Page d’accueil

dimanche 8 janvier 2012

Après la déclaration d’Erdogan sur le génocide algérien Ouyahia au secours de la France


Ahmed Ouyahia invite Erdogan à «cesser de faire de la colonisation française de l’Algérie un fonds de commerce». Le Premier ministre
a rapellé que la Turquie s’est prononcée contre l’indépendance de l’Algérie de 1954 à 1962 .

Il est apparemment de bon ton que nos dirigeants se mettent à lancer des signes de «bienveillance» envers l’Etat français. Sarkozy ne pouvait sûrement pas trouver meilleure défense contre l’attaque du Premier ministre turc l’appelant à balayer devant sa porte avant de criminaliser le génocide arménien, que celle que lui a offert hier le Premier ministre algérien, Ahmed Ouayhia.


FONDS DE COMMERCE


Ce dernier, qui n’a pas adopté le ton de la neutralité et encore moins donné la part belle au sens de la mesure vis-à-vis de deux belligérants d’une polémique née entre deux pays que sont la France et la Turquie, choisit de s’en prendre à l’un des deux Etats qui est la Turquie l’invitant à «cesser de faire de la colonisation de l’Algérie un fonds de commerce». Le secrétaire général du RND, mais surtout Premier ministre, qui n’a pas trouvé «opportun» de critiquer la colonisation française et rappeler les horreurs subies par le peuple algérien du fait de 132 années de colonisation, a choisi de s’attaquer à la seule Turquie qui a «osé» rappeler à la mémoire ces horreurs dont ont été victimes les Algériens. «Personne n’a le droit de faire du sang des Algériens un fonds de commerce», dit-il en invoquant à son tour l’histoire pour rappeler que «la Turquie, qui était membre de l’OTAN, pendant la guerre d’Algérie, et qui l’est encore, avait participé, de par sa qualité de membre de cette Alliance, à fournir des moyens militaires à la France, dans sa guerre en Algérie, au moins par l’achat d’une bombe larguée en Algérie ou d’une balle tirée contre des Algériens».

Ceci et de noter que la même Turquie «avait voté contre la question algérienne de 1954 à 1962». Ne s’arrêtant pas à cette page de l’histoire, Ahmed Ouyahia, et comme pour enfoncer davantage les Turcs, souligne que «la flotte militaire algérienne ayant pris part à la bataille de Navarin, en 1827, opposant les Ottomans à la coalition militaire française, anglaise et russe, a été entièrement détruite… Même le dey Hussein (dey de la régence d’Alger au moment du débarquement des troupes militaires française à Alger en 1830) avait quitté le pays trois jours après l’invasion d’Alger par les troupes militaires du roi Charles X». Au-delà des faits que l’histoire et les peuples ont le loisir de juger la sortie, peu mesurée d’Ouayhia, est sans conteste un signe de faveur adressé à l’Etat français en ces temps où il est important pour le régime de s’attirer des soutiens extérieurs, notamment de cet ancien colonisateur qui veut garder une influence certaine sur ses anciennes colonies. Outre ses attaques contre la Turquie qui ouvrent un front de discorde avec un pays qu’il qualifie pourtant «d’ami», Ouyahia enfonce le clou en citant la tentative avortée d’une loi criminalisant la colonisation française en Algérie. Il estime qu’une telle loi serait «une carte politique, pas plus» et qu’elle serait un «désaveu aux dirigeants algériens depuis 1962 qui n’avaient pas élaboré une telle loi». Et d’ajouter : «Défendre la révolution passerait par l’édification d’une Algérie forte.»

Ainsi, pour Ouyahia, il faut des conditions pour défendre son histoire ! Le Premier ministre assimilerait-il la faiblesse actuelle du régime comme celle de l’Algérie ? Quand nos dirigeants cesseront de confondre régime et Etat ce ne sera que salutaire pour l’Algérie qui n’a heureusement pas à rougir de son histoire et encore moins de sa belle révolution contrairement au régime qui, lui, a toutes les raisons du monde d’aller quémander le satisfecit des puissants du monde. Après les regrets à peine voilés, prononcés à l’Assemblée française, du ministre des Affaires étrangères, de ne pas faire partie de l’Union européenne «à cause» de l’indépendance de l’Algérie, le Premier ministre offre une nouvelle tribune à Nicolas Sarkozy pour toiser d’un œil indifférent la mémoire de la guerre de Libération nationale.

Nadjia Bouaricha Elwatan
leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire