Page d’accueil

samedi 25 août 2012

Algérie: M. Zoubir Kaf, 70 ans, victime de disparition forcée depuis juillet 2011

M. Zoubir Kaf, âgé de 70 ans et père de 4 enfants, est sorti du domicile familial à Laghouat, le 17 juillet 2011 à six heures trente du matin et n'a plus donné signe de vie depuis.
Dans le courant de la même journée, plusieurs de ses amis avec lesquels il avait rendez- vous ce jour là, ont cherché à le joindre au domicile familial, précisant à son épouse qu'il n'était pas venu à leur rendez-vous. Dès le lendemain 18 juillet, ne le voyant pas revenir son épouse a entamé des recherches au niveau du commissariat de police local ainsi qu'auprès de la brigade de la gendarmerie du quartier de Benaceur-Benchohra (Laghouat).

Quelques jours après la disparition, celle-ci a reçu la visite d'un militaire qui l'a informée que son époux était détenu dans les locaux de la caserne de la Direction de la Sécurité et du Renseignement (DRS) et qu'il avait subi des mauvais traitements. Cette personne lui a également demandé de ne pas révéler son identité en raison des risques de représailles qu'elle encourait en lui révélant cette information.
Après plusieurs mois de démarches, l'épouse de la victime s'est rendue auprès du Procureur de la République du Tribunal de Laghouat pour déposer plainte pour disparition et informer le magistrat qu'en dépit de ses nombreuses démarches il semblait que les services de sécurité n'avaient effectué aucune recherche sérieuse pour retrouver son mari.
Ce dernier lui a alors déclaré qu'elle n'avait pas à s'inquiéter et que son mari était toujours vivant, semblant connaitre avec précision sa situation. C'est la raison pour laquelle l'épouse de la victime a cessé ses démarches espérant une libération de son mari, ou pour le moins, qu'il soit présenté devant un juge si des faits répréhensibles lui étaient imputés.
A la fin du mois de juillet 2012, Mme Kaf a de nouveau reçu la visite d'un militaire affirmant travailler à la caserne d'Ouargla et agir  à titre humanitaire  pour l'informer que son époux se trouvait toujours détenu au secret dans les locaux  de la caserne locale du DRS.
Alkarama se joint aux vives inquiétudes exprimées par Mme Kaf pour la vie de son époux, âgé de 70 ans et détenu au secret depuis plus d'une année dans les locaux du DRS dans le quartier de Tazegrart, à Ouargla.
Il est à rappeler que les services locaux du DRS  avaient arrêté la même année M. Boukhalfa un citoyen d'Ouargla pour tenter de le racketter après l'avoir sauvagement torturé dans cette même caserne.
Notre organisation a saisi, aujourd'hui, le Groupe de travail sur les disparitions forcées des Nations Unies d'une action urgente lui demandant d'intervenir sans délai auprès des autorités algériennes pour leur enjoindre de faire libérer M. Zoubir Kaf et de garantir son intégrité physique.

ALKARAMA
leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire