Page d’accueil

samedi 28 mai 2011

Des ministres algériens avec des comptes en millions d’euros à l’étranger selon «El Khabar»


Une enquête internationale a mis la lumière sur l’identité de détenteurs de comptes bancaires à l’étranger gonflés de plusieurs millions d’euros ces trois dernières années. Ils seraient détenus par des hauts responsables algériens, dont des ministres, actuels ou anciens, de l’époque du président Bouteflika. C’est le quotidien « El Khabar » qui le révèle de « source bien informée ».

« Vingt poids-lourds » de la haute fonction algérienne détiendraient des comptes bancaires en France, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, avec des soldes en millions d’euros ou de dollars. Parmi eux, des ministres actuellement en fonction et d’autres anciens, de hauts responsables et des directeurs d’importants organismes publics.

Ce « brûlot » est lâché par le quotidien national « El Khabar » dans son édition du jeudi 26 janvier sous le titre « Découverte de soldes en milliards de hauts responsables dans des banques étrangères ». Tout serait parti, selon l’article de notre confrère, d’une enquête à l’international dans le cadre de la lutte contre le blanchiment des capitaux d’origine douteuse. L’enrichissement brutal sur une courte durée est une source d’alerte, qui a conduit l’enquête, dans le cadre d’une coopération internationale, à mettre des noms sur les titulaires de comptes bancaires aux soldes « parfois supérieurs à 200 milliards en centimes algériens ».

Au total 200 détenteurs de comptes suspects ont été identifiés. Vingt d’entre eux seraient particulièrement connus. Il s’agirait de responsables algériens de haut rang, dont des ministres en exercice. L’enquête n’a pas encore abouti en Algérie, selon « El Khabar », à l’ouverture d’informations judiciaires contre les personnes suspectées d’avoir détourné des fonds dans l’exercice de leurs fonction ou touché des dessous de table à la faveur de la signature de contrats à l’international.

Les autorités algériennes souhaiteraient vérifier d’abord si la source d’enrichissement n’est pas la vente de biens immobiliers en Algérie et le transfert des revenus convertis en devises. Le fisc s’intéresserait dans ce cas à la sous-déclaration des revenus et traquerait l’évasion fiscale. « El Khabar » croit savoir qu’un haut responsable visé par l’enquête a vendu trois villas sur les hauteurs d’Alger en ne déclarant qu’un montant équivalent à la vente d’une seule. Les soldes bancaires exhumés à l’étranger serviraient à faire des rapprochements comptables.

Le président Bouteflika aurait encouragé la poursuite de l’investigation en Algérie, selon « El Khabar ». L’enquête, telle que rapportée par le journal algérien, ne dit pas si parmi les ministres et les hauts responsables détenteurs de fortunes à l’étranger se trouvent des personnes du premier cercle présidentiel.

Samy Injar Maghreb Emergent


leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire