Page d’accueil

mercredi 25 mai 2011

Ouargla : Désespéré de la vie, un jeune chômeur tente de s’immoler par le feu Lire l'article original : Ouargla : Désespéré de la vie, un jeune chôme


Un chômeur, âgé d'une trentaine d'années, a tenté de s’immoler par le feu devant le siège de la wilaya d’Ouargla, à 800 kms au sud d’Alger, a appris DNA auprès de Taher Bellabes, animateur du comité national pour la défense des droits des chômeurs. L'intervention de la police et des agents de sécurité a évité le pire.

Décidé à mettre un terme à sa vie, le jeune désespéré a aspergé son corps avec de l’essence. Il voulait, sans doute, prendre à témoin les passants devant le siège de la wilaya (préfecture).

Postées devant le bâtiment administratif, des agents de sécurité et des policiers en faction ont intervenu in extremis pour éviter le pire, ajoute notre interlocuteur, joint par téléphone. « Ce jeune vit dans des conditions de pauvreté extrême. Sans mère est atteinte d’un cancer. C’est le désespoir qui l’a poussé à attenter à sa vie», raconte Tahar.

A deux doigt de se transformer en torche humaine, ce jeune chômeur a été ensuite emmené aux environs de 17H30 au commissariat de la police. « La police veut lui établir un PV avant de le relâcher », indique encore ce membre du comité des chômeurs.

Ce n’est pas la première fois ces tentatives de suicide se produisent dans cette région du sud, pourtant l’une des plus riches d’Algérie.

Fin mars 2011, pour tentative d’immolation devant un commissariat de police, Ziouane Hamza et Aldjia Adel, deux jeunes chômeurs originaires d’Ouargla avaient été arrêtés et emprisonnés pendant plusieurs jours.

L’Algérie a enregistré plus d’une quinzaine de tentatives de suicide par immolation depuis le début de l’année en cours. Deux personnes y ont trouvé la mort.

Depuis quelques jours, une vive tension règne dans la ville du sud du pays. La route principale a été bloqué mardi 24 mai par des jeunes chômeurs entres 10H et 14 H, selon Tahar Bellabes. Les protestataires réclament un travail décent et un peu de considération de la part des autorités locales.

Hassi Messaoud, plus de 80 km au sud-est d’Ouargla, de jeunes chômeurs qui tenaient depuis quatre jours un rassemblement devant la siège de la daïra ont été violemment dispersés par les forces antiémeutes, affirme l’animateur du comité des chômeurs.

Classée commune la plus riche en Algérie, Hassi Messaoud occupe la seconde place au niveau africain avec des recettes annuelles dépassant 1800 milliards de centimes ( 245 millions de dollars) correspondant à la collecte d’impôts et taxes prélevés sur plus de 149 entreprises pétrolières et de services.

leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire