Page d’accueil

samedi 8 octobre 2011

Laddh (Laghouat) : “ Combattre la violation des droits de l’homme et la corruption ”


DANS UN COMMUNIQUE RENDU PUBLIC,

LA LADDH , BUREAU DE LAGHOUAT COMPTE

“ Combattre la violation des droits de l’homme et la corruption ”

La situation des droits de l’Homme et la corruption inquiète au plus haut point la Lddh , section de Laghouat. Dans le communiqué qui a sanctionné sa réunion tenue jeudi passé, le bureau de Laghouat a indiqué qu’il compte ‘’ perpétuer le combat contre les exactions inhumaines commises par les autorités envers des citoyens en recourant intempestivement aux viles méthodes policières pour terroriser les citoyens’’.Les rédacteurs du communiqué dénoncent ces agissements qu’ils qualifient ‘’d’une erre révolue qui tendent à faire de ce pays une caserne à ciel ouvert’’.

Ne se contentant pas de dénoncer ‘’les exactions récurrentes envers les citoyens et le recours systématique à la justice afin étouffer toute initiative qui va promouvoir les libertés individuelles et collectives’’, la Laddh , bureau de Laghouat s’est élevé contre “ toutes les méthodes qui visent à salir les personnalités qui inscrivent leur combat dans la lutte contre la corruption ”. Elle a exprimé sa solidarité avec M. Slimani, poursuivi, selon eux, pour détention d’une carte sur laquelle sont inscrites les initiales ‘’LADDH’’.

En effet, selon Y. Zaid, responsable du bureau de la Laddh de Laghouat, M. Slimani, étudiant, militant des droits de l’Homme, a été arrêté en début de janvier de l’année en cours à Laghouat alors que la ville connaissait d'importantes manifestations. Lorsque les gendarmes ont découvert sur lui sa carte d'adhérent de la Laddh , il a été battu et placé en détention. Le mis en cause a été poursuivi pour les chefs d’inculpation d’attroupement non armé et d’agression avec violence de corps constitués. Après plusieurs reports, son affaire a été jugée le 04 du mois en cours et le verdict sera connu le 18 octobre prochain. Selon notre interlocuteur, le mis en cause est passible d’une lourde peine de prison. Connu par les services de sécurité de Laghouat, pour son rôle très actif dans la sensibilisation des jeunes sur la nécessité de revendiquer le respect de leurs droits fondamentaux d’une manière pacifique, M. Slimani se savait être exposé à tout moment à des représailles de la part du pouvoir. Sur la même lancée, le responsable de la Laddh de Laghouat, nous a indiqué que le pouvoir compte freiner le combat des militants des droits de l’Home par des procès.

BOUHAMAM Arezki

leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire