Page d’accueil

mercredi 15 février 2012

Intempéries à Béjaïa La Laddh tire la sonnette d'alarme


Privations, dénuement, isolement et inquiétude. Le bureau de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (Laddh) à Béjaïa dresse, dans un communiqué publié mardi, un sombre tableau de la situation des habitants de différentes localités de cette wilaya, durement touchée par les intempéries. Qualifiant Béjaïa de wilaya « sinistrée », puisque « pratiquement toutes les communes sont touchées de Draâ El Gaïd jusqu’à Boudjellil », le bureau de la ligue pointe du doigt les pouvoirs publics. Leur intervention, fait‑il remarquer, reste en deçà des attentes et des besoins de la population qui se sent aujourd'hui abandonnée.
Depuis le début de la vague de froid, certains habitants ont perdu la vie, rappelle le bureau de la Laddh, qui parle de « non-assistance à population en danger » et se demande « pourquoi des moyens héliportés n’ont pas été dépêchés pour sauver des vies humaines. »
Le bureau de la Laddh à Béjaïa s’interroge : « où sont les équipements publics (chasse‑neige, bulldozers, niveleuses…) » devant être mis à la disposition des citoyens dans ce genre de situation ? Au lieu de situer « les responsabilités » et d’interroger « les responsables sur le retard dans le développement de notre wilaya, notamment en alimentation en gaz de ville (à peine 25 %), et en électricité », les services publics « lancent des appels à une consommation modérée là où le froid a atteint ‑ 5°, voir plus dans certains villages », regrette la Laddh. Cette dernière dénonce également les spéculateurs qui sont toujours présents pour tirer profit des situations les plus désastreuses. « Des bonbonnes de gaz à 1 200 DA, de la pomme de terre à 140 DA… C’est indigne ! ».

TSA
leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire