Page d’accueil

samedi 25 février 2012

Sidi Saïd joue les « chauffeurs » de salle

Le patron de la centrale syndicale UGTA était à l’honneur ce jeudi à  la salle omnisport d’Arzew qui a été remplis par des travailleurs pour accueillir le  président de la république Bouteflika.  Ce dernier devait y donner un discours à l’occasion du double anniversaire de la création de l’UGTA et celui de la nationalisation des hydrocarbures .C’est en cela que Sidi Saïd sera chargé de recevoir le chef de l’Etat  il était le seul à se trouver avec lui sur l’estrade. Avant même l’arrivée du président le patron de l’ UGTA  avait chauffé les travailleurs les haranguant à applaudir, en passant en revue ceux que l’on a amené comme des centaines de travailleurs de l’entreprise portuaire d’ Oran, ceux des complexes sidérurgiques et de Naftal sans oublier les « clients « habituels constitués  d’anciens comités de soutien au président, d’élus locaux .
En prenant la parole  Sidi Saïd  qualifiera le président de « père de tous les travailleurs », et en s’adressant à ce dernier il dira qu’ « ils (les travailleurs)  manifestent leurs respects pour toutes les avancées sociales que vous avez réalisés et vous disent merci !
Utilisant le vocable du « moudjahid Bouteflika » sidi Saïd  dira que c’est « grâce au chef de l’Etat que le pays   est aujourd’hui arrivé à  un épanouissement social avec en plus deux grandes réalisations : la réconciliation nationale et l’effacement du lourd fardeau de la dette extérieur »
Sur ces entrefaites le n°1 de la centrale demandera à plusieurs reprises à la salle de se lever et d’applaudir comme il se doit le président visiblement fatigué et diminué physiquement.
Un discours qui malheureusement ne parvient pas à cacher le malaise social très profond rien qu’au niveau de la zone industrielle d’Arzew. Pour preuve ces jours derniers plus de 500 demandeurs de travail ont manifestés occupant la route menant à Mostaganem pour dénoncer le chômage et la misère qui frappe les populations locales. La zone pétrochimique poumon économique du pays polluent rend malade les populations locale et ne leur octrois même pas suffisamment de poste de travail .C’est ce que les manifestants réprimés ont tenté de dire avant la venue de Sidi Saïd et de celle du chef de l’Etat.

Par Samir HASSANI/ JCA
leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire