Page d’accueil

lundi 9 janvier 2012

Laghouat paralysée : La population dénonce l’administration qui accorde des logements par piston


Des centaines de personnes se sont rassemblées dans la matinée du 8 janvier devant le siège de la wilaya de Laghouat, dans le sud d’Algérie, pour réclamer le départ du wali, du chef de daïra, du maire et d'autres élus de l'Apc et de l’Apw. Ce mouvement de protestation qui a paralysé toutes les activités au chef lieu de la wilaya a été suivi par des centaines de fonctionnaires de l'administration, des enseignants, des commerçants et transporteurs, selon des témoignages recueillis sur place par DNA.


Des banderoles ont été brandies et sur lesquelles ont pouvait lire des slogans contre l’administration locale et réclamant la présence du ministre de l’Intérieur.

Les manifestants qui occupent encore en début de l’après-midi la rue et les alentours du siège de la wilaya -devant laquelle ils ont dressé une tente-, comptent passer la nuit et réclament une commission d’enquête ministérielle.

L'intervention du wali sur les ondes de la radio locale n'a eu aucun effet sur les protestataire qui exigent l’annulation de la liste des bénéficiaires de logements.

La goute qui a fait déborder le vase aura été la liste des bénéficiaires des logements sociaux qui a filtré bien avant son affichage officiel.

Selon nos informations, cette liste ne contient que 14 familles laghouaties sur les 98 bénéficiaires. Pis encore, cette liste qualifiée de scandaleuse contiendrait 25 bénéficiaires de la même famille!!

La veille de ce mouvement de grève et de protestation, des tracts ont été distribués par des dizaines de jeunes à travers les différents quartiers de la ville.

La police qui a procédé le matin à l'arrestation de plusieurs contestataires a fini par les libérer sous la pression des manifestants.

Une vive tension règne encore dans la ville et le risque que le rassemblement se transforme en émeutes n’est pas à écarter même si les organisateurs répètent à l'envi que le mouvement est pacifiste.

Selon une source locale, il aura fallu l’intervention de plusieurs notables de la région auprès du chef de sureté de la wilaya pour le dissuader de mener une opération d'arrestations d’éventuels meneurs du mouvement de protesta qui porte désormais le nom de « la grève de la dignité ».

La région de Laghouat, l’une des localités les plus riches d’Algérie, vit depuis plusieurs semaines au rythme des grèves et des contestations des chômeurs et d’autres catégories sociales.

Ils dénoncent le manque d’emplois, la corruption des responsables locaux, les passe-droits dans les attributions de logements sociaux.

leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire