Page d’accueil

jeudi 16 février 2012

Algérie : «Pas de gaz, pas semoule, nous allons mourir ici. Nous sommes déjà morts.»


« Nous n’avons pas de gaz donc pas chauffage, pas de semoule pour manger, nous allons mourir ici. Nous sommes déjà morts. Tout le monde s’en fiche de nous. C’est comme s’il n’y avait personne en charge, pas d’autorité, pas de municipalité, personne, rien ».

C’est un homme résigné, habitant à Médéa (80 kms au sud d'Alger) qui parle ainsi devant la caméra de la chaine Euronews qui a diffusé le 16 février un reportage sur la neige qui a paralysée l’Algérie.
Ce témoignage - ils sont des millions d’Algériens à pouvoir exprimer le même désarroi, la même désolation -, illustre l’incurie des pouvoirs publics devant une telle catastrophe.
Régions isolées, routes coupées, électricité coupée, réseaux téléphoniques perturbés, pénurie de gaz butane d’une ampleur inédite, manque de vivres, écoles fermées, cours reportées, malades bloqués…cette vague de froid aura prouvé que les discours des autorités tendant à faire croire que la vie des Algériens s’est améliorée au cours des dix dernières années relèvent de la supercherie.
« Nous sommes déjà morts », dit ce vieux médéen.
Cette phrase rappelle le slogan des jeunes manifestants qui, lors de la révolte de Kabylie en 2001, scandaient : « Vous ne pouvez pas nous tuer, nous sommes déjà morts. »
La neige paralyse les Algériens
leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire