Page d’accueil

samedi 24 septembre 2011

6eme plateforme de Dublin pour les défenseurs des droits Humains 14-16 Septembre, Dublin Castel


Mesdames, Messieurs,

Cher « e »s Ami «e »

C'est un privilège qui m’est donné d’être parmi cette honorable assemblée et de partager avec mes camarades défenseurs des droits Humain de toutes les régions du monde, l’expérience de la défense des droits de l’Homme dans mon pays, l’Algérie.

Mais avant tout, permettez-moi d’exprimer mes remerciements et ma reconnaissance à l’organisation Front Line, pour m’avoir invité à participer à cette 6eme plateforme . Front Line constitue, de par son expérience et son engagement continu au côté des défenseurs, un maillon important dans la chaine de la protection universelle des défenseurs.

Chers Amis,

Ma présence parmi vous est au nom de celles et de ceux qui militent quotidiennement, souvent dans des conditions très difficiles, pour faire avancer le combat des droits de l’Homme en Algérie.

Ma pensée va particulièrement à ces mères et épouses des personnes disparus, enlevées par les agents des forces de sécurités durant les années 90 du siècle dernier. Ces femmes « courage » continuent de braver les interdictions, les humiliations et le mépris des autorités pour réclamer la vérité et la justice sur le sort de leurs proches disparus.

Mesdames et Messieurs, avant tout, vous devez savoir que mon pays, l'Algérie, vit sous un régime militaire depuis son indépendance en 1962.

Mon pays est l'un des dernier sur cette planète ou l'audiovisuel est sous le monopole de l'état : il n'y a aucune télévision ni radio privé à ce jour.

Dans mon pays, Mesdames et Messieurs, la police politique qui dépend de l'armée, contrôle l'appareil de l'état et quadrille la population. Aucune organisation, ni même une petite association de quartier ne peut recevoir l'autorisation sans l'accord de la police politique.

La ligue des droits de l'homme ( la LADDH) que je représente ici, n'est toujours pas reconnue et ses activités sont régulièrement interdites.

Dans mon pays, la justice n'est pas indépendante. Sur un simple appel téléphonique, des innocents sont jetés en prison et des coupables protégés par le régime sont libérés.

Les militants, comme moi, subissent quotidiennement le harcèlement des autorités ( harcèlement policier, judiciaire, privation de travail et souvent même harcèlement dans la vie privé).

Etre défenseurs en Algérie n’est pas chose aisée (cela est vrai aussi dans la plupart de vos pays), et pour comprendre les difficultés que rencontre les défenseurs d’aujourd’hui, il faut avoir comme arrière-plan les années de la guerre civile que l’Algérie a subit durant ce qu’on a appelé : « la décennie noir ou rouge ». Des années durant lesquelles les pires atrocités ont été commises, les disparitions forcées, la torture, les exécutions extra-judiciaire. Ces années ont mis en avant le rôle des défenseurs qui dénonçaient sans concessions aucunes les atteintes répétées aux droits de l’homme. Cela, les a transformé en un dangereux « ennemis » pour le pouvoir. « Des agitateurs instrumentalisés par des forces occultes étrangères », disait ’on à l’époque.

Cette perception est restée intacte, bien que le pouvoir ait passé à « sa » réconciliation nationale. C’est ainsi que moi-même suis régulièrement surveillé et convoqué par les services de police pour mes activités « subversives ». D’ailleurs, il y a dix jours, j’ai été convoqué par la police d’une ville qui se trouve à 600km de chez moi et ou je ne suis jamais rendu, ET CELA pour être interrogé sur un supposé lien avec un mouvement qui aurait été créé pour revendiquer le changement. (Et oui !! il parait que chez nous, le fait de revendiquer le changement démocratique, est un acte subversif).

Et croyez-moi, la frontière entre la subversion et le terrorisme est très mince.

Depuis le déclenchement du printemps arabe, évoquer les droits de l'homme est considéré comme une trahison. C’est ainsi que les agents du pouvoir transformés en internautes et blogueurs, lancent actuellement une véritable campagne sur le web. Celle-ci vise les cybers défenseurs en les traitant de traitre de la nation,d’ « agent de l’OTAN », agent de « l’occident »et j’en passe.

Nous faisons face à une pratique scandaleuse, porteuse de grands dangers pour nous.

Chers Amis,

La révolte tant attendue des peuples arabes, met les défenseurs de la région au centre des évènements.

Pour les défenseurs des pays ayant accompli leur révolution, il s’agit d’accompagner la période de transition démocratique et de participer activement aux processus de réconciliation nationale qui doivent être mis en place.

Pour ceux des pays à la recherche de cette transformation, comme l’Algérie, leur rôle devient un enjeu pour certains, une menace pour d’autres.

AUSSI, la solidarité et la protection internationale est plus que nécessaire.

Merci pour votre attention.

Yacine Zaid,

Dublin le 14/09/2011

leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire