Page d’accueil

dimanche 21 février 2010

Lettre ouverte à Meryem Mehdi

Chère Meryem;Ton combat est courageux et exemplaire. Ce combat n'est pas solitaire et la solidarité, même insuffisante, est forte. Ton message de résistance, dénonçant le comportement des multinationales, dont Britisch-Gas, au sud Algérien et la surexploitation des travailleurs "tolérée" si ce n'est légalisée par le ministère du travail, est passée auprès de l'opinion publique.Ton combat est de longue durée et tu ne peux pas le mener seule. Il faut créer une dynamique de prise de conscience des conditions du salariat au sud en popularisant ton combat et en arrachant des réponses claires à tes revendications.Ceci ne peut se faire au détriment de ta santé qui a atteint un seuil de détérioration très grave.Meryem, on est vraiment inquiet et impuissant à te faire réagir par rapport à ta santé.Ta dernière lettre est un acte de détresse qui nous fait attendre le pire. Tu ne peux mettre en danger ta vie car ni Britich-Gas, ni les pouvoirs publics ne se culpabiliseront de ton état.Tu a besoin de vivre pour continuer à te battre, pour faire espérer les travailleurs du sud algérien et rebondir sur de nouvelles luttes dans le sud devenu le nouvel Alcatraz capitaliste et libéral du pouvoir et des multinationales.Ta vie est précieuse et nous te supplions de la préserver.
Adel AbderrezakEnseignant-universitaire. Ex-porte-parole du CNESleBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire