Page d’accueil

lundi 15 juillet 2013

Epinglée par UN Watch comme un pays particulièrement répressif : l’Algérie n’est pas admise à la Commission des droits de l’homme

UN Watch, une organisation non gouvernementale basée à Genève, a épinglé hier l’Algérie en tête de la liste de «la honte», la décrivant comme l’un des pires pays qui violent les droits de l’homme dans le monde.
L’organisation révèle qu’elle entend surveiller la situation des droits de l’homme dans ce pays et suivre les actions des Nations unies concernant cette question.
Un Watch a remis un  rapport détaillé contenant une objection officielle quant à l’intégration de l’Algérie au sein du Conseil des droits de l’homme, des Nations unies.
UN Watch s’oppose radicalement au souhait de l’Algérie, à l’instar d’un certain nombre de pays, tels que l’Iran, la Syrie, l’URSS, la Chine, l’Arabie Saoudite, le Tchad, le Vietnam et enfin Cuba, qui restent les pays les plus irrespectueux des droits de l’homme à sièger au sein du Conseil des droits de l’homme aux Nations unies  durant les travaux de novembre prochain à New York, à l’issue desquels la demande d’adhésion de l’Algérie au dit conseil fera l’objet d’une étude et d’un suivi de la  part des pays occidentaux, avec à leur tête la France et la Grande-Bretagne. Le communiqué officiel détaillé de UN Watch, dont Jaridati possède une copie, révèle que l’Algérie se trouve en tête des pays en course pour son adhésion au Conseil des droits de l’homme.
Viennent ensuite les pays classés comme suit selon le communiqué : le Tchad, le Maroc, la Namibie, le Sud-Soudan, la Tunisie tandis que l’Iran est classée en tant que pays dont l’adhésion n’a pas été encore confirmée au même titre d’ailleurs que la Syrie, qui est le théâtre d’une guerre civile et d’échanges polémiques autour d’accusations de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.
Le directeur exécutif de UN Watch, Heal Neweez, a ajouté en outre que cette pléiade de pays qui ont émis le souhait d’intégrer le Conseil onusien des droits de l’homme est tout simplement une catastrophe. Car je ne vois pas comment intégrer des pays qui violent sans cesse les libertés et les droits de l’homme  à une organisation qui est censée  les protéger.
Donc, l’organisation HCR a entamé des discussions avec les partis d’opposition  ainsi que les ONG d’un certain nombre de pays afin de barrer la route à leurs gouvernements et leur interdire de sièger au Conseil des droits de l’homme.
Le Directeur de HCR, personnalité américaine d’origine juive, a déclaré notamment que «les pays tels que l’Algérie, l’Arabie Saoudite, la Chine, l’URSS et Cuba ont un dénominateur commun, à savoir la violation constante des droits de leurs citoyens... Ces pays entravent également les initiatives démocratiques au sein de l’ONU». 
Neweez va plus loin en affirmant qu’on doit mettre les pays cités dans «la liste de la Honte» aux bancs des accusés, et considère que leurs gouvernements respectifs ne sont pas encore disposés à intégrer le Conseil onusien. Notons enfin que Human Rights Watch est une organisation non gouvernementale basée à Genève, fondée par l’ancien ambassadeur US auprès des Nations unies Maurice B. Abraham, qui est également diplomate et un activiste des droits de l’homme. De même qu’il fait figure d’un grand leader au sein de la communauté juive aux Etats-Unis.
 
leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire