Page d’accueil

lundi 6 janvier 2014

Une famille algérienne expulsée de son domicile à Oran suite à une plainte déposée par des anciens colons français



C’est une affaire qui ne cesse de défrayer la chronique et soulève l’indignation générale à Oran, à plus de 400 Km de la capitale Alger. Une famille algérienne, la famille Haddad, résidant dans un immeuble situé à la rue Kimburn, vient d’être expulsée manu militari suite à une plainte déposée par une association culturelle, prénommée  «l’assemblée du Dieu d’Oran», agréée en 1955, c’est-à-dire du temps du colonialisme, et dont les membres sont des anciens colons. 
A Oran, le bureau local de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH), a pris cette affaire en main et a dénoncé un véritable scandale qui porte quasiment atteinte à la souveraîneté de l’Algérie. En effet, la LADDH ne comprend pas comment 52 ans après l’Indépendance, une famille algérienne est expulsée de son domicile pour une plainte déposée par des anciens colons. “Les forces de l’ordre qui sont venues en renfort expulser cette famille savaient-elles que cela fait suite à une plainte d‘une association qui fait comme si nous étions en pleine colonisation ?”, s’est interrogé Kaddour Chouicha, le président du bureau d’Oran de la LADDH.
Selon ce dernier, la justice algérienne  a fait preuve d’une attitude honteuse en acceptant la plainte déposée par cette associations d’anciens colons français. Celle-ci a poussé “l’outrecuidance à adresser après les années 2000 une procuration pour dépôt de plainte avec l’en tête de l’association comme si l’on était en 1955″, s’est indigne la LADDH d’Oran qui ne manque pas de dénoncer un soutien politique affiché clairement par les autorités algériennes pour “le retour du colon” dans notre pays !
Kaddour Chouicha a rappelé à ce sujet que le comité des droits de l’homme de l’ONU avait déjà traité cette “lors de la quatre vingt-huitième session en 2006 (référenceCCPR/C/88/D/1424/2005) le même type de plainte et l’a déclaré irrecevable”. Que s’est-il donc passé pour que la justice algérienne donne une suite favorable à une plainte d’anciens colons ? Pour répondre à cette question, la LADDH relève que les autorités Algériennes sont devenues “soucieuses de ne pas froisser la France” et “n’osent pas prendre la décision de souveraineté qui sied pour ces affaires”.  Cependant, tout n’est pas encore perdu pour cette famille algérien car d’après Haddad Abdennaceur, l’un des membres de cette famille, le nouveau  wali d’Oran, Zaâlane Abdelghani, aurait pris la décision de protéger ces biens de l’Etat algérien et aurait promis de s’opposer à cette opération d’expulsion. Mais pour l’heure, rien d’officiel n’a été décidé et la décision de justice demeure toujours défavorable à la famille algérienne.
Dans ce contexte, la LADDH craint que cette affaire ouvre la voie à un trés grand nombre d’expulsions si la situation reste en l’état actuel car d’autres pieds-noirs pourraient être incités à fonder d’autres associations “pour revendiquer une partie des richesses de l’Algérie”, s’inquiète la LADDH qui lance, en dernier lieu, cette lancinante question : “Pourquoi aussi les descendants Algériens des enfumés, des irradiés, des déportés, des torturés, des assassinés de la période de la colonisation n’en feraient il pas de même ?”

leBloggers

3 commentaires:

  1. la justice qui a rendu le verdict est la justice d'outre mer de pieds noirs qui dicte ses lois, le verdict devrait mentionné au début au nom de la république française au
    lieu république algérienne, même la résidence de la présidence algérienne logiquement suit le même sort puis quelle remonte avant l’indépendance et le président algérien se fera expulsé par francois hollande étant donné que l’Algérie était française et que valent les lois algériennes devant la France qui dirige le pays par l'intermediaire d'une mafia qui ne dit pas son nom.

    RépondreSupprimer
  2. une association religieuse qui expulse une famille en plein
    hiver? dans quel livre a saint il est permis de procéder a de tel acte pareil ? au nom de quel religion? les gestes évangélistes qui prétendent prêcher l’évangile d'expulsion
    de pauvres gens? sinon un groupe de gens dangereux mafieux qui agit sous le nom d'association religieuse pour spéculer sur les biens immobiliers; pourquoi les représentants de l’église reconnu ne se manifestent pas pour apporter des éclaircissements justes ne sagit il pas de la crédibilité de leurs missions évangéliques qui prônent le pardon la foi d'humanisme,l'opinion nationale et internationale est a l’écoute.

    RépondreSupprimer
  3. vous n'avez rien vu messieurs moi propriétaire d'une maison que feu mon père à acheter en 1936 après 1962 il y avait 04 locataires avec le temps celui qui avait 1p cuisine à acquit un logement individuel de 03pièces cuisine et n'a pas voulu me restituer mes clés il à fallu passer devant la justice quand la justice était encore je dirais juste le fait qu'il avait un logement lui à valu de me rendre simplement mes clés ce qui est juste. le pire c'est que j'ai un 2em locataire et profitant à ce que les héritiers n'habite pas dans leurs bien mais distant de 100km le locataire profitant du décès du grand frère des héritiers aménagea une pièce en magasin avec registre de commerce truqué se faisant passer pour propriétaire suivant sommation interpéllative d'huissier de justice délégué par la justice ,il à fallu 05 ans radier ce registre entre temps L'OPGI donne à ce locataire un F4 je le fais passer en justice pour récupérer mon bien eh bien cette fois on me fis savoir que sa ne passe pas comme avant puisque mon locataire c'est sa nièce qui fait avocate défendeur et le frère de l'avocate est procureur dans une autre wilaya donc vraiment ce n'est pas de la blague mais j'ai perdus mon procès même devant la cour suprême alors maintenant je ne peux pas reprendre mon bien qui est vide mais en plus on me paye pas le loyer depuis 1985 et on vous dit sèchement allez voir même BOUTEFLIKA vous ne l'aurais pas ce logement j'ai écris au président il m'as répondu en me posant une question que vous on dit les responsables que vous m'avez cité et à moi de répondre ils m’ont dit qu'il faut voir plus haut c'est à dire la cour suprême qui à son tour m’a débouté maintenant la question que va devenir mon bien et qui le commande dans la charte il est stipulé que la propriété privé est garantit par la loi alors qu'en est il de mon bien.

    RépondreSupprimer