MA CHAINE SUR YOUTUBE

Loading...

Page d’accueil

mardi 13 janvier 2015

Solidarity with In Salah

Nous, citoyennes et citoyens d’Europe et d’ailleurs, résolument opposés à l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste, et de tous les hydrocarbures non-conventionnels, exprimons notre très forte solidarité aux habitants d’In Salah et aux acteurs sociaux locaux en Algérie qui, depuis le  31 décembre, sont en résistance active contre la coalition des entreprises TOTAL, PARTEX et SONATRACH, compagnie étatique algérienne et acteur international majeur dans l’industrie des hydrocarbures.
 
Nous nous souvenons de cette funeste période, dans les années 60, durant laquelle les Français ont procédé à des essais de tirs nucléaires impactant très fortement et durablement ce territoire ; dans la même zone où le gouvernement algérien et les sociétés transnationales veulent désormais exploiter le gaz de schiste.
Nous nous souvenons du propos du ministre des affaires étrangères français, Laurent Fabius, qui, à son retour d’un séjour en Algérie en juin 2014, déclarait son soutien aux entreprises françaises qui iraient explorer le gaz de schiste ailleurs, alors que la fracturation hydraulique est interdite en France.
Nous dénonçons l’hypocrisie du gouvernement français qui consiste à interdire dans son pays la seule technique possible pour extraire du gaz de schiste en raison de ses impacts négatifs sur l’environnement et la santé, tout en la soutenant ailleurs et en s’assurant une large part du même gaz qui pourrait être extrait du sous-sol algérien.
En aucune manière, nous ne pourrions tolérer l’usage de la répression décidé par le gouvernement algérien pour protéger les intérêts d’entreprises prédatrices.
Nous saluons l’exemplarité de la détermination des habitants dIn Salah, confrontés depuis toujours à des conditions de vie très difficiles, leur combat existentiel et leur intransigeance à vouloir préserver leur territoire et leurs nappes phréatiques, alors que rien n’est fait par les autorités algériennes pour les aider à maintenir leurs activités.
Nous refusons qu'en Algérie et ailleurs, la vie des habitants et des territoires soit sacrifiée et les ressources naturelles indéfiniment accaparées par des entreprises privées.
Votre résistance est la nôtre, votre lutte transcende les frontières !
Gaz et huile de schiste, gaz de houille : ni ici, ni ailleurs !

We, citizens of Europe and elsewhere, are resolutely against the exploration and exploitation of shale gas and all non-conventional hydrocarbons, and also express our strong solidarity to the people of In Salah and the local social actors in Algeria who have been in active resistance since December 31 against the coalition of the companies Total, PARTEX and Sonatrach, the Algerian state company and a major international player in the oil and gas industry.

We remember that disastrous period of the 60s, during which the French coloniser have conducted nuclear tests which impacted strongly and durably the Algerian territory; and it is in the same area that the Algerian government and transnational corporations want now to exploit shale gas.

We remember the words of the French Foreign Affairs Minister, Laurent Fabius, on his return from a trip to Algeria in June 2014, when he declared his support to the French companies that will explore shale gas elsewhere; whereas fracking is prohibited in France.

We denounce the hypocrisy of the French government who banned on its territory, the only  technique for extracting shale gas because of its negative impacts on the environment and health, while supporting it elsewhere; and ensuring a big share of the gas that could be extracted from the Algerian subsoil.

In any case, we would not tolerate the use of repression by the Algerian government in order to protect the interests of predatory companies.

We salute the exemplary determination of the résidents of In Salah, who have been confronted to very difficult living conditions for a long time, as well as their existential struggle and intransigence to preserve their land and groundwater, while nothing is done by Algerian authorities to help them maintain their activities.

We refuse that in Algeria and elsewhere, people's lives are sacrificed and that territories and natural resources indefinitely grabbed by private companies.

Your resistance is ours, your struggle transcends borders!

Shale gas and shale oil, coal gas: not here, not  anywhere!

Nosotros, ciudadanos de Europa y de otro lugares,  resueltamente opuestos a la exploración y explotación del gas de esquisto, y de todos los hidrocarburos no convencionales,  manifestamos nuestra total solidaridad con los habitantes de In Salah, y a los actores sociales de Argelia que, desde el 31 de Diciembre,  mantienen una resistencia activa contra la coalición de las empresas Total,  Partex y Sonatrach, compañía estatal arelina y actor internacional destacado en la industria de hidrocarburos.
Recordamos el funesto periodo en los años 60 durante el cuál los franceses procedieron a ensayos nucleares, impactando enormemente y de forma perdurable ese territorio;  en la misma zona donde el Gobierno Argelino y las sociedades trasnacionales quieren ahora explotar el gas de esquisto
Recordamos las declaraciones del Ministro de Asuntos Extranjeros francés,  Laurent Fabius,  que,  a su regreso de Argelia en Junio de 2014,  declaraba su apoyo a las empresas francesas que iban a explotar el gas de esquisto en otros países,  ya que la fractura hidraúlica está prohibida en Francia.
Denunciamos la hipocresía  del Gobierno Francés,  que consiste en prohibir en su país la única técnica posible para extraer gas de esquisto en razón a sus impactos nocivos sobre el medio ambiente y la salud,  pero apoyándola en otros lugares y asegurándose una gran parte de dicho gas que podría ser extraído del subsuelo Argelino.
De ninguna manera podremos tolerar el uso de la represión decidida por el Gobierno Argelino para proteger los intereses de empresas depredadoras.
Admiramos la ejemplaridad de la determinación de los habitantes de In Salah,  enfrentados desde siempre a condiciones de vida muy difíciles,  su combate existencial y su intransigencia a querer preservar su territorio y sus capas freáticas,  mientras que las autoridades Argelinas no hacen nada para ayudarles a mantener sus actividades.
Rechazamos que en Argelia,  o en cualquier otro lugar,  la vida de sus habitantes y su territorio sean sacrificados,  y las reservas naturales acaparadas indefinidamente por empresas privadas.
Vuestra resistencia es la nuestra;  vuestra lucha transciende las fronteras.
Gas y petroleo de esquisto,  gas de hulla:  ¡ ni aquí ni en ningun lugar!

نحن مواطنون و مواطنات  من داخل أروبا و من خارجها نعارض بشدة استكشاف و استغلال الغاز الصخري  كما هو الشأن بالنسبة لجميع المحروقات الغير التقليدي[a][b]ة، نعلن مساندتنا الكاملة لسكان عين صالح و لجميع الناشطين الإجتماعيّين في الجزائر و اللذين  يقاومون بصرامة منذ 31 ديسمبر تحالف شركات طوطال، بارتيكس إلى جانب سوناتراتش الشركة الجزائرية العامّة ناشطٌ  دولي في صناعة المحروقات
نحن نذكر جيّدا تلك الفترة الحالكة، فترة الستينات تحديدا عندما قام المحتلّ الفرنسي بتجارب نوويّة  ممّا أثّر بشدّة على أراضي الصحراء الجزائرية و بصفة مستدامة، و هو تقريبا نفس الأمر الذي تريد الحكومة الجزائرية القيام به بمساندة الشركات متعددة الجنسيات عبر ٱستغلال الغاز الصخري
نحن نتذكر أيضا ما قاله وزير الخارجية الفرنسي لورون فابييس عند عودته من رحلة قام بها إلى الجزائرفي جوان 2014 حين أعلن دعمه للشركات الفرنسية اللتي ستقوم بعمليات استكشاف الغاز الصخري في أماكن أخرى، على الرغم من أن الكسر الهيدروليكي ممنوع في فرنسا.
نحن ندين بشدّة نفاق الحكومة الفرنسية إذ أنها منعت التقنية الوحيدة اللتي تمكّن من استخراج الغاز الصخري على أرضها بسبب الأثارالسلبية على البيئة و الصحة و لكنها في نفس الوقت تقوم بدعمه خارج حدودها مع ضمان جزء كبير يمكن إستخراجه من الأرض الجزائرية كحصة لها.
بأي حال من الأحوال، لا يمكننا أن نقبل أيّ لجوء من الحكومة الجزائرية لإستعمال القمع قصد حماية مصالح الشركات النهّابة
نحن نحيّي العزيمة المثالية لسكان عين صالح اللذين يواجهون ظروفا معيشيّة قاسية كما نحيّي فيهم نضالهم الوجودي و عنادهم من أجل الحفاظ على أرضهم و مياههم الجوفية في حين أن السلطات الجزائريّة لم تحرّك ساكنا من أجل مساعدتهم و الحفاظ على نشاطاتهم
نحن نرفض رفضا قاطعا سواء في الجزائر أو خارجها أن يتم التفريط و التضحية بحياة السكّان و أن يستمرّ الاحتكار الدّائم للأراضي والموارد الطبيعيّة لفائدة شركات خاصّة
إن مقاومتكم هي مقاوتنا، نضالكم يعبر الحدود
الغاز و الزيت الصّخري ، غاز الفحم، لا هنا و لا في أيّ مكان آخر

Signatures - Firmas:  
Algeria Soliarity Campaign (ASC)
Frack Free Europe - Groupe France
Les Amis de la Terre France
Collectif Stop au Gaz de Schiste Anduze (30)
Collectif viganais contre l’huile et le gaz de schiste (30)
Collectif biterrois anti GHDS (34)
Collectif Stop Gaz d’Hydrocarbures de Lorraine et d’Alsace (54, 55, 57, 67, 68, 88)
Collectif citoyen de Pézenas, Castelnau de Guers et environs (34)
Collectif de Campagnan, St Pargoire (34)
Collectif du Céressou
Collectif Montpeyroux (34)
Collectif CAMIS’GAZ (30)
Collectif du Pays-Fertois (77)
Collectif anti GDS Roquedur-Le Vigan (30)
Collectif Causse Méjean - Gaz de Schiste Non ! (48)
Les Dindons de la Farce (France)
Collectif Piémont cévenol (30)
Collectif 91 non au gaz et huiles(pétrole) de schiste (91)
Collectif des taupes énervées
Collectif Aldeah (aldeah.org)
Les collectifs Isérois Stop GHRM 38
Collectif Houille-ouille-ouille 59/62
Collectif Stop gaz de schiste 69
Collectif Non au Gaz de schiste Pays de Savoie et de l’Ain (01,73,74)
Collectif du Haut Bugey Non aux forages Hydrocarbures (01)
Collectif Val de Drôme (26)
Collectif du Grand Valentinois (26)
Collectif Garrigue Vaunage (30)
Collectif Montpellier littoral contre les gaz et huiles de schiste (34)
Collectif 07 Stop au Gaz et Huiles de Schiste (07)
Collectif Orb-Jaur non au gaz de schiste (34)
Collectif IDF Non aux gaz et pétrole de schiste (75)
Collectif Touche pas à mon schiste
France Libertés - la Fondation Danielle Mitterrand
Attac France
Intercollectif Gardéchois Bassin d’Alès
Collectif non gaz de schiste Tarn-et-Garonne (82)
Collectif Basta!Gaz Alès (30)
Collectif non au gaz de schiste Canal-Lirou (34)
Les Amis de la Terre Poitou
Confédération paysanne
Convergence Citoyenne pour la Transition Énergétique (France)
Coalition STOP HF, Czech Republic
Platform London
No FiBS Balcombe, UK
Collectif stop gaz de schiste Hautes Cévennes (30)
Collectif non au gaz de schiste Auzonnet, Cèze et Ganière (30)
Espace de Solidarité et de Coopération de l’Oriental (Maroc)
L’Ecolo Plateforme du Maroc du Nord
Collectif IG Schönes Lünne (Basse-Saxe, Allemagne)
BI lebenswertes Korbach e.V. (Allemagne)
BI Fracking freies Hessen (Allemagne)
Asamblea anti-Fracking de las Merindades-Norte de Burgos (Espagne)
Eco-Conscience (Tunisia)
ATTAC/CADTM Morocco
Plataforma Ciudadana Zaragoza sin Fractura (Espagne)
Plataforma Teruel sin Fractura (Espagne)
Aragón sin Fractura (Espagne)
Asociación de Cultura Popular Alborada (Gallur, Espagne)
Skifergas-nej-tak (Danemark)
Association Insaf EL KEF pour le developpement durable (Tunisia,Kef)
Collectif stop gaz de schiste 39
Asociación de Mujeres de Sotoscueva “Nos-Otras”  (Espagne)
Collectif Saint André de Cruzières
Asociación cultural “Rolling Cyrcus” El Bonillo (Espagne)
Frackfree Yukon Alliance (Yukon, Canada)
Plataforma contra la Fractura Hidráulica del Campo de Montiel y La Mancha (Espagne)
Huesca sin Fractura (Espagne)

Lire La Suite... RésuméleBloggers

lundi 12 janvier 2015

Communique de soutien de Solidaire France au SNAP Algérie



Aux camarades du Syndicat National Autonome des Postiers (SNAP) d’Algérie
Le 11 janvier 2015
En Algérie comme ailleurs, les travailleurs et les travailleuses s’organisent collectivement pour défendre leurs droits et leurs revendications. Et c’est bien normal !
Mais dans certains pays, le gouvernement et les forces de répression de l’Etat s’attaquent sans répit à celles et ceux qui « osent » lutter de manière autonome. L’Algérie fait partie de cette sombre liste des pays où le syndicalisme indépendant est combattu.
Quatre postiers de la wilaya de Mostaganem viennent d’être suspendus parce qu’ils ont osé briser le mur du silence. Avec le SNAP nous condamnons « cet acte qui dénote la faillite des responsables du secteur et leur incapacité à asseoir un climat serein au sein de l’EPIC Algérie Poste ».
Avec le SNAP et l’ensemble des syndicats autonomes d’Algérie, nous réclamons la liberté syndicale pour tous les travailleurs et les travailleuses d’Algérie. En l’occurrence, nous demandons qu’il soit, enfin, donné une suite favorable au dossier déposé par le SNAP auprès du ministère du travail … le 2 juillet 2012 !
L’Union syndicale Solidaires renouvelle son entier soutien aux camarades du SNAP.
Pour l’Union syndicale Solidaires :
Stéphane Enjalran, secrétariat national
Lire La Suite... RésuméleBloggers

dimanche 11 janvier 2015

Laghouat Les citoyens se joignent à la protestation

Le feu vert donné en mai de l’année passée par le président de la République pour l’exploitation du gaz de schiste suscite la colère de la rue. Des voix se sont élevées, hier, au chef-lieu de la wilaya de Laghouat pour dénoncer cette décision et appeler la population à la mobilisation. En effet, quelques dizaines de citoyens ont brisé le mur du silence dans cette wilaya du Sud, en organisant un rassemblement à Bab-Edzayer, de 9h30 à 12h, au centre-ville, pour dire “non à l’exploitation du gaz de schiste’’. Les manifestants se sont dispersés dans le calme et aucun incident n’a été déploré.
Issus majoritairement du Comité pour la défense des droits des chômeurs, rejoints par d’autres citoyens dont plusieurs universitaires, les manifestants considèrent que c’est une erreur “irréparable” d’avoir autorisé l’exploitation de cette énergie non conventionnelle. Ce qui explique, selon les manifestants, le choix des banderoles exhibées sur lesquelles on pouvait lire notamment : “Non au génocide collectif”, “Non à la pollution de la nappe phréatique”, etc. Approché, un des initiateurs de cette action a indiqué qu’à travers cette manifestation, ils veulent annoncer le début d’un grand mouvement de protestation pacifique hostile à l’exploitation du gaz de schiste.
À croire individuellement les initiateurs, notamment B. Khencha, la première action pacifique d’envergure est arrêtée pour jeudi prochain. Pour souligner le caractère citoyen de leur action, un manifestant, visiblement universitaire, nous a indiqué que “ce premier noyau d’initiateurs, composé essentiellement de jeunes, s’est concerté dans les cafés, les rues et les quartiers, avant de décider de passer à l’action”. Car, dit-il, ils estiment que le pays est sérieusement mis en danger par l’exploitation du gaz de schiste. C’est la raison pour laquelle ils projettent de faire de la lutte contre cette exploitation leur cheval de bataille durant les prochains jours. Pour ce faire, des concertations sont en cours dans toutes les wilayas du sud du pays, indique-t-il. Et d’ajouter : “Cette action est contre l’exploitation du gaz de schiste qui est en premier lieu le résultat du 4e mandat de M. Bouteflika et des pressions étrangères sur notre pays.” Soutenant la justesse du refus de l’exploitation du gaz de schiste, un universitaire confirme que “la fracturation hydraulique pollue gravement les nappes phréatiques”. Avant de conclure : “La nappe phréatique existante est  beaucoup plus précieuse que le pétrole.”

B. A. Liberté
Lire La Suite... RésuméleBloggers

samedi 10 janvier 2015

Mouvement anti-gaz de schiste : plusieurs marches simultanées à In Salah, Ouargla, Ghardaïa et Adrar

D’autres régions du Sud se mobilisent contre le schiste et se solidarisent avec les habitants d’In Salah qui entament leur dixième jour de protestation. Aujourd’hui 10 janvier, trois manifestations sont organisée à Ouargla, Adrar et à Metlili, dans la wilaya de Ghardaïa, pour dire non à l’exploitation du gaz de schiste et exprimer une solidarité avec les protestataires de In Salah qui poursuivent leur mouvement. A Ouargla, des dizaines de personnes ont répondu présent au rassemblement organisé devant la siège de l’APC par la structure locale du Comité national pour la défense des droits des chômeurs (CNDDC). Munis de banderoles et de pancartes, les participants ont exhorté les pouvoirs publics d’arrêter le forage expérimental pour extraire le gaz de schiste dans la région d’In Salah, a-t-on appris d’une source locale. La même ambiance est observée dans la ville d’Adar concernée également par l’exploitation du gaz de schiste. Des militants antischistes ont organisé ce matin une marche qui a drainé quelques dizaines de personnes. L’action se poursuit toujours. A Metlili, dans la wilaya de Ghardaïa, une foule importante sillonne en ce moment les rues de la ville pour dénoncer la décision du gouvernement de ne pas arrêter l’exploitation du gaz de schiste. Il y a lieu de préciser le rassemblement d’In Salah se poursuit toujours.

Younes Saadi Reporteur
Lire La Suite... RésuméleBloggers

La protestation anti-gaz de schiste entame sa 2e semaine Plusieurs manifestations aujourd’hui à travers le Sud


La mobilisation a atteint son summum, ce week-end, à In Salah, où la population s’est retrouvée durant toute la journée d’hier à la place de la daïra, baptisée, place de la Résistance, depuis que ce grand espace de sable ocre est devenu le symbole de la protestation de la population locale contre l’expérimentation du gaz de schiste à Dar Lahmar, 28 km au nord d’In Salah.

Entre pression et décompression, la journée de jeudi a été riche en rebondissements, houleuse et porteuse d’interrogations sur cette confrontation ouverte, quasiment inédite, entre la population d’une région donnée et le gouvernement à propos de ses choix, de sa politique, de ses projets ayant un impact environnemental qui suscite des appréhensions et des peurs aussi fortement exprimées par les habitants et qui s’y opposent avec force.
Toute la ville attendait sur le qui-vive l’issue de la confrontation directe entre ses 40 délégués et le ministre de l’Energie, arrivé en milieu de journée pour une rencontre, qui s’est soldée, rappelons-le, par une rupture du dialogue, le retrait des représentants de la société civile d’In Salah et le départ quasi instantané de la délégation officielle vers Alger.
Youcef Yousfi, venu présenter une politique énergétique, un programme d’action à l’horizon 2030, a presque accusé la population d’In Salah de freiner le développement futur de l’Algérie en s’opposant à la seule alternative génératrice de revenus et de souveraineté pour le siècle à venir. Plusieurs délégués ont pris la parole, pressant le représentant du gouvernement de se donner un délai de réflexion, d’organiser un débat national, sur la question du gaz de schiste en particulier, et les alternatives énergétiques de l’Algérie en général.
Abdelkader Bouhafs, représentant de l’association Shams In Salah, est revenu sur les risques encourus par les riverains des puits schisteux, évoquant particulièrement la peur qui hante les habitants qui gardent en mémoire les séquelles encore visibles des essais nucléaires français dans le Sahara algérien, le site d’In Eker étant à 100 km à peine de la ville, en plein massif de l’Ahaggar.
Moratoire
«Nous ne sommes pas égoïstes, monsieur le ministre, et encore moins indifférents à l’avenir du pays et des générations futures, nous pourrions l’être, ces ressources sont sous nos pieds, nous n’en profitons pas de toute façon, mais c’est un moratoire que nous vous demandons, comment pouvez-vous être aussi insensible à nos cris de détresse ?» Aucune des deux parties n’est arrivée à convaincre l’autre. La rupture du dialogue a été consommée et en restera là, en attendant sûrement d’autres médiations, peut-être un changement de position du gouvernement, une intervention providentielle du président de la République en personne que les gens d’In Salah espèrent en silence.
Cette absence du président Bouteflika, qu’In Salah pensait sensible à ses souffrances, malgré une politique catastrophique à l’égard des villes éloignées du sud du pays, notamment celles faisant partie du Sud utile, celui qui offre sans compter toutes ses richesses à la communauté nationale. Et voilà qu’une région comme In Salah, qui n’a, somme toute, pas demandé plus qu’un arrêt momentané des forages, un délai de réflexion, un moratoire, un débat national responsable et constructif, soit ainsi traitée.
Mobilisation
La population n’en revient pas. Beaucoup de manifestants espèrent que cette protestation soit suivie d’un effet bénéfique pour tous, les femmes en particulier se sont investies totalement, de la manière la plus complète, en poussant leurs hommes, leurs enfants à résister, à maintenir le pacifisme de cette protestation, à en tirer le meilleur profit.
C’est une image d’une ville entière, une population qui frôle les 55 000 habitants, unie conte le gaz de schiste. Et comme pour souligner encore plus et renforcer cette unité, la prière du vendredi a été unifiée. Elle a eu lieu en plein air à la place de la Résistance, où toute la ville s’est déplacée, laissant un peu de place à des groupes venus d’In Ghar, Iguestene et Tamanrasset.
Une unité confortée par des marques de sympathie et de soutien plus grand chaque jour. Les rangs des protestataires grossissent de jour en jour à In Salah et les villes environnantes. Jeudi soir, Ouargla, Adrar, El Ménéa, Illizi et Metlili annonçaient pour aujourd’hui des manifestations de soutien à la population d’In Salah. Le gaz de schiste cristallise la lutte pour l’émancipation du sud du pays, la mobilisation des citoyens est là pour le dire.
Houria Alioua Elwatan
Lire La Suite... RésuméleBloggers

La « prévoyance » pour étouffer la parole citoyenne

Les mesures  annoncées par la Directeur générale de la sûreté nationale pour sécuriser la région du sud sont drastiques. Les déclarations d’Abdelghani  Hamel suite aux manifestations pacifiques  d’In Salah  dévoilent  la nature de l’état d’esprit  des dirigeants et des responsables pour gérer la sécurité en Algérie.  Ce responsable annonce qu’à « titre préventif, nous avons pré-positionné des unités de maintien et de rétablissement de l’ordre à In Salah ». Par Larbi Mehdi
La police ne joue toujours pas son rôle républicain. Photo: Sidali/ New Press
Le maintien de l’ordre et de la sécurité demeurent  penser  avec  un esprit militaire. Dans le contenu du discours d’Abdelghani Hamel, le traitement des affaires civiles par la force produira sûrement la sécurité. Cette sécurité  est en rapport avec le nombre de policier, la multiplication d’unités  et  de leurs  engins  déployés  pour contrer et freiner  le développement de la  parole citoyenne des Algériens.
La méthode utilisée pour gérer la situation des affaires  civiles, à l’instar des manifestations d’In Salah, est le fruit d’un état d’esprit archaïque qui veut que  les problèmes de la société algérienne  soient réglés par la force.  Un mode de gestion inspirée d’une mentalité  guerrière  qui se soucie  de localiser  l’ennemi  pour l’éliminer.
Il faut dire que la  façon de voir les  problèmes  et la méthode envisagée pour  les traiter afin  de produire la sécurité  sont  similaires aux attitudes et aux comportements  déployés contre les bêtes et les animaux sauvages.
La « prévoyance »  que Monsieur Hamel utilise dans son discours doit être revue pour faire comprendre à la société que ce terme représente  bien un  outil parmi d’autres dans le management des relations sociales. En revanche, cet outil a été mis  en place pour  accompagner le comportement de l’homme afin de  lui permettre de construire  des expressions verbales compréhensives sur  l’environnement sociopolitique.
Il n’a jamais été pensé pour stopper la parole et étouffer les différentes formes de sa manifestation. Utiliser  la force  pour éradiquer  les manifestations qui prennent  les lieux publics comme espace  pour produire pacifiquement  la communication  avec les responsables politiques, exprime  un état d’esprit  dictatorial, qui ne cherche qu’à imposer  un « ordre » contraire à celui que la communauté souhaite instaurer.
L’ordre se construit par la communauté. Il  ne s’impose pas, mais il se discute et s’instaure grâce à l’acceptation de la majorité.  Les forces de l’ordre doivent protéger cet ordre, produit par la communauté  et non  pas soutenir  celui qui veut s’imposer  par la coercition.
L’ordre public est la conséquence des guerres  et des révoltes entre les classes fortes et les  classes faibles. Entre  la noblesse et  les esclaves. L’ordre de l’autorité royale et religieuse qui voulait s’imposer aux sujets a  fini par  sombrer dans les révoltes violentes et le  grand  débat entre philosophes, historiens et penseurs libres a mis en place une définition  universelle de l’ordre public.
Cet ordre est celui des citoyens qui naissent libres dans un régime démocratique.
La  police comme instrument de maintien de l’ordre public est investie pour  permettre aux relations  politiques de se développer  dans un environnement sécurisé grâce à la parole qui se manifeste librement  dans les lieux publics.
L’art,  le dessin, le théâtre et le cinéma  sont parmi ces instruments qui développent la parole et construisent  des expressions verbales compréhensives  de l’univers social.
Les manifestants d’In Salah exploitent des instruments modernes pour contester un ordre qui n’arrête pas de nuire à toute la société algérienne.  Bloquer ces types  de contestation sociale contribue au développement de l’ordre autoritaire et justifie toutes formes  d’extrémismes.
Dans ce sens, la police tue la liberté que chaque Algérien souhaite avoir. L’absence de cette liberté nous condamne à vivre dans la dépendance totale sans pouvoir se questionner sur le sens de notre vie sur terre.


M.L Impact24
Lire La Suite... RésuméleBloggers

vendredi 9 janvier 2015

En lisant l’article posté hier sur le blog de l’histoire et de la culture de Laghouat et relatif à l’inquiétante prévalence à travers cette wilaya des cancers, imputés à juste titre aux huiles askarel connues des initiés sous le nom d’huiles à base de polychlorobiphényle (PCB), ma conscience a aussitôt été fouettée par une aussi dramatique révélation qui mérite mon témoignage. Un témoignage qui pourrait – je m’engage à l’apporter si besoin est ; c’est pour moi un devoir sacré – servir d’atout aux victimes (ou à leurs ayant droit) de cette redoutable pathologie s’ils venaient à se constituer partie civile. Celui de l’ex wali de Laghouat (1984 – 1989), M. Abdellatif Bessayeh, pourrait, lui aussi, être requis dans cette éventualité. Au printemps de l’année 1987 (je ne me rappelle pas exactement du mois et du jour, car je ne suis pas parvenu à retrouver, présentement, trace des écrits de mon enquête sur le sujet), une source digne de foi ayant approché mon confrère du bureau APS de Médéa, m’informa dans l’urgence du convoiement depuis cette ville vers Laghouat d’un important chargement de transformateurs électriques de la SONELGAZ contenant des huiles askarel. Elle me fournit dans le détail le type de camion (un semi remorque), sa couleur et son immatricule et l’heure de son départ. Armé de ces informations j’ai, en tenant compte d’une moyenne pondérée de la vitesse de déplacement du véhicule estimée à 5O km/h, de la distance séparant Médéa de Laghouat, tablé sur une attente de dix heures. Prenant mes devants, à environ deux heures de l’arrivée probable du camion, je me suis rendu à l’entrée nord du pont de l’oued M’Zi pour guetter l’arrivée de ce dernier. Mes prévisions s’étaient avérées justes puisque, je n’ai pas eu longtemps à attendre. Un sourd vrombissement de poids lourd me parvint à l’oreille. Dans la voiture de service stationnée direction sud-sud, j’eu juste le temps de relever la tête du journal que je lisais, pour apercevoir un semi remorque s’engouffrant à grande vitesse dans le pont. Une course poursuite s’ensuivit. Ce n’est qu’au niveau du quartier « El Gouatine » que j’ai pu rattraper le camion. C’était bien lui. Sa course folle ne pouvait être autrement motivée que par quelque dessein de se débarrasser au plus vite de sa funeste cargaison. Chargé de plusieurs dizaines de transformateurs électriques reconnaissables à leur structure dentelée, il tanguait tout en projetant des giclées d’un liquide translucide sur le pare brise de mon véhicule. Ca collait fichtrement sur la lunette. Ni le liquide lave vitres ni les essuie glaces actionnés à la cadence « 3 », ne parvinrent à débarrasser les larges auréoles plaquées sur la lunette. Ma conviction fut des plus nettes. Mon informateur s’est avéré une source sûre. Les redoutables huiles askarel sont bien arrivées. Ceux qui ont décidé de s’en débarrasser pour les transférer jusqu’à Laghouat étaient-ils conscients du caractère criminel d’un tel forfait ? Me suis-je demandé. Mon inquiétude alla crescendo à mesure que je me remémorais les informations puisées, la veille dans l’encyclopédie « Larousse » alertant sur les effets extrêmement mortels de ce produit dont la dangerosité avait été découverte plusieurs années auparavant au Japon suite à l’ingestion par des villageois de riz mêlé, accidentellement, à des huiles askarel. A la sortie sud de Laghouat, le semi remorque vira, sans actionner le clignoteur, en direction de l’espace actuellement investi par la zone d’activité et de dépôt. Rattrapé à hauteur d’un grand hangar (celui de la Sonelgaz probablement), le chauffeur refusa de me fournir la moindre information se contentant de me rétorquer : « ana rajoul maamour ». Au district de la Sonelgaz j’eu droit au même mutisme. « Le chef est en mission », m’avait-on répondu. Je passe au bureau APS pour balancer, par télex, un flash urgent au siège central de l’APS avant d’entamer mon enquête. Mis au courant, le wali de Laghouat, M. Abdellatif Bessayeh à qui j’ai remis une copie du câble, semblait tomber des nues. Visiblement « paniqué » par l’information, il me sollicita afin de sursoir à l’envoi de mon enquête jusqu’à ce que la wilaya fasse la sienne par le biais d’une commission. Chose que j’ai totalement refusée puisque, le lendemain à l’ouverture du bureau j’ai envoyé pas moins de cinq dépêches copieusement documentées et recoupées à la centrale. Extrêmement sensible mon reportage a été mis sous embargo par l’APS qui en a référé aux hautes instances. Pour avoir bloqué sa transmission, je tiens jusqu’à ce jour rigueur au directeur général de notre agence d’information officielle auquel, d’ailleurs, je n’avais pas manqué de reprocher sa pusillanimité. Dommage qu’à cette époque la presse indépendante n’avait pas encore droit de cité. Autrement j’aurais pu, à mes risques et périls, le faire paraitre dans un quotidien comme celui d’El Watan où mes écrits sont toujours bien accueillis. Je regrette, également, de ne pas l’avoir fais entretemps, croyant que la cargaison de PCB avait été traitée selon les normes pour annihiler sa nocivité. Malheureusement ça n’a pas été le cas. Le blog de l’histoire et de la culture de Laghouat vient de le révéler hier (le jeudi 08/01/2014). Mais il n’est jamais trop tard. Peut-être que mon témoignage constituerait-il une amorce pour relancer des investigations plus poussées sur les ravages des askarels à travers le territoire national. Il me semble qu’ils sont nombreux mais Tus pour des raisons d’impuissance coupables des autorités. Dernièrement j’ai appris que des artisans activant dans la récupération des métaux ferreux s’adonnaient, sur les rivages de l’oued Hamiz, au moyen de chalumeaux, au décapage de vieux transformateurs électriques en cuivre contenant des résidus d’huile d’askarel. De quoi avoir froid dans le dos, quand on mesure l’accroissement exponentiel des nouveaux cas de cancer enregistrés chaque année dans l’est algérois. Les effluents qui se jettent dans les barrages de cette zone ne constituent-ils pas une réelle menace d’intrusion des PCB dans les adductions d’eau potable (AEP) ? Il convient de le vérifier au plus vite. Pour revenir au scénario du transfert des équipements de la Sonelgaz gorgés d’huiles askarel de Médéa à Laghouat, il convient de préciser que la wilaya avait, suite à mon alerte, provoqué un branle bas de combat pour parer au plus urgent : confiner les huiles mortelles dans des sarcophages en béton armé enterrés dans un lieu situé au sud de la ville. Mais depuis, celle-ci a connu une fulgurante expansion urbaine dans cette direction. Que sont devenus les sarcophages ? N’auraient-ils pas été exhumés ou même éventrés par des travaux de terrassement généralement menés à la hussarde. Les PCB ne se seraient-ils pas infiltrés dans les nappes phréatiques ? Autant de questions qui méritent des réponses rapides. Les huiles askarel tuent pernicieusement. Pour s’en convaincre il n’y a qu’à lire l’article joint à cette contribution. Personnellement, je doute fort que les mesures qui y sont recommandées, aient été suivies à la lettre. M.S.L *Ancien correspondant permanent de l’APS à Laghouat Les huiles askarel : hautement cancérigènes (in le Quotidien d’Oran) Les huiles askarel, connues des initiés sous le nom d'huiles à base de polychlorobiphénile (P.C.B.), si elles ne représentent pour le commun des citoyens qu'une vague idée de danger, constituent par contre pour les autorités une préoccupation de premier plan. Comme nous le dira M.Ramdani Toufik, ingénieur d'Etat chargé du dossier PCB à la direction de l'environnement de Constantine, c'est un produit hautement cancérigène, surtout en cas d'incendie, dès lors que les émanations de fumée peuvent mener toute une population à une véritable catastrophe. Et les propos de notre interlocuteur sont loin d'être emprunts d'alarmisme: preuve en est le décret présidentiel numéro 87-182 du 18 août 1987 qui réglemente d'une manière on ne peut plus stricte les conditions d'exploitation, d'utilisation, de manipulation, de transport, de stockage des huiles askarel, des équipements qui en contiennent et des matériaux contaminés par ce produit. Reste à savoir dans quelle mesure dans notre pays ces conditions, draconiennes, faut-il le souligner, d'exploitation, d'utilisation et de stockage sont respectées. En tout cas, selon nos informations, les autorités centrales et particulièrement le ministère de l'Environnement et de l'Aménagement du territoire sont passés à une vitesse supérieure pour faire désormais l'économie de stockage de ce produit et le danger potentiel qu'il représente. En effet, décision a été prise de recourir aux services d'une entreprise française de dimension internationale spécialisée dans le traitement des polluants dangereux, particulièrement l'amiante et les polychlorobiphéniles (PCB). Cette entreprise française, COFAL en l'occurrence, comme le souligne M.Ramdani, a répondu aux sollicitations du ministère de l'Environnement pour se charger de recenser au niveau des 48 wilayas du pays les postes PCB en rébus, de les démanteler puis de les exporter vers la France et la Belgique où ils seront incinérés dans des unités spécialisées d'incinération. Cette entreprise, avec son partenaire Europlasma, propose des solutions de traitement de déchets solides et utilise des moyens technologiques afin d'éviter l'enfouissement en décharge. Il faut savoir que depuis le début des années 90, dans chaque wilaya, un comité askarel a été installé. Il est composé de représentants de la direction de l'environnement, de la santé, de la protection civile et de la Sonelgaz. Son rôle reste évidemment de veiller au grain. Par exemple, si les équipements électriques contenant les PCB qui sont en fonction font l'objet d'un entretien régulier ou encore si des équipements en rébus sont stockés en toute sécurité. En ce sens, il y a lieu de souligner que seules certaines réparations sont autorisées sur les équipements en question. En tout cas, celles qui ne nécessitent pas la vidange totale ou partielle de l'huile askarel et surtout d'opération de soudure. Ceci pour dire que la manipulation de ce genre d'appareil reste à hauts risques. Selon le responsable au niveau de la direction de l'environnement, M.Ramdani Toufik, dans la wilaya de Constantine, l'entreprise française a recensé 100 transformateurs mis en rébus et stockés dans différents secteurs d'activité. C'est ainsi que COFAL a recensé 7 transformateurs dans le secteur de la santé, 1 transformateur dans celui de l'éducation, 5 autres à l'université. Dans le secteur de l'agriculture, l'entreprise française a recensé 2 transformateurs, 3 autres dans le secteur des collectivités locales et enfin 22 dans le secteur de la défense nationale. Le recensement a également touché le secteur des transports avec 14 transformateurs et 3 dans le secteur des communications. Il reste en dernier lieu à signaler que le secteur de l'industrie compte près de 40 transformateurs recensés par COFAL. Durant une première phase, apprend-on de M.Ramdani, l'entreprise française a collecté 55 transformateurs qui ont été vidangés, confinés dans des conteneurs spéciaux (big bag) et expédiés en Europe pour incinération. Cette opération, qui a été effectuée à Constantine, l'aura été également dans les autres wilayas du pays. En attendant l'actualisation du dernier recensement, il reste près de 45 transformateurs usagés à Constantine qui feront l'objet d'une expédition vers l'Europe dans une seconde phase, qui devra intervenir prochainement. Nous saurons en ce sens qu'un avis d'appel d'offres international a été lancé par le ministère de l'Environnement et de l'Aménagement du territoire pour l'enlèvement et l'incinération des transformateurs en rébus.

En lisant l’article posté hier sur le blog de l’histoire et de la culture de Laghouat et relatif à l’inquiétante prévalence  à travers cette wilaya des cancers, imputés à juste titre aux huiles askarel connues des initiés sous le nom d’huiles à base de polychlorobiphényle (PCB), ma conscience a aussitôt été fouettée par une aussi dramatique révélation qui mérite mon témoignage. Un témoignage qui pourrait – je m’engage à l’apporter si besoin est ; c’est pour moi un devoir sacré – servir d’atout aux victimes (ou à leurs ayant droit) de cette redoutable pathologie s’ils venaient à se constituer partie civile. Celui de l’ex wali de Laghouat (1984 – 1989), M. Abdellatif Bessayeh, pourrait, lui aussi, être requis dans cette éventualité.
Au printemps de l’année 1987 (je ne me rappelle pas exactement du mois et du jour, car je ne suis pas parvenu à retrouver, présentement, trace des écrits de mon enquête sur le sujet), une source digne de foi ayant approché mon confrère du bureau APS de Médéa, m’informa dans l’urgence du convoiement depuis cette ville vers Laghouat d’un important chargement de transformateurs électriques de la SONELGAZ contenant des huiles askarel. Elle me fournit dans le détail le type de camion (un semi remorque), sa couleur et son immatricule et l’heure de son départ. Armé de ces informations j’ai, en tenant compte d’une moyenne pondérée de la vitesse de déplacement du véhicule estimée à 5O km/h, de la distance séparant Médéa de Laghouat, tablé sur une attente de dix heures. Prenant mes devants, à environ deux heures de l’arrivée probable du camion, je me suis rendu à l’entrée nord du pont de l’oued M’Zi pour guetter l’arrivée de ce dernier. Mes prévisions s’étaient avérées justes puisque, je n’ai pas eu longtemps à attendre. Un sourd vrombissement de poids lourd me parvint à l’oreille. Dans la voiture de service stationnée direction sud-sud, j’eu juste le temps de relever la tête du journal que je lisais, pour apercevoir un semi remorque s’engouffrant à grande vitesse dans le pont. Une course poursuite s’ensuivit. Ce n’est qu’au niveau du quartier « El Gouatine » que j’ai pu rattraper le camion. C’était bien lui. Sa course folle ne pouvait être autrement motivée que par quelque dessein de se débarrasser au plus vite de sa funeste cargaison. Chargé de plusieurs  dizaines de transformateurs électriques reconnaissables à leur structure dentelée, il tanguait tout en projetant des giclées  d’un liquide translucide sur le pare brise de mon véhicule. Ca collait fichtrement sur la lunette. Ni le liquide lave vitres ni les essuie glaces actionnés à la cadence « 3 », ne parvinrent à débarrasser les larges auréoles plaquées  sur la lunette. Ma conviction fut des plus nettes. Mon informateur s’est avéré  une source sûre. Les redoutables huiles askarel sont bien arrivées. Ceux qui ont décidé de s’en débarrasser pour les transférer jusqu’à Laghouat étaient-ils conscients du caractère criminel d’un tel forfait ? Me suis-je demandé. Mon inquiétude alla crescendo à mesure que je me remémorais les informations puisées, la veille dans l’encyclopédie « Larousse » alertant  sur les effets extrêmement mortels de ce produit dont la dangerosité avait été découverte plusieurs années auparavant au Japon suite à l’ingestion par des villageois de riz mêlé, accidentellement, à des huiles askarel.
 
