Page d’accueil

vendredi 15 juin 2012

Algérie : les autorités s'en prennent aux défenseurs des droits de l'homme

Dans un communiqué publié jeudi 14 juin, le Réseau de Défense des Libertés et de la Dignité (RDLD) appelle les autorités algériennes à mettre un terme aux actes de harcèlement à l’encontre des défenseurs des droits de l’Homme et aux violations des libertés d’expression, de manifestation pacifique et d'association.

Mercredi, le tribunal d’Alger a requis trois ans de prison ferme contre Tarek Mameri, le jeune qui avait brûlé sa carte électorale et appelé au boycott dans une vidéo. Le même jour, Yacine Zaïd, Othmane Aouameur, Abdou M. Bendjoubi et Lakhdar Bouzini recevaient par courrier une convocation devant le tribunal. Ces quatre militants des droits de l’homme sont accusés d’incitation à attroupement non armé.

Dans une déclaration pour NessNews.com, Othmane Aouameur condamne et précise : "Par cet acte on dénie aux algériens le droit de s’exprimer, on veut les mettre au pas, on a visé le SNAPAP le plus grand syndicat autonome, la ligue des droits de l’homme et les organisations militantes sur le terrain, c’est un bras de fer engagé avec la société, mais c’est un combat perdu d’avance, en 2012 avec internet et les nouvelles chaines satellitaires la conjoncture a changé, on ne peut plus empêcher les gens de dire ce qu’ils pensent." Il rajoute dans le méme contexte : "la conscience populaire a aussi évolué et les gens connaissent leurs droits et les revendiquent, Va t’on trainer en justice tous ceux qui manifestent et demandent ce qui leur ai dû ? Ou est le changement promis ya les « tab jnanhom » ?"

Source : El Watan
Synthèse : NessNews.com
leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire