Page d’accueil

samedi 20 juin 2009

Dites à Compass Group : S'en prendre à l'un d'entre nous, c'est s'en prendre à nous tous

A Hassi Messaoud, une forteresse pétrolière située dans les dunes à 850 kilomètres au sud est d’Algers, Eurest Support Services, filiale de Compass Group, sous-traite la restauration et l’hébergement des salariés des multinationales comme Schlumberger, Halliburton, Repsol, BP, Ciepsa, Burlington… au total, une vingtaine de compagnies. Dans les camps de prospection éloignés, leurs salariés vivent dans des baraquements en dur, climatisés, avec téléphone et distractions du soir. Les employés d’Eurest vivent sous la tente, subissent les conditions météorologiques du désert, dans des conditions de vie et d’hygiène difficiles… Des « shifts » de 6 semaines d’affiler sans repos. Tout cela pour un salaire mensuel de 18 000 dinars (185 €).

Fin 2006, les ouvriers décident de créer une section syndicale pour défendre leur dignité et améliorer leurs conditions de travail. Mais la direction locale use de tous les moyens pour les en empêcher. Contestations de sa légitimité, refus d’autoriser une réunion de constitution, refus d’observer les consignes de l’Inspection du Travail… Malgré un soutien initial impressionnant de 1300 employés sur 1800, les pressions, les intimidations, le renouvellement constant du personnel ainsi que l’éloignement et les difficultés d’organisation finissent par l’anéantir.

Compass décide alors de « faire un exemple » en suspendant Yassine Zaïd, élu Secrétaire de la section syndicale qui refuse de renier son engagement. Employé modèle la veille, ayant reçu des primes de mérite, son contrat de travail est immédiatement suspendu. Il l’est toujours. Il est poursuivi pour diffamation sur Internet par Compass Group et par Eurest Support Services. Pour soutenir sa direction, un cadre a porté plainte à titre personnel sur une accusation invérifiable de « menaces de mort par e-mail ».

Depuis deux ans et demi, sa vie détruite, Yassine Zaïd vit dans la crainte des représailles de Compass Group.

Le SNAPAP (Syndicat National Autonome des Personnels des Administrations Publiques) dénonce les pratiques antisyndicales des multinationales. Il vient de créer un bureau en vue de soutenir les initiatives syndicales dans ces entreprises.

Le SNAPAP nous demande d’engager une campagne de solidarité internationale pour que Compass renonce aux poursuites judiciaires à l’encontre de Yassine Zaïd et négocie sa réintégration dans la vie professionnelle et syndicale.

Participez à la campagne LabourStart, envoyez un message à Compass GroupleBloggers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire