Page d’accueil

vendredi 12 octobre 2012

Menotté lors de son arrestation : Le certificat médical de Yacine Zaid fait état de blessures

Le témoignage de Yacine Zaid, celui de deux de ses amis, ainsi que le certificat médical délivré lors de sa garde-à-vue laissent peu de doute sur le fait que le syndicaliste ait reçu des coups lors de son interpellation lundi dernier lors d'un barrage de police. Pourtant, il sera inculpé par le procureur sur la base du témoignage du policier présumé agresseur. Le procès du syndicaliste aura lieu lundi 8 octobre.

Dans la soirée du lundi 1 octobre, plusieurs heures après avoir été admis au commissariat central de Ouargla pour y être interrogé, Yacine Zaid sera transféré vers un hôpital de la ville pour y être ausculté, comme le stipule le régime de la garde-à-vue, par un médecin.
Celui-ci dans son rapport daté de 22h20 indique que Yacine portait notamment des griffures au cou.
A sa femme et à son avocate qui lui ont rendu visite dans la prison de Ouargla, le prévenu confie avoir été insulté et frappé au visage par un seul policier, qu'il porte des griffures au coup et des traces à la nuque
Entendu lundi par des agents de la police judiciaire, Yacine Zaid explique avoir fait l’objet de coups et d’insultes de la part d’un des trois policiers qui avaient procédé à son interpellation quelques heures plus tôt dans un barrage à l’entrée de la ville de Hassi-Messaoud, 880 km au sud d’Alger.
• Lire Yacine Zaïd : «J’ai jamais mis les pieds dans les Aurès, la police m’accuse d’appartenir à un mouvement chaoui»
Refuse de signer le procès verbal
Il affirme qu’il est victime plutôt qu’agresseur, qu’il lui été impossible d’esquisser un geste d’une main dès lors qu’il était menotté de dos. Au terme de son audition, Yacine refusera de signer le procès verbal.
Déferré mardi 2 octobre devant le procureur de la république, le magistrat avait le choix de le présenter devant un juge d’instruction, de le remettre en liberté avec une comparution immédiate ou de le placer en mandat de dépôt.
Et c'est donc la troisième option qui a été prise sur la base du témoignage d’un des policiers qui a fait état de son agression de la part du syndicaliste.
Incarcéré à la prison de Ouargla, Yacine Zaid devra comparaitre lundi prochain.
En attendant, ses avocats s’activent pour préparer une plainte pour coups et blessures contre un des agents des forces de l’ordre présent lors de l’interpellation.
• Lire Yacine Zaid, syndicaliste : «Trois représentants de l'Union européenne arrivent au commissariat…»
Plainte contre un policier
Selon Dalila Kaci, avocat du prévenu, une plainte sera déposée dimanche 7 dans le bureau du procureur. «Nous allons demander que Yacine soit présenté devant un autre médecin afin qu’il constate les blessures sur son visage et son coup, affirme-t-elle à DNA. Yacine Zaid est une victime et non un agresseur. Comment peut-il lever la main sur un policier  alors qu’il était menotté du début de son arrestation jusqu’à son transfert vers le commissariat ? »
Interpellé lundi 1 octobre sur la base d'un télégramme d'observation lequel ordonne un contrôle fouillé de la personne dans les barrages et les aéroports, Yacine Zaid sera inculpé d’ « agression contre un agent de l’ordre » sur la base de l’article 144 du code pénal. Il risque de deux mois à deux ans de prison et une amende pouvant aller jusqu'à 500 000 dinars ( environ 5000 euros)
Syndicaliste, bloggeur et militant des droits de l’homme, Yacine Zaid, 41 ans, fait l’objet d’une surveillance particulière de la part des services de sécurité algériens et de tracasseries judiciaires en raison de son engagement et de ses prises de positions politiques.
• Lire  Enquête sur l’arrestation et l’inculpation de Yacine Zaid, l'homme qui refuse de se taire


leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire