Page d’accueil

dimanche 17 juin 2012

Procès de quatre militants des droits de l’Homme La Laddh dénonce des atteintes aux libertés d’opinion et de rassemblement

Les poursuites judiciaires dont font objet les militants des droits de l’Homme Yacine Zaïd, Athmane Aouameur,  Abdou Bendjoudi et Lakhdar Bouzini constituent des « atteintes aux libertés d’expression, d’opinion et de rassemblement », indique, ce dimanche 17 juin, la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (Laddh). Des libertés « pourtant garanties par la Constitution et les conventions internationales relatives aux droits de l’Homme, notamment le pacte international relatif aux droits politiques et civils, ratifiées par l’Algérie », souligne‑t‑elle.
La Laddh rappelle, dans un communiqué signé par son président Me Noureddine Benissad, que l’Algérie a signé « la déclaration de l’Assemblée générale de l’ONU en date de 1998 » et qu'elle s'est, par conséquent, engagée à « protéger les défenseurs des droits de l’Homme dans l’exercice de leurs activités en faveur des droits de l’Homme et ouvrent le droit aux défenseurs et aux associations des droits de l’Homme de saisir le rapporteur spécial de l’ONU sur les défenseurs des droits en cas d’atteintes et de harcèlement à leurs activités ». L’organisation signale, également, que ces « pratiques » sont en contradiction avec les « engagements » pris par le président de la République.
 
Les quatre militants des droits de l’Homme doivent comparaître mardi devant le tribunal de Bab El Oued. Ils sont poursuivis pour «  attroupement non autorisé » après une tentative de rassemblement en soutien à un autre défenseur des droits de l’Homme, Abdelkader Kherba (lire). La Laddh affirme qu’elle assistera au procès à travers « son collectif d’avocats ». Elle « délèguera son représentant pour observer les conditions du déroulement du procès », précise‑t‑elle.
 
leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire