Page d’accueil

mercredi 29 février 2012

Le FFS dénonce la condamnation de deux membres de la coordination des chômeurs

La répression judiciaire de la contestation organisée par les jeunes chômeurs de Laghouat est en action.
Le FFS dénonce la condamnation à la prison ferme de Hadj Aissa Abbas et Bou Ammer Mohamed Seddik, respectivement président et vice-président du comité de chômeurs de la wilaya de Laghouat.
Le FFS s’élève contre la politique constante des pouvoirs publics qui vise la répression des mouvements sociaux.
Le FFS soutient la mobilisation pour faire cesser le harcèlement judiciaire à l’encontre de militants qui manifestent pacifiquement pour réclamer leurs droits.
Le FFS sera présent, le 14 mars 2012 à Laghouat, lors du procès en appel, pour soutenir les deux animateurs sociaux.

Le premier secrétaire
Ali Laskri
leBloggers

4 commentaires:

  1. Boycotter la mascarade de mai, et dénoncer la répression qui redouble de férocité, d'étendue et de fréquence. C'est ce qu'il faut d'abord. Car, dénoncer la répression ne suffit. Il importe de remettre Le Régime militaire globalement eet dans le détail....
    Si par malheur le FFS adopte la position participationniste, collaborationniste, ils sera foutu à jamais!

    RépondreSupprimer
  2. L'injustice et la hogra partout partout , c'est trop ,c'est trop , il est temps de coordonner entre toutes les actions , créer avec une seule voix : ça suffit l'injustice et l'impunité .

    RépondreSupprimer
  3. Les élections de mai sont pipées et piégées d’avance: les fraudes, les menaces, les pressions et entorses diverses seront au rendez-vous : des pratiques « inhérentes au système militaro-mafieux », des us et coutume du Régime militaire depuis 1962. Y participer, revient à voter non pas pour le changement radical dont le pays a urgemment besoin, mais plutôt, en faveur du statu quo, c’est-à-dire de la stagnation, du blocage, de l’asphyxie qui prévalent depuis 50 ans. Le boycott est une exigence du bon sens, du patriotisme, de l’attachement au changement Le Régime militaire continue de leurrer, tromper et réprimer. Le but est de reporter et repousser à jamais la «fronde révolutionnaire» qui doit s’amarrer au mouvement en cours chez nos voisins…Le Pouvoir illégitime est en quête désespérée pour un minimum de crédibilité sur la scène internationale, il trouvera dans la participation de l’Opposition aux prochaines mascarades électorales une planche de salut inespérée. Quelque soient les pressions internationales, vu l’état de désillusion de la majorité de la population, l’Opposition commettra une erreur monumentale si elle participe à cette énième supercherie. Ce Régime criminel est installé par la violence (force), pratique la violence, manipule la violence, vit avec la violence, ne dépérira que par la force de la révolution populaire, comme en Tunisie, Égypte, … «Faut pas rêver» : rien n’est possible tant que le Régime militaire est là. Il suffit de suivre ce qui se passe Egypte ces derniers jours, ce pays où le Commandement/la Junte militaire persiste absolument à demeurer au pouvoir absolu, «inféodé(e)» aux USA et ’Israël …En Algérie, comme en Égypte, nous avons affaire à des Régimes autoritaires qui reposent sur un trépied : la Police politique, le Commandement militaire et les Clans rivaux/unis contre le peuple, et qui ne cèderont que par un «rapport de force politique» puissant, un rapport de force qui provoquera leur «défaite politique» (et non militaire) induite par une «pression intérieure accrue» (révolution) conjuguée à une «pression extérieure accrue» (diaspora, communauté internationale)…. Le FFS doit dire clairement son refus de verser dans l’opprobre et la honte, éviter la chute finale. Car s’il persiste dans la «stratégie participationniste», ce serait sa fin … La communication de certains dirigeants du FFS est ambigue, obscure. Ils donnent l’impression de pencher vers la participation aux prochaines mascardes. Ce serait grave et pour ce parti, et pour ce qui reste de l’Opposition, et pour le pays tout entier… Le FFS doit boycotter, c’est de son intérêt! S’il participe, ce serait fini, une fois pour toutes! L’Opposition doit sommer les dirigeants du FFS, les avertir, les mettre en garde sèvèrement, fermement… Ses dirigeants doivent renouer avec une attitude d’Opposition oppositionnelle! Un positionnement radical, direct et frontal contre le Régime militaro-mafieux et ses alliés «les extrémistes de tous bords»…Sinon, ce sera sa fin, leur fin! Une «Lettre ouverte» doit être adressée à la Direction de ce parti, elle doit être sommée, mise en garde,avertie. C’est le Régime criminel et ses alliés objectifs qui gagneraient par cette éventuelle caution d’une partie du FFS… On aura alors le «tous pourris» intégralement. Et c’est la voie ouverte vers l’extrémisme, l’absolutisme, et la catastrophe totale….. La dernière chance pour le FFS, c’est le boycott, le refus ferme et catégorique des prochaines supercheries électorales. Il doit s’approcher des mouvements de l’Opposition oppositionnelle pour une action commune, unitaire, unioniste, et développer une ligne plus ferme, radicale, directe. Produire un discours offensif contre le Pouvoir dictatoial millitaire! Et reconnaitre que le FFS est effrité, neutralisé par ces micro-partis crées par le Pouvoir militaire, mais aussi par son option «participationniste» et d’autres erreurs majeures…

    RépondreSupprimer
  4. Si le FFS participe à cette mascarade électorale de mai, il va disparaitre plus tôt que prévu!

    RépondreSupprimer