Page d’accueil

mardi 10 mai 2011

AFFAIRE HASSAN BOURAS, JOURNALISTE D’EL BAYADH


COORDINATION NATIONALE POUR LE CHANGEMENT ET LA

DEMOCRATIE D ’ORAN

DECLARATION

Une forte délégation de la CNCD Oran s’est déplacée le Vendredi 06-05-2011 à El Bayadh pour y rencontrer et soutenir le journaliste et militant des droits de l’homme Hassan BOURAS, ainsi que toute sa famille. Hassan qui venait, quelques jours avant, de suspendre une grève de la faim de 13 jours.

Ce déplacement avait pour but de montrer que Hassan BOURAS et toute sa famille ne sont pas seuls et qu’ils trouveront auprès de la CNCD D’Oran toute l’aide et la solidarité nécessaire pour faire cesser l’acharnement que subit le militant et toute sa famille depuis plusieurs années.

La CNCD a décidé dans ce cadre de préparer une Conférence de presse, avec la participation d’Hassan BOURAS , pour rendre compte des réponses obtenues à travers les actions qu’elle compte engager, à savoir :

- demander l’intervention du haut commissariat des droits de l’homme de l’ONU à travers l’interpellation du rapporteur spécial de l’ONU pour la liberté d’expression et de la presse qui avait déjà été informé des dépassements enregistrés lors de sa rencontre avec les membres de la CNCD d’Oran en date du 15/04/2011. .

- de faire intervenir Amnesty international à travers les délégués qui avaient rencontrés des membres de la CNCD Oran pour lancer une campagne internationale de soutien à Hassan BOURAS et sa famille

-de faire intervenir la LADDH pour que soit enclenché les mécanismes onusiens de protection des militants des droits de l’homme

-de faire intervenir l’organisation de défense des droits de l’homme HUMAN WRIGHTS WATCH pour qu’elle prenne en charge ce cas de harcèlement

-d’assister ce militant en lui constituant des avocats.

La CNCD d’Oran appelle tous les personnes éprises de justice et attachées au principe de l’Etat de droit, en particulier les habitants de la ville d’El Bayadh ainsi que les journalistes, à participer à cette campagne pour faire cesser cette injustice car ce cas illustre très bien le sort qui est réservé aux militants et militantes des droits de l’homme dans les villes de l’intérieur.

Oran, le 09/11/2011

leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire