Page d’accueil

samedi 9 janvier 2010

COMITE NATIONALE DE SOUTIEN AUX TRAVAILLEURS ALGERIENS CNSTA

COMITE NATIONALE DE SOUTIEN
AUX TRAVAILLEURS ALGERIENS
Maison des syndicats
Rue d' eloued la glacier
Bachdjerah
COMMUNIQUE N° 03

Nous assistons ces derniers jours à une reprise de la contestation sur tout le territoire national et dans tous les secteurs d'activités. Outres les protestations du secteur de la fonction publique, fief connu et incontestablement reconnu des syndicats autonomes, nous assistons à l'extension du phénomène dans le secteur économique. Sous représenté et parfois sans représentation, les travailleurs continuent de subir les contrecoups d'un pacte social sans impacte social, conclue entre un partenaire voulu représentant exclusif des travailleurs et un pouvoir sans perspectives sociale dont le seul outil de dialogue reste la répression.

Le CNSTA dénonce la répression subie par les travailleurs de la SNVI, suite à leur tentative de marcher pacifiquement pour faire connaître leurs doléances et exprimer leur démarcation d'une tripartite qui les a trahis.

Le CNSTA dénonce le recours des autorités algériennes à des tripartites consacrant la pluralité patronale et déniant aux travailleurs sa représentation pluraliste. La tripartite dans le sens de l'organisation internationale du travail est un dialogue entre les représentants des employeurs et dont le gouvernement n'est qu'un facilitateur.
La loi de finances 2010 qui consacre 100Milliard de Dinars pour le relèvement du SNMG et 130 Milliard de Dinars pour le régime indemnitaire avant même la tripartite rend compte des marges de manœuvres de cette dernière. L'asservissement de cet espace de dialogue marque le non sens d'une concertation en l'absence de véritables représentants des travailleurs.
L'absence de représentativité de la tripartite accentue le faussé entre les bases travailleuses et les directions asservies et caporalisée.

Le CNSTA appelle le gouvernement à entamer un dialogue social sérieux, serein et réaliste dans un cadre pluraliste dans l'intérêt du monde du travail et du pays. Les manœuvres qui tendent à contourner la véritable représentation syndicale engendreront à court terme des perturbations dont les conséquences sont incontrôlables sur la stabilité sociale.
Sur un autre registre les lois sociales en vigueurs sont régulièrement piétinées par des employeurs Algériens et Etrangers. Des secteurs de l'économie algérienne sont ainsi livrés à des entreprises nationales et étrangères ou le travailleur algérien est réduit à l'état d'esclave dans son propre pays, en violation des lois du travail et un mutisme complice du pouvoir algérien.

Le CNSTA dénonce cette passivité incompréhensible et injustifiée des autorités algériennes devant les violations récurrentes des lois de la république et l'asservissement programmé des travailleurs du sud Algerien.

Le CNSTA soutien les travailleurs de la SNVI, de British Gas, de Eurest Compas de la SNC Lavalan et exige la prise immédiate du problème de Mme MEHDI Meyam par les autorités algériennes garante de l'application des lois de la république.
Le CNSTA œuvre pour l'instauration d'une Algérie démocratique et sociale avec le concours de tous, dans le respect de la loi.
P/LE COMITE

Dr T/ BESBASleBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire