Page d’accueil

vendredi 10 février 2012

Les Algériens grelottent, Bouteflika les invite à se rendre massivement aux urnes


Une vague exceptionnelle de froid, c’est vraiment peu dire…Des chutes de neige continueront d’affecter les reliefs du centre et de l’est du pays jeudi 09 et vendredi 10 février. Ces nouvelles chutes de neige arrivent alors que plusieurs régions d’Algérie sont encore isolées en raison de cette vague de froid. Dans le pays, la colère gronde contre l’incurie et le mépris des autorités.

L’Office national de la météorologie a émis un nouveau bulletin météorologique spécial (BMS) faisant étant d’une nouvelle tempête de neige qui devra tomber jusqu’à 600 mètres d’altitude puis remontant progressivement à 800 mètres d’altitude à partir de ce jeudi et jusqu’à vendredi.

Les wilayas concernées sont Blida, Médéa, Bouira, Tizi Ouzou, Bordj Bou Arreridj, Sétif, Béjaïa, Jijel, Skikda, Constantine, Mila, Guelma, Souk Ahras, Batna, Oum El Bouaghi et Khenchela, a précisé l’Office, ajoutant que le bulletin reste valide jusqu’au vendredi 10 février à 18h.

L’épaisseur des neiges prévues atteindra ou dépassera localement 20 cm durant la validité, selon le communiqué.

Des chutes de neiges seront enregistrées également dans les wilayas de Naama, El Bayadh ainsi que le nord de Bechar à des altitudes dépassant mille mètres, a indiqué la même source, ajoutant que le bulletin sera valide à partir de jeudi à 03h00, et prendra fin vendredi 10 février à 21h.

L’épaisseur des neiges prévues dans ces wilayas atteindra ou dépassera localement 15 cm durant la validité.

Ces intempéries, neige, pluie et grêle, ont fait 44 morts en une semaine, dont 30 par accidents de la route et 14 par asphyxie due à des émanations de gaz, a rapporté jeudi la radio nationale Chaîne 3.

Presque une semaine après le début de cette vague de froid, des centaines de villages et de hameaux, particulièrement en Kabylie, région montagneuse, ainsi que dans les régions des Hauts-plateaux, souffrent encore d’isolement en raison de routes coupées à la circulation.

Des millions de foyers sont encore dépourvus de courant électrique alors que les chaînes d’approvisionnement en gaz butane et en denrées alimentaires, pain et huile notamment, sont fortement perturbées.

Devant l’incurie et l’incapacité des pouvoirs publics à répondre aux besoins urgents des citoyens en détresse, les Algériens n’hésitent pas à évoquer ouvertement une non-assistance à des populations en danger.

De plus en plus de voix s’élèvent désormais en Algérie ainsi qu’après de la communauté algérienne à l’étranger pour dénoncer l’inaction du gouvernement, accusé de se focaliser davantage sur la préparation des prochaines élections législatives plutôt que de se soucier du calvaire que vivent des milliers de foyers suite à cette vague de froid.

Les autorités sont également accusées d’afficher mépris et l’indifférence face à ces souffrances dans la mesure où ni le président Bouteflika, qui a délivré un discours à la nation jeudi soir à la télévision pour convoquer les Algériens aux urnes, ni le Premier ministre Ahmed Ouyahia ne se sont exprimés publiquement sur ces intempéries sans précédent en Algérie depuis plusieurs décennies.

Ce jeudi, le chef de l’Etat a prononcé un discours télévisé d’une dizaine de minutes pour appeler les Algériens à se rendre massivement aux urnes jeudi 10 mai sans souffler un mot sur ce que les Algériens n’hésitent pas à qualifier de « catastrophe naturelle ».

Mardi, au terme d’un Conseil des ministres presque entièrement consacré aux prochaines élections, le président n’a pas non plus eu un mot de compassion à l’égard de ces millions de citoyens gravement affectés par ces intempéries.

Les Algériens grelottent, leur président les invite à se rendre massivement aux urnes.

leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire