Page d’accueil

samedi 16 juillet 2011

Rachid Maalaoui, syndicaliste, objet d’une tentative d’assassinat : «J’accuse le pouvoir… »


Rachid Maalaoui, 47 ans, président du Syndicat national autonome du personnel de l'administration publique (Snapap), se dit victime d’une tentative d’assassinat qui a eu lieu vendredi 15 juillet lorsque les freins de son véhicule ont été sectionnés par des mains inconnues. Cet ingénieur en hydraulique qui s’est confié à DNA accuse le pouvoir d’en être le commanditaire. Entretien.

DNA : Votre voiture a fait l’objet d’un sabotage. Peut-on connaitre dans quelles circonstances l'aviez-vous découvert ?

Rachid Maalaoui Vendredi matin, j’ai constaté une fuite de l’huile dans le moteur de ma voiture. J’ai pensé que ce n’était pas grave. En plus, il n y avait pas de mécanicien pour vérifier le véhicule puisque dès lors que nous étions en le week-end. Toutefois, j’ai appelé un copain pour lui demander de régler le problème. Celui-ci m’a envoyé son fils, un peu connaisseur en mécanique.

Ce dernier a fait le nécessaire avant de repartir sans me révéler l’origine du problème. Il m’a juste dit que je pouvais circuler en attendant de voir davantage à propos de la pièce abimée. Pris de peur, le fils de mon ami, après avoir consulté son père, m’a appelé vendredi à 22h pour me dire que la panne était due une coupure de pince. Les câbles ont été délibérément sectionnés.

Quelle a été votre réaction ?

Beaucoup de personnes à qui j’ai montrées la pièce endommagée m’ont affirmé qu’il s’agissait clairement d’une coupure à l’aide d’une pince. Je vais encore soumettre le véhicule à l’expertise d’autres mécaniciens.

En sectionnant les câbles, ils (les auteurs, NDLR) espéraient que l’huile allait se vider rapidement, ce qui pouvait constituer une catastrophe. Dans ce cas, la mort est certaine. Heureusement, nous l’avions découvert à temps.

Vous pensez qu’il y a une volonté d’attenter à votre personne ?

Effectivement ! Il existe une volonté claire. Nous sommes sur le terrain de l'activisme syndical, nous des militants actifs qui dérangent. Aujourd’hui, nous avons une rencontre avec la rapporteuse spéciale des Nations unies sur le droit à un logement convenable, Raquel Rolnik. Nous avons également rencontré à Oran le rapporteur spécial de l'ONU sur la liberté d'expression, venu faire un constat après la levée de l’Etat d’urgence en Algérie en février 2011. Souvenez-vous, peu de temps après la visite du rapporteur spécial de l'ONU sur la liberté d'expression, un militant de la CNCD Oran, le professeur Kherroumi, a été assassiné. Le hasard ne peut pas se reproduire à chaque fois !

Et qui serait, selon vous, l’instigateur de cette tentative d’assassinat?

J’accuse le pouvoir. Je suis un simple fonctionnaire et un syndicaliste. Je ne suis pas dans les affaires pour avoir des ennemis dans le monde du business.

Qu’allez-vous faire maintenant ?

D’abord, je viens d’informer la rapporteuse spéciale des Nations Unies sur le droit à un logement convenable, Raquel Rolnik. Nous allons déposer plainte aux juridictions internationales. Celles-ci seront informées de ce qui s’est passé incessamment. La pièce endommagée sera aussi envoyée pour expertise à l'étranger. Je tiens à préciser par ailleurs que nous n’allons pas déposer plainte en Algérie puisque je ne reconnais pas les juridictions nationales. Nous avions déposé plainte, lors du vol de la maison des syndicats à Alger, mais nous avons aucune réponse jusqu’ à aujourd'hui.

leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire