Page d’accueil

jeudi 12 mai 2011

Djamel Ould Abbes, le ministre qui brasse, brasse et brasse encore du vent Lire l'article original : Djamel Ould Abbes, le ministre qui brasse, brass


Depuis novembre 2010, le ministre de la Santé, Djamel Ould Abbes ne cesse de dire une chose et son contraire. Confronté à une vague de protestation sans précédente dans son secteur, Ould Abbes, arrivé au département de la Santé en mai 2010 après un long bail au ministère de la Solidarité nationale, multiplie les engagements, les promesses, les menaces et les annonces sans lendemain. Petit florilèges de ses déclarations.

Dimanche 7 novembre 2010 : augmentation des salaires

Interrogé sur l’augmentation des salaires du personnel de la santé, Djamel Ould Abbes a révélé avoir «présenté des propositions au gouvernement» dans ce sens. « Je suis actuellement en négociations selon ce que permet le budget pour que ces augmentations aient lieu. C’est une revendication que je défends personnellement parce que c’est une revendication légitime», a-t-il dit. Il a relevé à ce propos que la question est réglée pour les professeurs dans le cadre du ministère de l’Enseignement Supérieur.

«Pour les médecins spécialistes, généralistes et les infirmiers, il est indispensable d’augmenter leurs salaires selon leurs responsabilités. J’espère que ces augmentations interviendront avant la fin de l’année», a-t-il encore dit M. Ould Abbes. Quant au taux de ces augmentations, il s’est contenté de dire qu’elles «sont bonnes et réjouiront les concernés».

Dimanche 7 novembre : Nouvelle loi sur la Santé prête

«La nouvelle loi sur la santé est prête, mais nous sommes en dialogue avec les syndicats, les partenaires du ministère, les professeurs, les médecins spécialistes et généralistes ainsi que les infirmiers pour avoir leurs avis. Nous allons rencontrer chaque semaine une catégorie de ceux-ci et quand on aura pris leurs avis, la mouture finale du texte sera présentée au gouvernement. En tous cas, «le texte sera présenté à l’APN avant la fin de l’année en cours», a-t-il conclu.

Lundi 4 avril : « Grève illégale »

« Je trouve anormal qu'ils (médecins résidents) poursuivent leur grève alors que nous nous sommes réunis (la semaine dernière) et mis en place trois commissions chargées d'étudier leurs revendications. Cette grève est injustifiable et totalement illégale », a-t-il déclaré Ould Abbes.

Selon le ministre, les médecins résidents « devaient au moins attendre les conclusions des commissions prévues dans une semaine (...) et, dans le cas où ils ne seraient pas satisfaits, ils pourraient alors protester et faire la grève dans un cadre légal. »

Mercredi 23 avril 2011 : Satisfaction « immédiate de la prime de contagion et l'augmentation de la prime de garde »

Djamel Ould Abbas, ministre de la Santé, a convoqué dans la matinée une réunion avec les directeurs des hôpitaux. Il a « regretté » que les représentants des médecins résidents ne se soient pas présentés à une réunion consacrée à l'examen de leurs revendications.

Le ministre, cité par l’agence officielle APS, s’est engagé à satisfaire dans l’immédiat « deux revendications », à savoir la prime de contagion et l'augmentation de la prime de garde. Il s’est dit aussi « prêt » à revoir le statut particulier du médecin résident.

Pour ce qui est du reste des revendications, dont la « suppression du service civil et militaire », Ould Abbas a assuré que son département « œuvrera à trouver des solutions » avec les ministères concernés. Une commission nationale composée de cadres supérieurs du ministère et des directeurs généraux des CHU pour discuter des revendications des médecins résidents a été installée.

DNAleBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire