Page d’accueil

mercredi 7 septembre 2011

Les Algériens otages des pirates crient au secours : « Aidez-nous, nous mourrons à petit feu...»


Retenus en otage par des pirates somaliens dans l'Océan indien depuis janvier 2011, plusieurs des dix-sept marins algériens sont dans un état de santé critique, selon Fawzi Ait Ramdane, fils d'un des otages. Les captifs qui ont pu joindre les membres de leur famille au téléphone mercredi ont confié être à bout moralement et physiquement. Privés de soins et de nourriture, ils sont en danger de mort.

« Plusieurs otages sont dans un état de santé critique et ont le moral au plus bas », raconte M. Ait Ramdane qui a parlé à son père mercredi. Durant le ramadan, « les otages avaient juste droit à un morceau de pain chaque cinq jours », ajoute-t-il.

Les marins ont fustigé, l'attitude de l'affréteur jordanien du « MV Blida » et s'interrogent « quand le gouvernement algérien les sortira de cet enfer », selon leurs familles.

Épouse d'un des marins, Ouardia Hannouche n'a pas caché ses craintes en indiquant que son époux avait lancé mercredi « un véritable cri de détresse car ils (les otages) ne disposent plus ni d'eau ni de nourriture ».

Les membres des familles des captifs se sont rassemblés dans la matinée de ce mercredi devant le bâtiment de la télévision algérienne à Alger « pour dénoncer le silence des médias lourds », selon les propos de M. Ait Ramdane.

Celui-ci brandissait une banderole sur laquelle était écrit : « 9 mois ça suffit, c'est trop »

Une délégation a été reçue par Zinelabidine Bouacha, un responsable de la TV algérienne. Ce dernier, dit Souhila Benkaci, soeur d'un otage « s'est excusé », pour l'absence de couverture des sit-in des familles des marins otages.

« On lui a demandé s'ils (les journalistes de la télévision) subissaient des pressions pour ne par parler des otages, il n'a pas répondu et a affirmé que c'était une erreur et qu'il nous comprenait », estime Mme Benkaci.

Une équipe de la télévision a filmé et recueilli les déclarations protestataires qui s'étaient rassemblés devant son siège.

Les familles des otages n’ont pas cessé de tenir des rassemblements à Alger afin d’alerter les autorités sur le sort incertain des captifs.

Une rançon de 7 millions de dollars

Les pirates somaliens qui détiennent depuis janvier 2011 les 17 marins algériens ont exigé une rançon de 7 millions de dollars, a rapporté le site SomaliaReport dans son édition de mardi 23 août.

Ils avaient menacé de passer « au couteau » les otages si leur revendication n’était pas satisfaite.

En janvier dernier, les autorités algériennes avaient exclu le paiement d’une rançon pour les pirates en contrepartie de la libération des otages.

Dans un communiqué publié mi-aout par l’agence APS, le ministère algérien des Affaires étrangères a indiqué que l’Etat était « pleinement mobilisé » dans cette affaire. Pas suffisant pour rassurer les familles des otages qui redoutent le pire.

Le « MV Blida » appartient à la compagnie International Bulk Carriers (IBC), une filiale de CNAN Group créée en 2007. C'est une société mixte de droit algérien à majorité saoudienne, spécialisée dans le transport maritime de cargaisons homogènes.

Le bateau, qui transporte 27 membres d'équipage dont 17 Algériens et des Ukrainiens, se trouvait à 150 miles au sud-est du port de Salalah (Oman) et se dirigeait vers Dar es Salaam en Tanzanie quand il a été attaqué, selon la force navale européenne Atalante à Bruxelles.

Une famille danoise de cinq personnes, ainsi que deux membres d'équipage danois qui avaient été capturés par des pirates somaliens au large de la Corne de l'Afrique en février ont été relâchés et placés en sécurité, ont fait savoir mercredi 07 septembre les autorités danoises.

De leur côté, les pirates ont dit avoir libéré les Danois contre versement d'une rançon.

Avec AFP

leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire