Page d’accueil

dimanche 10 mars 2013

Communiqué MDHC concernant la répression et l'arrestations de militants du MAK aujourd'hui à Tizi-Ouzou




DECLARATION


Trente trois années après l’interdiction, par les autorités locales, de la conférence que devait animer feu M. Mammeri sur "les Poèmes Kabyles Anciens", le 10 mars 1980, à l’Université de Tizi-Ouzou , la Maison des Droits de l’Homme et du Citoyen  de Tizi-Ouzou(MDHC-TO) a appris, avec consternation, l’interpellation de citoyens, majoritairement militants du Congrès Mondial Amazigh (CMA) et du Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK), alors qu’ils observaient un sit-in à la commémoration de cette date qui avait mis le feu aux poudres de ce qui sera connu, depuis, comme   "le Printemps Amazigh" et pour "dénoncer la confiscation des libertés publiques dans cette région du pays".

A cet effet, et faisant remarquer le caractère pacifique du rassemblement, la MDHC-TO, structure légale de la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) :

  -dénonce,  avec vigueur,  ces  arrestations musclées de ces militants,
  -s’élève contre le caractère récurrent de ces interpellations
  -et exige la libération immédiate  et sans conditions des treize personnes arrêtées.


Le Coordinateur de la MDHC-TO,                                                                                           Arezki Abboute                                                                                                                       Tizi-Ouzou, le 10 mars 2013.
                                                       
leBloggers

2 commentaires:

  1. Par principe, il faut dénoncer toutes les atteintes aux libertés politiques, syndicales, culturelles et autres. Même si on n’a pas tous les éléments pour le moment, les tenants et les aboutissants de cette opération répressive. Le dire ainsi n’set pas du tout excessif, car par le passé, plus exactement dans les années 80, la Sécurité militaire avait utilisé la « case prison » pour « zaimiser et héroïser » certains « agitateurs politiques », propulsés par la suite au devant de la scène et sponsorisés, en leur octroyant des moyens financier et médiatiques important, ayant abouti à ce qu’on connait depuis 1989 : « le façonnage artificiel du champ politique et médiatique »….

    Le Régime militaire a toujours usé de ce « jeu de billard » en utilisant les uns contre les autres, et aboutir ainsi à la neutralisation quasi-totale de l’Opposition démocratique. Et par-dessus tout, en instrumentalisant les « extrémistes de tous bords » (islamistes, baassistes, séparatistes, régionalistes) pour faire en en sorte que « l’écartement des positions vers les extrêmes » rende impossible la « ligne médiane, les compromis et consensus » pouvant aboutir à la fondation d’un Front ou Pôle capable d’affronter directement et radicalement les Généraux prédateurs et criminelles et leur système de domination (...).

    Bien que non agrée, le MAK agit librement, organise manifestations et meetings. Ses mises en cène, production de discours, manifestations et agissement, prises de positions et mots d’ordre , décryptés par le biais des instruments et catégories de l’analyse politique concrète indiquent bien que ce mouvement s’inscrit da la « stratégie délibérée » des Maitres du DRS qui visent à « l’achèvement, au point de non-retour » de « l’isolement-division-séparation de la Kabylie »…..Le chef autoproclamé « président », accrédité » à Paris, multiplie les gesticulations et prises de positions éxtrémistes anti-nationales, ant-arabes, anti-musulmanes, pro-françaises, pro-israéliennes, pro-occidentales, bref.....tout ce qui "divises-isole-sépare" !

    RépondreSupprimer
  2. --texte revue & corrigé--

    Par principe, il faut dénoncer et condamner toutes les atteintes aux libertés politiques, syndicales, culturelles et autres. Même si on n’a pas tous les éléments pour le moment, les tenants et les aboutissants de cette opération répressive. Le dire ainsi n’est pas du tout excessif, car par le passé, plus exactement dans les années 80, la Sécurité militaire avait utilisé la « case prison » pour « zaimiser et héroïser » certains « agitateurs politiques », propulsés par la suite au devant de la scène et sponsorisés, en leur octroyant des moyens financiers et médiatiques importants ; une manœuvre qui a abouti à ce qu’on connait depuis 1989 : « le façonnage artificiel du champ politique et médiatique »….

    Le Régime militaire a toujours usé de ce « jeu de billard » en élevant les uns contre les autres, et, réalisant ainsi à la neutralisation quasi-totale de l’Opposition démocratique. En instrumentalisant les « extrémistes de tous bords » (islamistes, baassistes, séparatistes, régionalistes) pour faire en en sorte que « l’écartement des positions vers les extrêmes » rende impossible de trouver la « ligne médiane, les compromis et consensus » nécessaires à la fondation d’un Front ou Pôle capable d’affronter directement et radicalement les Généraux prédateurs et criminelles et leur système de domination (...).

    Bien que non agrée, le MAK agit librement, organise manifestations et meetings. Ses mises en cène, production de discours, manifestations et agissements, prises de positions et mots d’ordre , décryptés par le biais des instruments et catégories de l’analyse politique concrète indiquent bien que ce mouvement s’inscrit da la « stratégie délibérée » des Maitres du DRS qui visent à « l’achèvement, au point de non-retour » de « l’isolement-division-séparation de la Kabylie »…..Le chef autoproclamé « président », accrédité » à Paris, multiplie gesticulations et positionnements éxtrémistes, anti-nationaux, ant-arabes, anti-musulmans, pro-français, pro-israéliens, pro-occidentaux.....tout ce qui "divises-isole-sépare" ! Conformément aux veux, souhaits et directives des Généraux corrupteurs et manipulateurs qui sont derrière tous ces stratagèmes de « divisions, éparpillements, émiettement des forces contestataires »..…

    RépondreSupprimer