Page d’accueil

mardi 15 novembre 2011

Nassera Dutour reçoit le prix Oscar Romero des droits de l'Homme


Nassera Dutour, mère de disparu, membre fondatrice et porte-parole du Collectif des familles de disparus en Algérie (CFDA), a reçu dimanche 13 novembre 2011, le prix Oscar Romero des droits de l’Homme de la Chapelle Rothko à Houston, aux Etats-Unis.
Le prix Oscar Romero a été créé en 1986 en l’honneur de l’archevêque de San Salvador, assassiné le 24 mars 1980 pour s’être fréquemment opposé à la dictature militaire au Salvador et avoir dénoncé les massacres, les assassinats, la torture, les disparitions, et autres atteintes aux droits de l’Homme.
Pour la deuxième fois le prix Oscar Romero est attribué à des défenseurs des droits de l’Homme algériens. Après Salima Ghezali et Ali Yahia Abdennour en 1997, le prix récompense cette année Nassera Dutour pour le travail mené inlassablement, depuis la disparition de son fils en 1997, contre l’impunité et pour la Vérité sur le sort des plus de 8000 disparus enlevés par les agents de l’Etat dans les années 1990 en Algérie.
Juan E. Méndez, président du Comité consultatif du prix Romero 2011 et Rapporteur Spécial de l’ONU contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants, a déclaré que « Oscar Romero [...] ne craignait pas d'affronter un régime salvadorien qui n’a pas hésité à faire taire sa voix. Il est donc normal que cette année, le prix Oscar Romero des droits de l’Homme honore Nassera Dutour, une femme qui travaille sans relâche pour faire entendre la voix des familles de disparus en Algérie malgré les pressions des autorités algériennes pour les faire taire ».
Lors de la cérémonie de remise du prix, Nassera Dutour a insisté sur le fait que « les réformes en cours en Algérie restreignent de plus en plus les libertés individuelles et collectives, la situation est inquiétante. Malgré cela, grâce à la vigilance et au travail des acteurs de la société civile et au soutien de la communauté internationale ou d’organisations telles que la chapelle Rothko, il est permis de croire qu’un renouveau démocratique finira par advenir en Algérie. Ainsi, les victimes des années 1990 pourront obtenir la création d’une commission d’enquête indépendante et impartiale qui établira la lumière sur le sort des disparus, identifiera les auteurs des crimes et établira les responsabilités des uns et des autres dans le déclenchement et le déroulement du conflit ».
Actuellement Nassera Dutour effectue une tournée de plaidoyer à Washington et à New-York pour y rencontrer divers représentants des droits de l’Homme ou du monde institutionnel et mettre en lumière la situation des familles de disparus en Algérie.
Le Bureau du CFDA
Interview de Nassera Dutour : http://www.youtube.com/watch?v=od81WhYPpFs
leBloggers

1 commentaire:

  1. Une grande dame, une femme d’honneur! Dans la lignée de Fad’ma N’Summer, Dyhia, Boupacha, Bouhired et autre héroines…

    Une Mère-courage, telle les Mères de la Place de Mai à Buéno Aires, en Argentine.

    Voilà qui nous réjouit, en dépit du malheur, du drame, du deuil éternel, de la blessure inguérissable qu’est la tragédie des disparus, des 10 000 disparus, raflés par les criminels du DRS, assassinés atrocement dans des casernes, des forts, des forêts, et jetés dans des fosses communes, déterrés et enterrés sans cesse, dans des sols imbibés d’acide à forte teneur pour abimer à jamais les ossements…

    Nassera Dutour et Salima Ghezali, deux grandes dames qui forcent le respect , qui nous aident à croire qu’une solution viable et valable est à notre portée, nous donnent le courage à poursuivre le combat pour la
    construction d’un Etat de droit social, moderne, pluraliste, démocratique et laic ; tracent la voie de
    la tolérance, du pluralisme et surtout de l’autonomie dans l’action politique, car elles sont véritablement opposées au Régime militaire et ses “alliés objectifs”, les “extrémismes de tous bords”: baassisme, islamisme, séparatismes, régionalismes.

    Des femmes à la droiture morale et l’ intégrité intellectuelle incomparables.

    Nous devons encourager et soutenir leurs
    initiatives et leurs actions !

    RépondreSupprimer