Page d’accueil

vendredi 29 avril 2011

Dalila Touat à DNA : « Ce verdict confirme mon droit à réclamer nos droits sans être harcelée » Lire l'article original : Dalila Touat à DNA : « Ce v


Poursuivie pour distribution de tracts, Dalila Touat, 35 ans, diplômée au chômage, a été jugée aujourd’hui au tribunal de Mostaganem. Quelques heures après son acquittement, elle s’est confiée à DNA sur son procès ainsi que sur militantisme. Entretien express réalisé par téléphone.

DNA : Le tribunal de Mostaganem a prononcé votre acquittement. Vous vous attendiez à une telle décision de la justice ?

Dalila Touat : Franchement, non ! Je pensais qu’on allait me condamner avec sursis ce qui aurait gêné ma quête pour un poste d’emploi ou ma carrière professionnelle.

Quel est votre sentiment après ce verdict ?

Je suis contente que les Algériens s’unissent et ne fléchissent pas devant l’injustice. Je très contente d’avoir été acquitté. Je ne croyais pas mes oreilles à l’énoncé du verdit. Auparavant, j’avais eu une peur incroyable que j’ai tenté de maîtriser. La juge m’a dit « vous devez êtres fière d’être algérienne. Vous êtes acquittée ». Ces propos m’ont beaucoup touché. Le verdict confirme que je suis dans le bon chemin celui de continuer à réclamer nos droits sans être harcelée. Le droit aussi absolu de pouvoir interpeller le gouvernement et les responsables pour trouver des solutions à nos problèmes.

Votre affaire a suscité un élan de solidarité et une forte indignation...

Effectivement ! Je tiens à remercier vivement tous ceux et celles qui m’ont soutenu dans mon épreuve. En ce moment, je pense à d’autres militants qui n’ont pas eu la même chance que moi, notamment des militants de Ouargla qui sont incarcérés depuis 2 ou 3 mois. Je pense également à d’autres amis harcelés par la police à Skikda parce qu'ils réclament du travail. C’est grave que des chômeurs soient considérés dans notre pays comme un danger public. Ce que nous voulons, c’est que les choses changent.

Et que comptez vous faire maintenant ?

Etant chômeuse, je continuerai à chercher du travail et surtout militer inlassablement au sein du comité pour la défense des droits des chômeurs. Je ne le fais pas uniquement pour moi-même, mais aussi pour les autres. Je n’ai pas d’autre chose à faire. Après tout, c’est mon choix de militante.

Photo DNA : Dalila Touat devant le tribunal de Mostaganem jeudi 28 avril

leBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire