Page d’accueil

mercredi 24 décembre 2014

La police empêche un rassemblement de soutien au journaliste Abdessami Abdelhaï à Alger

Le rassemblent prévu, ce mercredi devant la maison de la presse Tahar Djaout à Alger, n’a pas drainé la foule. Ils étaient à peine une vingtaine de personnes à y répondre présent, pour demander « la libération » du journaliste Abdessami  Abdelhaï, détenu sans jugement, depuis août 2013 à la prison de Tébessa. 

Les manifestants qui se sont retrouvés, vers 13h00 à l’intérieur de la maison de la presse Tahar Djaout, ont été empêchés par les agents de la police de sortir dans la rue. Les journalistes venus couvrir la manifestation ont été également empêchés de faire leur travail sous prétexte de « gêner la circulation sur le trottoir ». 

« Vous protégez vos maîtres », lance une manifestante à l’adresse des policiers qui la repoussaient. Un autre manifestant a, quant à lui, reprochés aux professionnels des médias d’avoir « abandonné » leur confrère. « Abdessami croupit en prison depuis 16 mois. Tout le monde l’a oublié. Je ne sais pas pourquoi. Je sais seulement que à travers sa détention c’est le principe de la citoyenneté qui est bafoué et la corporation des journalistes doit réagir », déclare le journaliste Djaafer Kheloufi.

Avis partagé par Djilali Harfouche, qui a estimé que « les journalistes doivent se mobiliser pour que notre confrère bénéficie d’un procès juste et équitable. Si on reste les bras croisés, aujourd’hui c’est Abdesamai Abdelahi demain ça sera le tour pour d’autres journalistes ».

Pour sa part, le journaliste Abdelouakil Blam explique: « Nous avons tenu ce rassemblement pour dénoncer la détention abusive d’un citoyen et d’un journaliste innocent, et ce, depuis près d’un an et demi sans qu’il ne soit jugé  ». Il n’a pas manqué de dénoncer le principe de « deux poids deux mesures » adopté par la justice algérienne en relevant que « ceux qui ont aidé Chakib Khalil à fuir sont à El Mouradia (siège de la présidence ndlr) et celui qui est accusé d’avoir aidé Hichem Aboud est en prison ».



Outre les journalistes, la manifestation a vu la participation de plusieurs membres du mouvement Barakat.

Le journaliste Abdessami  Abdelhaï a été accusé d’avoir aidé le directeur de la publication du quotidien Mon Journal, Hicham Aboud, à quitter l’Algérie via la frontière tunisienne en octobre 2013. Le détenu a entamé une grève de la faim le 5 novembre dernier pour demander un procès équitable.

Farouk Djouadi Elwatan
leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire