Page d’accueil

lundi 20 juin 2011

Manifestation pacifique hier À Ouargla Les jeunes exigent le changemen



Après sept ans de lutte pour des postes de travail qui ne viennent pas, les jeunes demandent un changement radical de l’administration locale.

Une impressionnante marche pacifique a été organisée ce dimanche en plein centre-ville de Ouargla où plus de 500 jeunes ont réclamé le départ de l’administration locale. «La wilaya la plus riche du pays croule sous les ordures», «le pétrole coule à flots et nous mourrons de faim», «à bas la corruption et la hogra», «tous contre la bureaucratie qui nous asphyxie». Tels sont les nouveaux slogans des jeunes de Ouargla qui ont apparemment décidé de placer la barre haut. Ils ont organisé une grande manifestation qui regroupé des jeunes issus des principaux quartiers de Ouargla, du Ksar, de Mekhadma, de Gherbouz, de Saïd Otba, de Haï Bouzid, de Rouissat avec un seul mot d’ordre : une jeunesse unie contre la bureaucratie.

Les manifestants ont marché tout au long de la matinée après un sit-in de plusieurs heures près de l’hôtel de la ville, bloquant la circulation entre le quartier commercial de Souk El H’djar et les sièges de la daïra et de la mairie de Ouargla. Plus loin, sur l’avenue Si El Haouès, les chômeurs postés devant le siège de la wilaya depuis deux semaines rejoignent les marcheurs. Ils se veulent solidaires et unis «pour faire front devant une administration qui n’a pas encore saisi le message». Ils pensent que le seul moyen de pression sera la manifestation pacifique et des slogans ciblés clamant le changement. Visibles par tous autant à la société locale qui est devenue insensible aux sit-in quasi quotidiens qu’aux soi-disant représentants du peuple qui les regardent de loin, et même les responsables sommés par leurs tutelles respectives de ne pas réagir, les jeunes ont, semble-t-il, réorganisé les troupes et décidé de faire de cet été celui de la mobilisation.

Une année après leur première tentative de suicide collectif et après une année entière de manifestations diverses dans la rue, devant la wilaya, la daïra, l’ANEM, etc. rien n’altère leur détermination ni la chaleur torride ni l’indifférence des autorités, et encore moins les services de sécurité qui ne les lâchent pas d’une semelle. Après sept ans de lutte pour des postes de travail qui ne viennent pas, les jeunes demandent un changement radical de l’administration locale : du sang frais, des responsables à l’écoute et surtout que les personnes impliquées dans la gestion désastreuse du dossier de l’emploi soient comptables de leurs actes. Il est à souligner qu’à Ouargla et Hassi Messaoud des sit-in se tiennent en permanence, l’un devant le siège de la daïra et l’autre devant celui de la wilaya depuis plusieurs semaines.

Houria Alioua ElwatanleBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire