Page d’accueil

mercredi 5 juin 2013

La grève de la faim dans les bases de vie de Sonatrach à Hassi R’mel se poursuit

La grève de la faim déclenchée jeudi dernier par les travailleurs de trois sociétés qui fournissent des prestations de restauration dans les bases de vie de Sonatrach à Hassi R’mel (Laghouat) se poursuit et le mouvement se durcit.
Les grévistes continuent à souffrir en silence, dénonce, ce mercredi 5 juin, Fouad Djida, leur porte-parole, dans une déclaration à TSA. « Trente grévistes ont été hospitalisés depuis le début du mouvement, souffrant, entre autres, de chute de tension », indique-t-il.
Près d’une semaine après le début du mouvement, les trois entreprises privées de catering (Septal, Bayat, Saha) n’ont toujours pas invité les grévistes au dialogue. Les responsables des ressources humaines ne les ont appelés que pour les menacer, assure la même source. « Nous avons reçu aujourd’hui des mises en demeure. Si on ne rejoint pas nos postes, on sera licenciés », dit M. Djida.
Mais les travailleurs, qui tiennent un sit-in ouvert devant le complexe industriel de Sonatrach, sont toujours déterminés à poursuivre leur grève, selon lui. « Même si les sociétés ont fait venir des travailleurs de Hassi Messaoud pour nous remplacer », souligne-t-il.
Plus de mille employés dans les bases de vie de Sonatrach à Hassi R’mel ont entamé, dans la soirée du jeudi 30 mai, une grève de la faim pour exiger notamment « l’application de la directive du Premier ministre concernant une augmentation des salaires de 80% », « l’effet rétroactif de l’augmentation des salaires de base depuis 2009 » et la création d’une section syndicale.
La grève de la faim dans les bases de vie de Sonatrach à Hassi R’mel se poursuit  

Hadjer Guenanfa TSA
leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire