner l’urgence de dépêcher sur les lieux, une commission d’enquête ministérielle pour mettre fin à la situation et la nécessaire réhabilitation du service de pédiatrie à l’hôpital Ahmida-Ben-Adjila de Laghouat.

BOUHAMAM AREZKI LIBERTÉ
leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire