Page d’accueil

mercredi 20 avril 2011

Disparition de Kerroumi Ahmed un militant politique à Oran

Ahmed Kerroumi, militant du MDS et membre de la CNCD-Oran n’a pas donné signe de vie depuis plus de 28 heures. Mardi dernier, il a passé la matinée au CRASC (Centre de Recherches en Anthropologie Culturelle) où il mettait les dernières touches pour un colloque qu’il préparait pour demain mercredi.

Vers midi, il avait reçu un coup de fil de la part d’une personne avec qui il a fixé un rendez vous. Depuis, sa famille et ses amis n’ont pas de nouvelles de lui. Son téléphone portable sonne mais lui ne répond pas. Sa femme, très inquiète, explique que son mari a l’habitude de rentrer tous les jours vers 16h pour prendre son déjeuner. Quand il lui arrive de sortir, il prévenait toujours sa famille.

Depuis la fin de la journée d’hier, sa famille, ses camarades de parti et de la CNCD-Oran ont entrepris des recherches au niveau des services de police et hospitaliers. De sa part, la directrice du CRASC a saisi directement le wali d’Oran. Des affiches signalant sa disparition ont été accrochées au niveau d’un campus universitaire. Aujourd’hui, sa femme a déposé une plainte au niveau du commissariat. Un responsable de cette institution a confirmé à un confrère que son cas est pris en charge.

Pour sa part, la LADDH a rendu public un communiqué où elle signale la disparition de ce militant politique. Aussi, elle réclame des autorités policières et juridiques « de prendre en charge cette disparition par tous les moyens que permet la loi notamment en procédant à la localisation de son téléphone portable avant épuisement de la batterie ». En effet, l’opérateur téléphonique peut localiser son téléphone. Mais selon certains, on recourt à cette procédure quarante huit heures après l’annonce de la disparition. Signalons enfin que tous ses amis, ses camarades et sa famille sont tous mobilisés pour tirer au clair cette affaire.

ZIAD Salah Algérie-Focus

leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire