Page d’accueil

samedi 28 mai 2011

Exclusive. Hassi R’mel : Un haut responsable de Sonatrach et sa famille au cœur d’un grave scandale !


Stupéfiant, ahurissant, renversant, les qualificatifs manquent pour décrire le récent scandale qui vient d’ébranler à nouveau la compagnie Sonatrach. Naguère une société respectable, aujourd’hui, elle s’est transformée en repaire pour des caïds mafieux. En tout cas, à Hassi R’mel, le chef de division intendance de Sonatrach a réussi à souiller entièrement la réputation de la première entreprise en Afrique. Et pour cause, Mohamed Khodja, chef de division intendance à Hassi R’mel, s’est retrouvé depuis mardi au cours d’une grave affaire scandaleuse qui a défrayé la chronique au sud du pays. Tout a commencé d’abord lorsque la femme de ce responsable s’est arrogée un logement social au détriment de d’autres familles nécessiteuses de Hassi R’mel, localité saharienne qui regorge de familles pauvres et privées d’un toit décent.

Lors de l’affichage de la liste des bénéficiaires des logements sociaux qui comprend la femme de ce responsable aisé de la compagnie Sonatrach, la population de Hassi R’mel n’a pas pu retenir sa colère. Comment accepter que madame Khodja qui possède une grande villa en marbre à Bou Ismaïl puisse prendre à la place de nombreuses personnes en difficultés un logement social ? L’atteinte aux lois et à la dignité est très grave pour qu’elle passe sous silence. Pendant plusieurs jours, la protestation gagne toute la ville de Hassi R’mel. La colère populaire finit par obliger les autorités locales à revoir leur copie en excluant la richissime madame Khodja de la liste des bénéficiaires des logements sociaux. Mais cette victoire de la justice n’a pas apaisé les esprits, du moins pas ceux de la famille du responsable de Sonatrach à Hassi R’mel. Guidé par la colère et la vengeance, le fils de Mohamed Khodja ne trouve pas mieux que d’aller insulter et chercher querelle à des jeunes de Hassi R’mel lesquels ont contesté vigoureusement l’attribution d’un logement social à sa mère. Le fils de Mohamed Khodja ira même jusqu’à renverser avec sa voiture deux jeunes de Hassi R’mel qui sont passés devant lui sur leur mobylette.

Le lendemain, face à l’immobilisme des forces de la police devant cette grave agression, des jeunes de Hassi R’mel sont partis réclamer justice en caillassent le véhicule du fils de Mohamed Khodja. Celui-ci, au lieu de prendre peur, il s’est encore enhardi et décide de donner une autre tournure à sa conduite scandaleuse. Mardi, il contacte des jeunes voyous à Bou Ismaïl et leur propose, en contrepartie d’une importante somme d’argent, de venir livrer une guerre aux jeunes de Hass R’mel qui ont osé contester l’attribution d’un logement social à sa mère ! Ainsi, mardi soir, deux fourgons transportant des dizaines de jeunes délinquants armées de couteaux et de sabres sont venus semer la panique et la haine à Hassi R’mel. Dès leur arrivée, ces voyous dirigés par le fils de Mohamed Khodja, s’attaquent à plusieurs jeunes et kidnappent même trois jeunes de Hassi R’mel pour les torturer et les poignarder. Et si un de ces malheureuses victimes a réussi à s’en fuir, ces deux amis ont été gardés en otage par la horde de criminels venue du nord pour faire payer au gens du sud leur soulèvement contre l’arbitraire et l’injustice.

Choqués par cette déclaration de guerre en bonne et due forme, les jeunes de Hassi R’mel décident de se mobiliser pour défendre leur honneur et protéger leurs familles contre les agissements de la bande mafieuse présidée par le fils de Mohamed Khodja, un haut responsable de Sonatrach. Des centaines de jeunes se dirigèrent alors vers la demeure des Khodja pour la brûler et faire payer à ses habitants leur comportement inqualifiable. Et ce n’est qu’à ce moment-là que la police décide d’intervenir pour épargner aux Khodja un véritable carnage. Pour calmer la population qui bouillonne de colère et menace de tout brûler si la justice et la police n’accomplissent pas leur devoir, les forces de l’ordre décident de placer sous mandat de dépôt Mohamed Khodja, sa femme et ses deux enfants.

Ils seront acheminés vers Laghouat, à 400 Km d’Alger, pour être présentés devant le procureur de la République pour répondre de leurs actes gravissimes. Mais pendant leur arrestation, la famille Khodja s’est adonnée à un grave spectacle de vulgarité. D’abord le père, Mohamed Khodja, qui se croyait au-dessus des lois avec son statut de haut cadre de Sonatrach. «Je vous ai longtemps arrosés avec mon argent. Et c’est comme ça que vous me renvoyez l’ascenseur !», s’écrie-t-il devant les policiers en menaçant de dévoiler des dossiers scandaleux impliquant les responsables des services de sécurité à Hassi R’mel. «Je t’achèterais avec 30 millions», lance à son tour le fils à la figure du commissaire de police de Hassi R’mel qui ne manque pas de lui répondre : «On verra si tu peux m’acheter à Laghouat devant le procureur» ! Notons que même embarqué dans le véhicule de la police, le fils de Mohamed Khodja n’a pas cessé de provoquer le courroux de la population de Hassi R’mel en lui lançant un bras d’honneur de la fenêtre du 4 X 4 des forces de l’ordre !

Jeudi, la famille Khodja a été présentée au palais de Justice de Laghouat pour répondre de plusieurs graves chefs d’inculpation. Et si pour le moment, on ne sait toujours pas comment ce procès retentissant sera conduit, des sources dignes de foi à Laghouat ont indiqué à Algérie-Focus que les autorités sont déterminées à prononcer une sentence sévère à l’encontre de cette famille mafieuse, longtemps protégée par la direction générale de Sonatrach, afin de satisfaire une population outrée par autant d’abus de pouvoir. De leur côté, les habitants de Hassi R’mel se sont déplacés massivement jeudi à Laghouat pour lancer un avertissement au Procureur de la République : l’impunité ne sera jamais tolérée et le recours à l’émeute sera une réponse sanglante à défaut d’une véritable justice….

Amine Malik Algérie-Focus

leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire