Page d’accueil

mercredi 27 février 2013

Après une manifestation devant le siège de l’Anem Laghouat : le bureau de la LADDH accuse la police d’avoir « torturé » des chômeurs

Le bureau de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH) à Laghouat accuse la police d’avoir « torturé » des chômeurs arrêtés le 20 février lors d’une manifestation. « La police, qui est censée protéger les citoyens, […] a matraqué des chômeurs, les a embarqués dans des commissariats. Elle a torturé sans considération pour obliger de jeunes chômeurs à signer des PV », dénonce, ce mercredi 27 février, l’organisation non gouvernementale, qui affirme suivre avec une « grande préoccupation l'utilisation des moyens d’intimidation exercés à l’encontre des jeunes protestataires ».
 
Les chômeurs ayant fait l’objet de tortures déposeront prochainement une plainte, selon Yacine Zaïd, président du bureau de la LADDH à Laghouat. « Mais on sait que les manifestants qui ont déposé des plaintes contre la police après les émeutes de janvier 2012 n’ont pas eu gain de cause », rappelle-t-il, avant d’ajouter : « Nous avons tous les documents [au bureau de la LADDH] »
 
Vingt-trois chômeurs ont été arrêtés le 18 février, lors d’une manifestation devant le siège de l’Agence nationale de l’emploi (Anem), organisée pour revendiquer leur droit au travail. Présentés le lendemain devant le procureur de la République, six personnes ont été placées sous mandat de dépôt et les dix-sept autres ont été relâchées. Les chômeurs font tous l’objet de poursuites judiciaires pour « attroupement non armé » et « destruction de biens d’autrui ». Prévu mardi, leur procès a été reporté au 5 mars prochain. « La poursuite judiciaire des chômeurs de Laghouat est un procès politique qui met à nu l’allégeance de l’appareil judiciaire à l’administration », affirme le bureau de la ligue à Laghouat, qui menace de dénoncer « ces pratiques devant la communauté internationale, si nécessaire ».
 
La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) n’était pas disponible pour commenter l’information. 

leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire