Page d’accueil

mercredi 17 décembre 2014

La LADDH dénonce : « Des bébés meurent dans l’indifférence »

La Ligue pour la défense des droits de l’homme a réagi aujourd’hui pour dénoncer les décès de nouveau-nés dans un hôpital de Laghouat. Par Naziha Sadki

Des bébés meurent en silence à l’hôpital Docteur Sâadane de Laghouat. La Ligue pour la défense des droits de l’Homme tire aujourd’hui la sonnette d’alarme suite aux décès de plusieurs nourrissons. La LADDH fait état de la mort de deux bébés, aujourd’hui et dimanche.
« La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme considère que la responsabilité incombe aux dirigeants et au corps médical et paramédical pour leur implication directe dans la situation catastrophique dans laquelle se trouve cet établissement hospitalier. Une situation qui a provoqué la mort de plusieurs enfants dont deux cas le 14 et le 16 décembre 2014 », précise la LADDH dans un communiqué.
Selon Yassine Zaïd, représentant local de la ligue, l’hôpital Docteur Sâadane fait face à un manque flagrant de médecins. « Il n’y a que deux médecins dans cet établissement hospitalier. C’est dramatique, puisqu’ils ne peuvent assurer une présence continue et suivre les parturientes et les nouveau-nés. En 2014, des bébés meurent dans l’indifférence », explique le militant des droits de l’Homme.
La détresse des parents est telle qu’ils sont obligés de recourir aux services de médecins privés à l’intérieur même du service maternité. « Le papa qui a perdu son bébé aujourd’hui a dû ramener des spécialistes privés à quatre reprises pour tenter de sauver son enfant. C’est une situation dramatique absolument intolérable », dénonce Yacine Zaïd.
La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme exige du ministère de la Santé de déclencher une enquête pour déterminer les responsabilités dans la gestion administrative et médicale de cet établissement. Malgré les milliards de dollars engrangés ces dernières années par l’Algérie, les autorités sont toujours incapables de mettre à dispositions de la population des structures de santé publique de qualité.

N.S IMPACT24
leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire