Page d’accueil

vendredi 27 janvier 2012

L’argent de la corruption n’est plus en sécurité en Suisse | KalimaDZ


La Suisse, considérée pendant de longues décennies, comme un paradis bancaire, est en train de donner des sueurs froides, aux nombreux dirigeants corrompus qui y « cachent » leurs avoirs. Après avoir restitué plus d’1,7 milliards de francs suisse aux pays d’origines, le département fédéral des affaires étrangères étudie les modalités de recouvrement des avoirs par les pays d’origine.

Communiqué du département fédéral suisse des affaires étrangères

Une rencontre internationale d’experts consacrée à la restitution d’avoirs d’origine illicite a eu lieu les 23 et 24 janvier à Lausanne. Des questions relatives au recouvrement d’avoirs illégalement acquis par des personnes politiquement exposées liées aux bouleversements de 2011 dans le monde arabe ont figuré au centre des discussions.
La restitution d’avoirs illicites constitue un élément clé du dispositif mis en place par la Suisse pour protéger sa place financière et pour lutter contre la criminalité financière internationale. Dans ce domaine, la Suisse joue un rôle de pionnier. A ce jour, elle a restitué près de CHF 1,7 milliard aux pays d’origine des fonds, plus que toutes les autres places financières comparables.
Début 2011, la Suisse a été le premier pays à bloquer des fonds détenus par les anciens dirigeants égyptiens et tunisiens et leur entourage en vue de pouvoir restituer les avoirs d’origine illicite par le biais de l’entraide judiciaire et en coopération avec les Etats concernés.
Une année après, la Suisse a voulu réunir les différents acteurs de ces Etats et des places financières concernées. Ceci dans le but de tirer les premiers enseignements des expériences faites, d’examiner les possibilités d’action futures et de renforcer les contacts entre les différents acteurs gouvernementaux ainsi qu’avec les organisations intergouvernementales actives dans le domaine du recouvrement de fonds dérobés.
Sous le titre « Le Printemps arabe et le recouvrement de fonds détournés : premiers enseignements tirés et perspectives », le séminaire organisé à Lausanne par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a réuni une quarantaine d’experts de l’entraide internationale et du recouvrement d’avoirs issus de quinze pays. Plusieurs membres d’organisations internationales ainsi que des représentants d’organisations intergouvernementales étaient également présents. Les différentes parties ont notamment pu évoquer la nécessité d’un renforcement de la coordination internationale en matière de restitution d’avoirs illicites.
Il s’agissait de la sixième édition d’un séminaire organisé dans le cadre du « Processus de Lausanne » lancé en 2001 par le DFAE afin de favoriser le dialogue entre les pays touchés par la corruption et les pays récipiendaires de fonds d’origine illicite.

KALIMA.DZ

leBloggers

1 commentaire: