Page d’accueil

lundi 11 juillet 2011

Libération du p/apc de Zéralda Des citoyens se mobilisent

Des dizaines d’habitants de la commune de Zéralda ont organisé, hier, un sit-in devant le siège de l’APC pour réclamer la libération du président de l’Assemblé populaire, Mouhib Khatir, arrêté par la police mercredi dernier et détenu à la prison de Hadjout, dans la wilaya de Tipasa.

«Le président est innocent», «Où est la justice ? Le plaignant emprisonné» et «Les habitants de Zéralda contre la corruption», tels sont les slogans brandis par les contestataires. Femmes, hommes et enfants se sont disputé la prise de parole pour défendre leur
P/APC. «Les citoyens de Zéralda soutiennent leur président. Nous demandons aux autorités de le libérer immédiatement sinon on passera à d’autres moyens de contestation plus radicaux. Le P/APC est un enfant de Zéralda et n’a pas cessé de combattre les lobbies d’intérêt dans la commune depuis son élection, en 2007. Ce sont ces derniers qui seraient derrière son emprisonnement. Il n’est pas normal qu’un élu du peuple soit traité de telle manière», s’indigne M’hamed, un jeune fonctionnaire.


De son côté, Mme Khatir crie au «complot» contre son époux : «Il a été arrêté par des policiers en civil comme un vulgaire voyou. Pourquoi ils ne l’ont pas convoqué au commissariat ? Mon mari n’a jamais fui la justice pour qu’il le fasse cette fois-ci.» «Il a été presque kidnappé. On l’a arrêté sans mandat et sans convocation. C’est le procureur général de Blida, Mohamed Abdeli, qui a instruit l’affaire. Puisque mon client est un officier public, le tribunal de Hadjout s’est chargé de l’affaire», a précisé maître Fodil Djamel, son avocat. Selon nos interlocuteurs, le P/APC était opposé depuis quelques années au gérant d’un hôtel-cabaret situé dans le centre des affaires de la commune, entre la cité des 500 Logements et la cité CNEP El Boustane. «La gérante du cabaret a attaqué mon client pour diffamation, pour des propos tenus dernièrement dans une conférence de presse», a indiqué Me Fodil. Mais on ne reproche pas que cela à M. Khatir, selon son avocat : «Mouhib Khatir sera jugé pour deux affaires distinctes».

Un autre plaignant accuse le P/APC d’escroquerie et d’abus de pouvoir. «Cette affaire remonte à 2007 quand mon client a fait un bon de commande pour acheter 6 téléphones portables, une caméra et une unité centrale. Le vendeur qui l’accuse n’a pas respecté les procédures de livraison et a gonflé les prix de la marchandise. M. Khatir a refusé de signer la facture. Le plus drôle est que le P/APC a déjà déposé une plainte contre cette personne pour tentative d’escroquerie auprès du tribunal de Chéraga. Le plaignant devient donc l’accusé.» Et à Me Fodil de conclure : «Mon client a entamé une grève de la faim avant-hier pour réclamer l’intervention du président de la République dans cette affaire et interpeller les ligues de la défense des droits de l’homme. Il aspire à ce que la justice soit rétablie.»

Samir Ghezlaoui eLWATAN
leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire