Page d’accueil

jeudi 14 août 2014

Sonelgaz déclare la guerre à ses syndicalistes


 
 Noureddine Bouterfa, PDG du groupe Sonelgaz.

«Dès qu'on a franchi le seuil de 4 sections syndicales à travers les différentes directions, le harcèlement et les pressions ont commencé et ce, sans épargner aucune filiale ». Ce qui constitue « une atteinte grave aux libertés syndicales ».

Le syndicat national autonome des travailleurs de l’électricité et gaz- Sonelgaz (SNATEG) a dénoncé, dans un communiqué rendu public hier mardi, un « harcèlement et des dépassements très graves », à l’encontre des syndicalistes du groupe Sonelgaz.
La direction du groupe Sonelgaz « a déclaré une sale guerre »  contre les syndicalistes dès qu’elle a su que des sections syndicales allaient être installés, a précisé le  syndicat. Ce qui constitue « une atteinte grave aux libertés syndicales ». Joint par téléphone, Bendief Boualem secrétaire général du syndicat,  explique : "dès qu'on a franchi le seuil de 4 sections syndicales à travers les différentes directions, le harcèlement et les pressions ont commencé". "Moi-meme je suis victime de pressions au point où on ne m'a pas permis de partir en congé, alors j'ai pris plutot un congé maladie", relate notre interlocuteur. "J'ai entamé une action en justice contre la direction de distribution dans la wilaya de Tlemcen où je travaille", a-t-il enchainé.
Notre interlocuteur regrette le fait de ne pas pouvoir exercer pleinement sa liberté syndicale : "c'est très dommage que pour des intérets personnels dans le groupe , le devenir socioprofessionnel de plusieurs syndicalistes soit ainsi gravement menacé".
En tous cas, poursuit Bendief, "on n' a pas poursuivi l'installation des sections syndicales de peur de voir d'autres travailleurs exposés à des pressions".

La direction du groupe public du gaz et d’électricité, selon la même source, a pris des « mesures disciplinaires arbitraires contre tous les employés qui ont osé faire référence au  nom du syndicat autonome… ». Pas moins de 37 syndicalistes sont touchés par ces mesures disciplinaires «  arbitraires ». Certains d’entre eux ont été « licenciés » et les autres « privés de salaire pendant une période allant d'une semaine à deux mois », lit-on dans le communiqué. 

Le syndicat s’interroge :  « avec de tels dépassements, Sonelgaz se considère-t-il comme un empire qui n’est pas soumis aux lois de la République ? ».
Nous avons essayé, à plusieurs reprises,  de contacter Sonelgaz afin d'avoir des explications par rapport à ce communiqué, mais toutes nos tentatives se sont avérées vaines.
Pour visualiser le communiqué, cliquez sur l'image suivante :
Heberger image
Hamida Mechaï Elwatan
leBloggers

1 commentaire:

  1. maintenant SPE VOLE 11 JOURS DE LA PAYE DE SES AGENTS AVRIL-MAI 2015

    RépondreSupprimer