Page d’accueil

jeudi 26 mai 2011

Biens revendus, transferts de devises : Des ministres de Bouteflika visés par des enquêtes


Ce n'est plus un secret désormais : de hauts cadres de l'Etat dont des ministres en fonction ont transféré des fortunes à l'étranger. Des enquêtes visent une vingtaine de personnes dont des ministres de l’actuel gouvernement qui auraient vendu leurs biens en Algérie, transféré des fortunes dans des comptes en France, en Grande Bretagne et aux Etats-Unis. Les autorités algériennes n’ont pas démenti ces informations en dépit de leur gravité.

Selon le quotidien arabophone El Khabar (jeudi 26 mai), une enquête diligentée par le DRS (Direction du Renseignement et de la Sécurité) fait ressortir que, s’agissant des trois dernières années, au moins vingt noms etre ministres actuels et anciens et responsables de grandes institutions seraient impliqués dans des opérations délictueuses.

Les investigations concernent notamment des comptes bancaires ouverts par ces personnes en France, en Grande-Bretagne ainsi qu’aux Etats-Unis.

« Un ministre et ses fils ont transféré l'équivalent de 2 milliards de dinars (27,6 millions de dollars), un autre ministre a transféré la moitié de cette somme, ce dernier a obtenu deux portefeuilles ministériels depuis 1999, » écrit le journal El Khabar dans son édition du jeudi 26 mai.

Il semblerait que ces sommes vertigineuses transférées à l’étranger dans des mallettes via les aéroports algériens proviendraient de ventes de biens mobiliers et immobiliers, ventes réglées en dinars ou en devises.

Un autre responsable toujours en fonction, mais dont l’identité n’a pas été révélée, a fait une fausse déclaration concernant la valeur de ses trois villas situées sur les hauteurs d'Alger. Cédées à des montants astronomiques, elles ont été déclarées pour un prix dérisoire.

Un ministre avec une valise contenant un million d'euros

Ces révélations interviennent alors qu’une rumeur évoque le cas d’un ministre de l’actuel gouvernement qui aurait été récemment arrêté dans une capitale africaine alors qu’il s’apprêterait à transférer 1 million d’euros transportés dans une valise. Ce ministre n’aurait dû son salut qu’à l’intervention du président de la République.

Ces informations qui n’ont pas suscité de réactions ni de la part du gouvernement ni du parquet pourtant très prompt à s’autosaisir quant de hauts responsables se sentent diffamés font écho d’autres tout aussi graves révélées un mois plutôt ainsi qu’au mois d’avril.

Quatre ministres visés par des enquêtes

Dans son édition du mercredi 27 avril 2011, El Khabar révélait que la Présidence a diligenté une enquête sur plusieurs acquisitions suspectes de biens immobiliers et des retraits bancaires massifs ainsi que des transferts d’argent vers l’étranger impliquant quatre ministres actuels et plusieurs hauts cadres de l’Etat.

Le quotidien qui dispose de détails « sourcés » précisait que la Présidence a reçu des informations indiquant que plusieurs ministres et hauts cadres ont acquis plusieurs biens immobiliers, attestés par des actes et des mouvements bancaires et ce, depuis le début de l’année en cours.

El Khabar rajoutait qu’un des ministres visés par l’enquête a acheté deux villas, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, pour ses deux fils qui s’y sont installés depuis le mois de mars 2011.

Ce ministre a occupé plusieurs postes de responsabilités au sein du Département de l’Intérieur avant d’intégrer le Gouvernement.

Des fortunes transférées en Europe

Un autre ministre est suspecté d’avoir « injecté de grosses sommes en devises dans des comptes bancaires ». Il s’agirait d’un ministre qui a alterné plusieurs postes avant d’être écarté du centre de décision lors du dernier remaniement opéré en mai 2010.

Le troisième ministre a effectué d’importants retraits en devise après avoir converti ses avoirs bancaires, initialement en dinar. Il est suspecté d’avoir transféré sa fortune vers un pays européen où il vient d'obtenir un titre de séjour.

Un fils d'un ministre aurait raflé des projets en un temps record grâce à papa

Le quatrième ministre a intégré le Gouvernement lors du dernier remaniement seulement. Les biens et les comptes bancaires de ce dernier ainsi que ceux de sa famille seraient sous la loupe des enquêteurs qui se focalisent sur les activités de son fils qui auraient raflé plusieurs projets en un temps record dans le secteur que chapeaute son papa.

Ces informations sur les transactions et sur les carrières des personnes, sans jamais les nommer, comportent pourtant, suffisamment de détails, pour savoir, sans être devin, de qui il s'agit.

Le fait que ces informations aient fuité dans la presse est loin de signifier que ces investigation touchant ces personnes auront un prolongement judiciaire.

leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire