Page d’accueil

mercredi 18 juillet 2012

Un trou financier de 2700 milliards à Algérie Télécom

EN PLUS DE LA CENTAINE DE FAUX DIPLOMES DECOUVERTS
Un trou de 27 milliards de dinars aurait été découvert à Algérie Télécom selon une source auprès de l’operateur public AT, l’information à fait aussi la une du journal arabophone « El-Bilad et plusieurs sites internet.
Selon les sources, le  conseil d’administration d’Algérie Telecom, va s’expliquer sur les dessous de cette faille financière, lors de la prochaine réunion du conseil d’administration dont la date n’a pas été encore précisée. Ainsi les scandales en masse  continuent à défrayer la scène   nationale et mettent en péril l’avenir du pays.
L’affaire des disparitions des 27 milliards de cts  remonte à une période s’étalant entre 2008 et 2009 qui  aurait poussé  le conseil d’administration à demander un rapport détaillé sur plusieurs questions à savoir « où est parti tout cet argent, comment a été il dilapidé et par qui ? » rapporte la même source. Ce trou  important d’une  somme de 27 milliards de Da «  non identifiée »  serait arrivé à une période ou le directeur général était intérimaire à la place du président directeur général d’Algérie Télécom au moment où il était conseillé  auprès de la direction des finances entre 2008 et 2009 ajoute la même source.
L’affaire  des faux diplômes
Le paiement de 120 millions de centimes sur le dos de l’entreprise  pour l’achat de diplômes reconnus au profit de ceux qui ont les bras longs après avoir été noyés dans des affaires de faux diplômes, l’utilisation des deniers publics pour l’achat de diplômes qui servent à des postes importants dans des entreprises privées,  ne représentent qu’une partie de l’iceberg.
Dans un autre contexte, en ce qui concerne les faux diplômes impliquant des cadres qui auraient procédé à la falsification de documents scolaires leurs permettant l’accès à des postes de responsabilités au niveau d’Algérie Télécom selon la même source  qui ajoute que la direction des ressources humaines aurait convoqué par téléphone quelques faux diplômés aux coudes moins franches pour déposer leur démission avant toute poursuite judiciaire.
Pour ceux qui ont des relations plus solides et des bras longs, ces derniers auraient vidés leurs dossiers en retirant tous les documents falsifiés pour ne laisser aucune trace et éviter en conséquence les problèmes avec la justice allant même jusqu’à l’éviction du poste selon la source. La direction aurait déboursé des sommes d’argent allant jusqu’à 120 millions de centimes en contre partie de diplômes reconnus permettant à ces cadres de partir dans des sociétés privées après avoir déposer leur dossiers de  retraite  rapporte la même source.
Cette affaire de faux diplômes aurait causé un grand préjudice moral qui pourrait mettre en péril la notoriété d’Algérie Télécom du fait que d’innombrables fausses attestations et diplômes auraient été retirés des dossiers de gens pistonnés qui ont des connaissances solides dans la société afin de ne laisser aucune trace qui pourrait les impliquer avec la justice. Selon la même source, de 100 à 150 faux diplômes auraient été retirés de leurs dossiers.
L’exemple de l’une des secrétaires est flagrant. Cette dernière selon la source avec un diplôme de secrétariat délivré par un centre de formation professionnelle aurait occupé le poste  du directeur adjoint en échange d’un salaire de 70 milles dinars. Cette dernière selon la source aurait pris un congé sans solde pour fuir la direction générale  après l’éclatement du scandale afin d’éviter tout problème.
Le scandale de faux diplômes permettant à des personnes pistonnées d’accéder à de vrais postes de responsabilité pourrait mettre en péril des entreprises importantes en Algérie telles qu’Algérie Télécom qui se classe en seconde ou troisième position après Sonatrach.

Riad reflexion
leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire