Page d’accueil

lundi 18 juillet 2011

Les citoyens ferment la RN1 menant vers le Grand-Sud


Pour faire entendre leur détresse, ni le mercure qui a atteint les 45 C° ni les élus n’ont convaincu, samedi, les citoyens de Hassi-Dellaâ de libérer RN1 à la circulation. En effet, à l’aide des pierres et autres moyens de fortune, plus d’une centaine de citoyens, jeunes et moins jeunes, ont élu domicile samedi dernier au niveau du branchement permettant de bifurquer vers la localité de Hassi-Dellâa, à quelque 90 kilomètres au sud de Laghouat, pour procéder, depuis 10h30, à la fermeture de la RN1 en plusieurs endroits, empêchant ainsi la circulation automobile venant de et vers les régions du Grand- Sud. Seul moyen, selon les protestataires, d’amener les pouvoirs publics à se pencher sérieusement sur les multiples problèmes qui continuent à “ronger” leur localité. Les banderoles confectionnées par les jeunes, visiblement très actifs, portaient sur des slogans mettant clairement en relief leurs revendications telles que “La capitale du gaz est dépourvue d’un CHU”, “Nous ne sommes pas une corbeille électorale”, “Élus, qu’est-ce que vous avez donné à votre wilaya ?”… Aux environs de 11h, les tentatives de négociations, menées par le chef de compagnie de la Gendarmerie nationale de Hassi-R’mel, se sont avérées vaines. Les manifestants sont décidés de maintenir la pression jusqu’à satisfaction de la totalité de leurs revendications, puisque même le groupe de notables de la région, accompagné du sénateur Sahli Abdelkader, a essuyé un refus catégorique de négocier. Selon les protestataires, leurs revendications principales se résument en l’ouverture de services de radiologie, de maternité et un laboratoire d’analyses médicales au niveau de la polyclinique de Hassi-Dellaâ. Ajouté à cela, une morgue jugée plus que nécessaire, en plus d’une unité de la Protection civile et la présence de son directeur général.

BOUHAMAM Arezki LIBERTE
leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire