Page d’accueil

jeudi 9 décembre 2010

Mines d'or d'Amessmessa et de Tirek L'énigme Gold Mines of Algeria


Qui est donc derrière GMA Ressources ? La mine d'or d'Amessmessa serait-elle réellement capable de produire autant de tonnes d'or comme on le prétend, notamment après la fermeture inexpliquée de la mine de Tirek ? Leurre ou réalité ? Combien coûte donc une telle entreprise pour l'écologie ? Fièvre de l'or donnant des mirages ou eldorado perdu ne profitant qu'à des téméraires chercheurs de pépites et autres orpailleurs sévissant au pays de candides, les mines d'or d'Amessmessa et de Tirek suscitent la convoitise.
Tant de questions qui restent en suspens, mais nécessitent pourtant des réponses. Ange ou démon, GMA Ressources a-t-elle "arnaqué" son partenaire algérien, tout comme les banques du pays qui ont subventionné cette entreprise ? Des importations colossales de produits chimiques, dont 220.000 kilogrammes de cyanure de sodium (N.CN), 6000 litres d'acide nitrique, 150.000 litres d'acide chlorhydrique et bien d'autres acides pour une mine fermée.
La mine de Tirek, dans la wilaya de Tamanrasset, fermée depuis juillet 2007 et son matériel transféré, un capital prévu de 14 millions de dollars de la part de GMA Ressources n'apparaissant nulle part, une gestion opaque des mines d'or d'Amessmessa et de Tirek, des équipements démantelés et embarqués "on ne sait où", une pollution qui ne dit pas son nom et qui risque de porter préjudice à la nappe phréatique agressée par des infiltration massives de produits toxiques ! Tel semble être le bilan du passage de l'australien GMA Ressources qui, pour compliquer encore plus sa position, a procédé à la vente de parts d'actions à l'égyptien Orascom sans même consulter son partenaire algérien qui, faut-il le dire, est minoritaire à hauteur de 48 %. Gestion occulte ou techniques managériales "modernes", le cas des mines d'or d'Amessmassa et de Tirek est pour le moins insolite. Une enquête menée par les services de sécurité serait déjà en cours pour lever le voile sur cette énigme. La genèse de ce partenariat remonte à l'année 2003. Nos sources affirment que GMA Ressources, qui serait "inconnue sur la place mondiale de l'or" "n'a vu le jour que trois ou quatre semaines avant l'ouverture du capital de l'entreprise d'exploitation des mines d'or, Enor", est une entreprise filiale de Sonatrach.
Le partenariat était financé par les subventions accordées par la banque et la Sonatrach. Après ouverture des plis, le marché est revenu au seul prétendant, GMA, qui a été retenu pour participer au capital de l'Enor. GMA Ressources aura la part du lion en détenant 52% du capital. Celle-ci devait participer par un apport de 14 millions de dollars, "ce qui représente à peine 6 mois de production d'or à raison de 100 kg par mois" nous affirme-t-on. Un capital que n'aurait jamais apporté GMA Ressources qui s'est engagé à procéder en partie, à un renflouage en argent frais et une autre partie représentant l'achat d'un broyeur géant qui "n'est jamais parvenu en Algérie en raison de l'impossibilité de trouver une entreprise en mesure de l'installer ", explique notre source. L'entreprise ne cesse de réaliser des bilans négatifs depuis 2003. Les raisons sont simples et multiples, déclare notre source.
Cela en dépit des prêts bancaires consentis par la BEA à l'Enor qui bénéficiera de 100 millions de dollars.

Beaucoup de dépenses pour un résultat insignifiant
Beaucoup a été dit à propos de découvertes d'or au point où une fièvre s'est emparée de certains décideurs. Cependant, des voix s'élèvent pour dénoncer la gestion opaque qui entoure ce roi métal. Un document adressé aux autorités de la wilaya de Tamanrasset révèle que "90 % des problèmes de production d'or sont dus au manque d'approvisionnement de l'usine de Tirek en minerai, notamment l'apport d'un broyeur d'une grande capacité aurait permis de doubler, voire tripler, la production d'or ".
Des tonnes d'or promises, la production n'a pu atteindre que les 600 kg à peine durant les trois premiers trimestres de l'année. Amessemssa ne peut produire que quelque 100 kg d'or par mois assure notre interlocuteur. Fermée depuis 2008, la mine de Tirek ne produit plus rien et son usine transférée à la mine d'Amessmessa.
Les dépenses, quant à elle, se compteraient en millions de dinars, aux dires de notre source qui avance le chiffre de "100 millions de dollars de pertes sèches".
L'actuel directeur général de l'entreprise d'exploitation des mines d'or, M. Mustapha Benzerga ; reconnaît sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale, que "200 kg de l'or extrait ont été vendus dans le pays, en 2009. En réalité, c'est par manque de fonds de roulement que l'Enor est contrainte de vendre son or ".
Cette entreprise n'a pas encore réalisé l'amortissement de ses investissements qui sont de l'ordre de 50 millions de dollars et ce, depuis la première coulée de lingot d'or réalisée en 2008. Il faut savoir que le prix du kilogramme d'or avoisine les 20.000 dollars.

Pollution par l'utilisation massive de cyanure à ciel ouvert
La production de ce minerai ne se fait pas sans danger et encore moins sans risque. Mais, il y a risque et risque. Et quand il s'agit de porter atteinte à l'environnement, cela ne vaudra pas tout l'or du monde. Des cris de détresse sont lancés du fin fond du désert pour dénoncer l'agression faite à l'atmosphère.
C'est dans ce sens qu'une lettre a été adressée à l'état major de la Gendarmerie nationale. Datée du 10 juillet 2010, l'un des anciens responsables de cette mine alerte les autorités sur l'usage abusif de produits toxiques utilisés lors de l'opération de lixiviation au cyanure qui nécessite énormément de produits toxiques dont des quantités énormes de cyanure, en remplacement au vieux procédé appelé "système cil". Ce système qui ne nécessite qu'une vingtaine de kilogrammes de cyanure par mois et est autorisé par la loi.
Un véritable "danger pour l'homme, la faune et la flore" rappelle le signataire de la missive qui déplore le manque de respect aux dispositions du décret 05/451 du 1er décembre 2003 définissant les règles de sécurité applicables aux activités portant sur les matières chimiques.
Il faut dire aussi qu'en guise de quantité ce sont des tonnes de cyanure, des milliers de litres d'autres produits chimiques dangereux les uns autant que les autres, tout comme les dizaines de kilogrammes de plomb. Cet cocktail explosif est déversé dans la terre servant pour extraire l'or et exposant la vie des 500 travailleurs ainsi que celle des habitants de la région.

Azzedine Belferag Le Maghreb
leBloggers

7 commentaires:

  1. Les déclarations faite par Mr Douglas Perkins Pdg de Enor l’entreprise étrangère d’exploitation des mines d’or en Algérie où la Sonatrach detient 48 % des actions, alors que les actions restantes sont partagées par Gma resources » Australie » et Orascom Egypte c’est mis dans une situation pénale : “Durant toute ma carrière, je n’ai jamais vu un gisement aussi prometteur que celui d’Amesmessa. C’est une chance que l’on a qu’une seule fois dans la vie.” “Probablement du plus grand gisement d’or en Afrique en dehors du Congo”. » le gisement pourrait produire entre 200 000 et 300 000 onces d’or par an dans les 3 à 5 années à venir ». « La production aurifère de l’Algérie devrait croître en 2007 pour atteindre 3,2 tonnes ». Dans le code pénal et dans tous les pays du monde c’est » COMMUNICATIONS COMMERCIALES MENSONGERES.

    Ces communications commerciales mensongères ont été faites par mr Douglas Perkins à l’agence d’information internaionale Reuters le 26 janvier 2007, et ces fausses informations ont été repris par tous les medias de la planête, algériens et étrangers. Cette action son seul but est de donner aux algériens l’espoir de produire encore plus d’or au niveau de cette région connu pour être l’une des plus pauvres de l’Algérie. Et inciter les pouvoir publiques a dégager des fonds pour mettre en exploitation la mine de Amesmassa.

    La sonatrach et la Bea ont fournis d’énormes capitaux, justement pour la réalisation d’une unité de production d’or et preservé les postes d’emplois éxistant et pourquoi pas à en recruté. Mais, les fonds mis à la disposition des responsables de cette entreprise et particulièrement entre les mains d’un certain Ken Norris, directeur des operations, qui a fuit l’Algérie juste aprés que la presse a eu vent de ces informations. Mais il n’a pas oublier de depensser l’envelope dégagée pour la réslisation de la plus grande usine d’Afrique aprés le Congo.

    Plus de 100 millions de dollars ont été consommés par l’équipe dirigeante de cette entreprise, mais au lieu de produire entre 06 000 et 10 000 kg par ans et cela aprés 3 années. Donc, aprés trois années de mise en production de l’usine de Amesmassa, Enor devait produire en moyenne plus 7000 kg par mois.

    Pour le mois de decembre 2009, donc, et aprés trois années jour pour jour, Enor, l’entreprise étrangère d’exploitation des mines d’or en Algérie n’a produit que 55 tous petits kg.

    Des explications doivent être fournis à la justice algérienne, par cette bande d’incapables.

    RépondreSupprimer
  2. Je viens de recevoir des mains d’un huissier de justice la décision de la cour de Tamanrasset, qui confirme ma condamnation à une année de prison ferme, pour avoir osé dire que les responsables de Gma resources sont une bande de voleur, qui ne sont venu en Algérie que et uniquement pour voler l’or et l’argent du peuple algérien.

    La justice de Tamanrasset me reproche d’avoir dit, que Mr Ken Norris est un voleur et qu’il doit être poursuivi en justice et que les millions de dollars qu’il a fait détournés dans les caisses de Gma resources, D’avoir dit que Mr Douglas Perkins est un imposteur et un arnaqueur, qui a arnaqué plusieurs millions de dollars avec sa déclaration d’avoir découvert le plus grand gisement d’or d’Afrique après celui du Congo, et que ce gisement va produire plus de 3000 kg d’or par ans, et dans un délai de 3 ans. Une somme colossale a été mis a sa disposition et celle de Ken Norris, et Benzerga Mustapha justement pour la mise en chantier de cette mine qui devait et selon les déclarations de Douglas Perkins et autre responsables algériens et étrangers, devait rapporter des milliards de dollars dans un délai très court.

    Des millions de dollars se sont volatilisés, et le gisement justement découvert par cet escroc ne produit pas plus de 800 kg d’or par ans, donc nous sommes loin même très loin des 3000 kg promis par Douglas Perkins et Ken Norris avant de prendre l’argent des algériens et disparaître dans la nature.

    Je suis condamné pour avoir fait mon devoir d’algérien responsable, d’avoir dénoncé des pillards venus de tous horizons pour arnaquer le trésor public.

    Je suis condamné parce que j’ai alerté les différant services de sécurité sur les agissements frauduleux d’une équipe de voleur, algérien et étranger.

    Je suis condamné pour me faire taire, et bien, ils se trompent énormément, car ces agissements ne me donnent que plus de volonté et de détermination pour faire mon travail de cadre algérien et mon devoir de citoyen d’Algérie.

    Bien sûr, je vais faire appel devant la cour suprême, et ma confiance reste entière et grande dans la justice algérienne.

    La justice algérienne me comdamne à un ans de prison pour avoir écris sur mon blog deux articles, l'un sur le cyanure et ses effets nefaste pour les hommes, la faune et la florre, et l'autre sur la dictature en Afrique.

    Monsieur, Bouteflika, président de la république, Monsieur Belaiz accepteriez vous qu’un cadre algérien qui n’a fait que sont travail et son devoir soit trainer devant la justice et condamné injustement.

    RépondreSupprimer
  3. La mise sous mandat de dépôt par le magistrat instructeur près le tribunal d’Arzew, lundi dernier, de Abdelhafid Feghouli, actuel DG de Tassili Airlines ex vice-président de l’activité Aval, et PDG par intérim de Sonatrach n’est pas reçue comme une surprise à Oran ou se situe le siège de l’activité Aval. Elle était pendante compte tenu de l’évolution du dossier d’instruction. Trois autres cadres du secteur sont également arrêtés pour passation de marché contraire à la réglementation.

    C’est le contrat Safir du 03 octobre 2007 à Arzew qui a fait tomber Abdelhafid Feghouli. Sonatrach, à travers l’Activité Aval basée à Oran, et la société Algero- Française d’engineering et de réalisations (Safir) ont signé un contrat portant sur la réalisation d’un centre de stockage et de conditionnement de l’Azote au niveau de la plate forme industrielle d’Arzew. Ce projet, a été qualifié à l’époque par Abddelhafid Feghouli, alors Vice-président de Sonatrach en charge de l’activité Aval, de « stratégique pour la sécurisation des installations implantés dans la zone industrielle d’Arzew et ceux en cours de réali! sation ou en projets. » Le projet devait « permettre l’accroissement des capacités de stockage d’azote de Cogiz (filiale 100% de Sonatrach) de 300 000 litres à 1,5 millions de litres d’Azote, grâce à la réalisation de 10 bacs de stockage pour un montant avoisinant les 10 millions d’euros. Qu’est ce qui a mal tourné ? Le juge d’instruction considère que la réglementation n’a pas été respectée dans la passation de ce marché de gré à gré. Il a mis en mandat de dépôt, outre le patron de l’activité aval de l’époque, M Henni Mekki, directeur études et développement au sein de l’activité Aval, M. Nechnech, DG de SAFIR, société Algéro-française d’engineering et de réalisation, en leur qualité de signataires du contrat et un ancien cadre en retraite.

    RépondreSupprimer
  4. Gma resources vient de publier le bilan en ce qui concerne sa production d’or en Algérie. Cette société est actionnaire majoritaire à 52 % avec la Sonatrach à la hauteur de 48 % dans Enor, l’entreprise d’exploitation des mines d’or en Algérie. La publication de la production de l’année 2010, qui n’était que de 750 Kg d’or brut, Car il faut savoir que l’or brut contient entre 10 et 15 % d’impuretés. Donc, Enor, n’a pas produit plus de 700 kg pour l’année 2010, d’où une production de 55 kg par mois.

    Il faut savoir qu’en 2007, l’ex Pdg de Gma resources et Enor, Mr Douglas Perkins avait déclaré à la presse que Enor a découvert le plus grand gisement d’or d’Afrique après celui du Congo, et que ce gisement à ciel ouvert de la mine de Amesmassa, va produire plus de 3 tonnes d’or par mois. Cette information a fait le tour du monde via les media spécialisés et les réseaux Internet, et que même l’actuel directeur général de Enor Benzergua Mustapha, et l’ex Ministre de l’énergie et des mines ont confirmés cette information, même ils ont été plus loin pour dire que la mine de Amesmassa va produire plus de 4,5 tonnes d’or dans un délais de trois années.

    En ce moment plusieurs cadres algériens ont attirés l’attention des responsables à tous les niveaux que cette information n’a aucun fondement et qu’il n’y a pas plus d’or dans la région de Tamanrasset que l’or déjà découvert par les Russes en collaboration avec la société Sonarem. Mais, sans résultat. Et les pouvoirs publics via le trésor public, la Sonatrach et une banque algérienne ont débloquées les sommes colossales pour financer la plus grande arnaque qu’a subi l’Algérie. Plus de 100 millions de dollars ont été mis à la disposition de cette bande de voleurs, d’arnaqueurs, de dilapidateurs, et de pollueurs. Cet argent destinée au financement de la mise en valeur du gisement fantôme découvert par Mr Douglas Perkins, est parti directement dans les caisses de Gma resources et les poches de ces actionnaires, et d’une manière ou une autre dans les comptes des responsables algériens. Si non ! Comment expliquer le silence des responsables algériens au niveau de la Sonatrach et particulièrement Sonatrach Aval, et le ministère de l’énergie et des mines ?

    La banque, le Pdg de la Sonatrach, le ministère de l’énergie et des mines et d’autres instances publiques ont été informé par écris et directement que cette opération n’est qu’une arnaque. Mais, le mal est fait.

    Après, plus de quatre années, la production n’à pas dépasser le seuil des 60 kg, chose que nous avant crier haut et fort a ceux qui ne veulent pas nous entendre, et la production de l’année 2010 prouve, confirme et certifie que nous avions raison.

    Mais, ce silence me fait peur.

    Des enquêtes ont été faites par les services de sécurité civile, militaire et judiciaire, et cela sous les ordres de Mr le Président de la République et autres responsables au niveau de la justice algérienne et de l’armée algérienne, sans aucun résultat à ce jour. Chose qui nous oblige à mettre d’autres méthodes légales pour que ces dossiers soit mis sur la table de la justice algérienne.

    RépondreSupprimer
  5. Gma resources vient de publier le bilan en ce qui concerne sa production d’or en Algérie. Cette société est actionnaire majoritaire à 52 % avec la Sonatrach à la hauteur de 48 % dans Enor, l’entreprise d’exploitation des mines d’or en Algérie. La publication de la production de l’année 2010, qui n’était que de 750 Kg d’or brut, Car il faut savoir que l’or brut contient entre 10 et 15 % d’impuretés. Donc, Enor, n’a pas produit plus de 700 kg pour l’année 2010, d’où une production de 55 kg par mois.

    Il faut savoir qu’en 2007, l’ex Pdg de Gma resources et Enor, Mr Douglas Perkins avait déclaré à la presse que Enor a découvert le plus grand gisement d’or d’Afrique après celui du Congo, et que ce gisement à ciel ouvert de la mine de Amesmassa, va produire plus de 3 tonnes d’or par mois. Cette information a fait le tour du monde via les media spécialisés et les réseaux Internet, et que même l’actuel directeur général de Enor Benzergua Mustapha, et l’ex Ministre de l’énergie et des mines ont confirmés cette information, même ils ont été plus loin pour dire que la mine de Amesmassa va produire plus de 4,5 tonnes d’or dans un délais de trois années.

    En ce moment plusieurs cadres algériens ont attirés l’attention des responsables à tous les niveaux que cette information n’a aucun fondement et qu’il n’y a pas plus d’or dans la région de Tamanrasset que l’or déjà découvert par les Russes en collaboration avec la société Sonarem. Mais, sans résultat. Et les pouvoirs publics via le trésor public, la Sonatrach et une banque algérienne ont débloquées les sommes colossales pour financer la plus grande arnaque qu’a subi l’Algérie. Plus de 100 millions de dollars ont été mis à la disposition de cette bande de voleurs, d’arnaqueurs, de dilapidateurs, et de pollueurs. Cet argent destinée au financement de la mise en valeur du gisement fantôme découvert par Mr Douglas Perkins, est parti directement dans les caisses de Gma resources et les poches de ces actionnaires, et d’une manière ou une autre dans les comptes des responsables algériens. Si non ! Comment expliquer le silence des responsables algériens au niveau de la Sonatrach et particulièrement Sonatrach Aval, et le ministère de l’énergie et des mines ?

    La banque, le Pdg de la Sonatrach, le ministère de l’énergie et des mines et d’autres instances publiques ont été informé par écris et directement que cette opération n’est qu’une arnaque. Mais, le mal est fait.

    Après, plus de quatre années, la production n’à pas dépasser le seuil des 60 kg, chose que nous avant crier haut et fort a ceux qui ne veulent pas nous entendre, et la production de l’année 2010 prouve, confirme et certifie que nous avions raison.

    Mais, ce silence me fait peur.

    Des enquêtes ont été faites par les services de sécurité civile, militaire et judiciaire, et cela sous les ordres de Mr le Président de la République et autres responsables au niveau de la justice algérienne et de l’armée algérienne, sans aucun résultat à ce jour. Chose qui nous oblige à mettre d’autres méthodes légales pour que ces dossiers soit mis sur la table de la justice algérienne.

    RépondreSupprimer
  6. En 2004 et 2005,Capture plein écran 24102010 004955.jpg Enor a produit la quantité de 680 kg d'or dans la mine de Tirek. Alors qu'aprés la decouverte du plus grand gisement d'or d'Afrique à Amesmassa et aprés "l'investissement" de plus de 100 millions de dollars, et plus de quatre années plus tard la production n'a augmentée que de quelques kilos.

    Aprés la fermeture-sabotage de l'usine de Tirek, et la mise en exploitation de la mine de Amesmassa avec son procedé-poison de lixiviation au cyanure, la production des 3000 kg, voir même la production des 4,5 tonnes promis par l'ex ministre de l'énergie et des mines et le directeur general de Enor, l'entreprise étrangère d'exploitation des mines d'or en Algérie, les previsions ne sont pas atteint, plusg rave encore même les previsions revisés à la baisse ne le sont pas. Ce qui prouve que cette opération n'était qu'une simple arnaque.

    Les services de sécurité algériens et particulièrement le DRS et BEF de la sécurité militaire doivent et sous aucun pretexte mettre leurs investigation sur la table de la justice algérienne.

    Il est annormale que des individus algériens et etrangers pillent l'or et l'argent des algériens en toute impunité.

    RépondreSupprimer
  7. Jusqu’à présent, j’ai été très discret en ce qui concerne l’implication de responsables de la Banque Extérieur d’Algérie dans l’octroi de crédit sans garantie et le moins qu’on puisse dire c'est qu’il est complètement hors la loi. Ce crédit a été accordé à Enor, l’entreprise étrangère d’exploitation des mines d’or en Algérie.

    Après avoir fait une déclaration à l’agence internationale Reuters, aussi fausse qu’elle était frauduleuse, Mr Douglas Perkins ex Président Directeur Général de Enor, que son entreprise a fait la découverte du plus grand gisement d’or à ciel ouvert d’Afrique après le gisement du Congo, et que celui-ci va produire plus de 3500 kg d’or par ans. D’après lui, le gisement à été découvert dans la région de Amesmassa dans la wilaya de Tamanrasset.

    Après une attente de plusieurs mois, et par l’intermédiaire de son directeur général Benzergua Mustapha, un dossier de demande de crédit est déposé au niveau de la banque extérieure d’Algérie et cela pour un montant de plusieurs dizaines de millions de dollars. Et sur cela une délégation de deux personnes « une personne d’un bureau d’expertise privé dont le bureau se trouvait à Alger et un autre agent de la BEA agence d’El-Harache » a été dépêchée sur Tamanrasset et Tirek/Amesmassa, justement pour voir ce gigantesque gisement d’or découvert par Douglas Perkins et compagnie.

    Là, j’ai moi-même ex directeur régional de Enor à Tamanrasset informé cette délégation, qu’il n’y aucune découverte de gisement d’or ni à Amesmassa, ni ailleurs, et toute l’opération n’est qu’une sale affaire d’arnaque et une gigantesque escroquerie.

    Après cela, tous les responsables ont été informés sur cette affaire d’arnaque et d’escroquerie de l’ex ministre de l’énergie et des mines jusqu'à la direction générale de la Sonatrach.

    Le crédit a été accordé et sans garantie, les millions de dollars sont partis dans les comptes de Gma resources et dans les poches de certains responsables algériens qui ont contribués à la conclusion de ce détournement de plus de 100 millions de dollars.

    Après quatre années, Enor est toujours incapable de rembourser ses créances envers la BEA, et elle vient de faire une demande officielle à son créancier pour un "rééchelonnement" de sa dette. Donc, elle est en cessation de paiement.

    Moi, je dirai qu’elle est en banqueroute. Et cette fois croyez-moi. Si elle est dans cette situation, ce n’est nullement qu’elle est incapable de faire de bons résultats, et de dégager des bénéfices, tout simplement, elle est entre les mains d’hommes et de femmes incapables, arnaqueurs, voleurs et traitres.

    Je demande aux pouvoirs publics et le collectif des travailleurs d’agir en urgence et de sauver l’entreprise d’entre les mains de responsables sans scrupule, et de la, vous aurez au moins sauver plus de 600 postes de travail.

    RépondreSupprimer