Page d’accueil

mercredi 11 janvier 2012

Révolte à Laghouat, riche en pétrole et pauvre en emplois : La rue proteste, la police tabasse


Le mouvement de protestation lancé par la population de Laghouat, dans le sud d’Algérie, a tourné mardi 10 janvier à l'affrontement. Des échauffourées entre des citoyens et les forces de l’ordre ont éclaté dans la matinée du mardi dans plusieurs quartiers de la ville, indique à DNA Yacine Zaid, syndicaliste et militant des droits de l’homme. « La ville a été bouclée par les forces antiemeute qui ont procédé à l'arrestation de plusieurs personnes », affirme M. Zaid.

Les interpellations de citoyens ont été opérées devant le siège de la wilaya où des rassemblements ont eu lieu depuis plusieurs jours pour protester contre la distribution de logements sociaux contestée par une partie de la population.

Selon des témoignages recueillis sur place par DNA, la police a fait usage de gaz lacrymogènes afin de disperser la foule et certains manifestants ont été blessés.

Au moins dix personnes ont été blessées au cours de ces affrontements alors que le représentant de la Coordination nationale de défense des droits des chômeurs (CNDDC) de Laghouat, Abbes Hadj Aissa, a évoqué 13 arrestations.

Selon Hadj Aissa qui s'exprimait à l'AFP, des policiers ont proféré des insultes contre des personnes âgées qui attendaient un bus.

« Les arrestations ont commencé dés 7h30 du matin, a indiqué Yacine Zaid à DNA. La police est entrée dans les domiciles des familles pour procéder à des perquisitions et interpeller les jeunes dans les lits. J’ai interpellé le chef de sureté de la wilaya sur ces arrestations, il m’a répondu ‘ Ne me parle pas…’»

Depuis la matinée du mardi, la ville était sous tension et plusieurs magasins ont été fermés.

A l'exception des boulangeries, les commerces de cette ville d'environ un demi-million d'habitants ont baissé leurs rideaux à la demande de la coordination des chômeurs, selon Abbes Hadj Aïssa, qui a promis la poursuite du sit-in jusqu'à nouvel ordre.

Dans une vidéo amateur diffusée sur Youtube et le réseau social Facebook, on peut voir plusieurs dizaines de manifestants faire face aux forces de l'ordre aux cris de « Silmiya silmiya... (pacifique, pacifique) ».

Si le calme est revenu en fin d'après-midi du mardi, le dispositif des forces de l'ordre était cependant toujours en place dans la soirée, selon un responsable local de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH) Farouk Slimani.

Le recours à la force publique alors qu'il suffisait de faire toute la lumière sur l'opération d'attribution du logement social est l'expression d'une gestion autoritaire et arbitraire des affaires de la cité, a jugé la Ligue.

La région de Laghouat, l’une des localités les plus riches d’Algérie, considérée comme la capitale pétrole en Algérie pour ses multiples gisements pétroliers qui drainent une importance fiscalité, vit depuis plusieurs semaines au rythme des grèves et des contestations des chômeurs et d’autres catégories sociales.

Depuis six jours, la population locale a décidé de camper devant le siège de la wilaya pour réclamer une équitable répartitions des postes d'emploi et pour demander le départ des autorités locales accusées de corruption, de pratique de passe-droits dans les attributions de logements sociaux.

Vidéo prise à Laghouat mardi 10 janvier 2012

leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire