Page d’accueil

lundi 30 mai 2011

ENTRETIEN : M. Yassine Zaïd, blogueur et passionné des NTIC « On préfère investir dans la censure que dans la sécurité informatique »

« On préfère investir dans la censure que dans la sécurité informatique »

Ce mordu des nouvelles
technologies de l'information
et de la communication (NTIC)
revient sur la sécurité
informatique en Algérie. Selon
lui, la menace du piratage en
Algérie est omniprésente.
Algérie News : Le groupe de défense américain
« Lockheed Martin » a été victime
avant-hier d'une attaque informatique. Si
les USA ont été ciblés par ces attaques,
qu'en est-il de l'Algérie ? Sommes-nous
prêts à faire face à ce type de menace ?
Yassine Zaid : Si les pays les plus développés
au monde n'ont pas échappé à une
attaque informatique alors qu'ils sont bien
préparés, comment voulez-vous que
l'Algérie puisse y faire face ? Notre pays
n'est pas à l'abri d'une telle menace. Pis
encore, l'Algérie est découverte pour l'étranger,
il serait facile au plus débutant des
hakers de pirater nos informations.
D'ailleurs, les sites web algériens les plus en
vue ont été victimes d'au moins une attaque.
Autre problème à soulever: l'Algérie ne
s'intéresse pas à la question de la sécurité
informatique. Pour preuve la plupart des
sites web institutionnels ne sont pas mis à
jour à l'image du site Internet d'Algérie
poste. Si vous voulez consulter votre compte
CCP, vous remarquerez que le site est toujours
bloqué. Ce qui me révolte c'est que
l'Algérie a les moyens de sécuriser ses données
et informations, mais elle est occupée
par autre chose.
Pourquoi n'a-t-on pas sécurisé nos données
et informations ?
Parce que l'Algérie préfère investir dans
la censure que d'investir dans la sécurité
informatique. Cette dernière représente
pour elle une question secondaire.
D'ailleurs, un grand nombre de blogs et de
groupes tels que la Cité des anges, le groupe
Bezzaf ont été censurés. Mon propre blog a
été censuré il y a seulement quelques jours.
L'Etat a fait le choix de ne pas augmenter le
débit afin de mieux contrôler ce qui se fait
sur le net.
Que faire alors si l'Algérie était victime
d'un piratage informatique ?
Il faut tout simplement s'équiper de programmes
anti-piratage. Il faut aussi former
nos ingénieurs informatiques comme cela se
fait dans les multinationales. A ce jour, nous
n'avons pas de transactions financières qui
se font par le biais de la Bourse d'Alger, si
c'était le cas ça serait un véritable problème.
Propos recueillis

par Hasna Zobiri Algérie News

leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire