Page d’accueil

vendredi 7 octobre 2011

Présidence : Où sont les rapports d’enquêtes ?


Depuis janvier dernier, la présidence de la République a diligenté des enquêtes concernant plusieurs affaires.

Les conclusions et les résultats des enquêtes n’ont pas été rendus publics jusqu’à présent. «Ces enquêtes sont sous le sceau de la confidentialité, l’accès à ces dossiers est limité à certaines personnes», explique une source à la Présidence. En avril dernier, suite à des informations parues dans la presse, et à défaut d’une justice qui devait s’autosaisir pour ouvrir des enquêtes, la Présidence avait lancé une enquête sur des acquisitions suspectes de biens immobiliers et des retraits bancaires ainsi que des transferts d’argent vers l’étranger, impliquant des ministres actuels et plusieurs hauts cadres de l’Etat.

La presse avait révélé que des ministres ainsi que de hauts responsables civils et militaires auraient passé des transactions douteuses et procédé au transfert d’argent en devises à l’étranger. D’autres auraient, toujours selon les mêmes sources, acquis illicitement des biens immobiliers à l’étranger, notamment en Espagne, en France et plus récemment à Dubaï. Les émeutes de janvier dernier ont fait aussi l’objet d’une enquête de la part de la Présidence. En février dernier, après les critiques et les plaintes des ministres auprès du président Bouteflika, ce dernier a demandé une enquête sur la Fonction publique ainsi que sur le dossier épineux de fonctionnaires non permanisés et l’accumulation des fonctions au sein de l’administration publique ainsi que les fonctionnaires éligibles à la retraite.

La série des enquêtes ne s’arrête pas, puisque de grandes entreprises et des institutions ont été dans le collimateur des services de la Présidence, comme les Douanes, la Protection civile, la gestion du foncier, l’Ansej, etc. Au lendemain de la défaite humiliante de l’équipe nationale devant la sélection marocaine, la Présidence avait demandé un rapport complet et détaillé sur la gestion de l’EN, notamment le volet financier eu égard aux sommes faramineuses allouées à la FAF. Là encore, aucun rapport n’a été rendu public. Toujours dans le domaine des sports, en mars dernier, les déclarations du ministre de la Jeunesse et des Sports, Hachemi Djiar, à El Oued, qui ont failli provoquer des émeutes, ont aussi fait l’objet d’un examen.

La télévision publique a été aussi concernée par cette série d’enquêtes «présidentielles». Mais pour l’instant, aucune sanction ou décision n’a été prise suite à ces nombreuses investigations. Elles auraient, semble-t-il, le même sort que la fameuse enquête de 2010 sur le dossier des faux moudjahidine !

Zouheir Aït Mouhoub Elwatan
leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire