Page d’accueil

mardi 1 octobre 2013

Face au régime algérien, un compromis politique pour le dépasser s’impose

Face au régime algérien, qui a mis notre pays sur le chemin du chaos et qui a déjà cassé tout ce qui peut faire encore une Algérie forte et confiante pour son avenir, je pense qu’il est de notre devoir à toutes et tous de nous mettre à assumer nos responsabilités, devant l’histoire et devant notre peuple.
Toutes celles et tous ceux qui se considèrent comme étant en dehors du giron du régime actuellement en place doivent passer à l’étape suivante de leur activité politique. Ils s’agit de commencer à travailler pour un COMPROMIS POLITIQUE qui vise à rassembler un maximum d’algériens disposés à aller au-delà du régime, de sa philosophie foireuse, et de son agenda stérile, pour installer une vraie République, un vrai État de droit et une vraie démocratie.
Le moment est venu pour discuter les termes de ce compromis, et , à mon avis, ne compteront pour sérieux que celles et ceux qui feront un pas en avant dans cette direction ainsi décrite.
C’est aussi sur ce point, que l’on peut évaluer le sérieux des gens qui se prétendent opposants et soucieux de l’avenir de notre cher pays.
Sans cette démarche, et cette posture de non assistance à (notre) pays en danger nous rend donc tous responsables individuellement et collectivement de la situation actuelle et de ses conséquences.

Samir 30 09 2013
leBloggers

2 commentaires:

  1. il s'agit là d'une réaction morale, viscérale, émotionnelle. Pas politique. Pour qu'il y ait un " compromis politique ", il faut que les conditions soient réunies. D'abord, et en premier lieu l'isolement des extrémistes qui débordent et empiètent sur les espaces de toutes les mouvances politiques existantes. Il faut ensuite que les Partis dis ou prétendus/autoproclamés d'opposition soient vraiment oppositionnels et ne laissent pas le "monopole d'opposition" aux extrémistes de tous bords. Ce qui passe par la prise de conscience de l'existence d'un " Ennemi commun ", le Régime militaro-mafieux en l'occurence, qui est le mal originel, l'origine du mal, le démiurge, la cause principale de tous les maux et fléaux....

    RépondreSupprimer
  2. On a l'impression bizarre que vous vous êtes fait HANOUNisé le cerveau !
    La démocratie ? C'étaient 21000 pourris qui possédaient 400 000 esclaves !
    L'état de droit ? Où ça sur Terre ? Les gens du Sud entendent "droits humains" toute la journée par des gens qui les payent 5 fois moins en Tunisie à 20 fois moins au Cameroun !
    LA SEULE SOLUTION c'est de former des groupes de 25 et de désigner des DELEGUES DE BASE, puis de conseil, puis députés, puis nationaux, internationaux et mondiaux !
    La DGR !
    Croire aux VOTES c'est ROULER POUR LA BOURGEOISIE ESCLAVAGISTE !

    RépondreSupprimer