 
 
A la sortie sud de Laghouat, le semi remorque vira, sans actionner le clignoteur, en direction de l’espace actuellement investi par la zone d’activité et de dépôt. Rattrapé à hauteur d’un grand hangar (celui de la Sonelgaz probablement), le chauffeur refusa de me fournir la moindre information se contentant de me rétorquer : « ana rajoul maamour ». Au district de la Sonelgaz j’eu droit au même mutisme. « Le chef est en mission », m’avait-on répondu. Je passe au bureau APS pour balancer, par télex, un flash urgent au siège central de l’APS avant d’entamer mon enquête. Mis au courant, le wali de Laghouat, M. Abdellatif Bessayeh à qui j’ai remis une copie du câble, semblait tomber des nues. Visiblement « paniqué » par l’information, il me sollicita afin de sursoir à l’envoi de mon enquête jusqu’à ce que la wilaya fasse la sienne par le biais d’une commission. Chose que j’ai totalement refusée puisque, le lendemain à l’ouverture du bureau j’ai envoyé pas moins de cinq dépêches copieusement documentées et recoupées à la centrale. Extrêmement sensible mon reportage a été mis sous embargo par l’APS qui en a référé aux hautes instances. Pour avoir bloqué sa transmission,  je tiens jusqu’à ce jour rigueur au directeur général de notre agence d’information officielle auquel, d’ailleurs, je n’avais pas manqué de reprocher sa pusillanimité. Dommage qu’à cette époque la presse indépendante n’avait pas encore droit de cité. Autrement j’aurais pu, à mes risques et périls, le faire paraitre dans un quotidien comme celui d’El Watan où mes écrits sont toujours bien accueillis. Je regrette, également, de ne pas l’avoir fais entretemps, croyant que la cargaison de PCB avait été traitée selon les normes pour annihiler sa nocivité. Malheureusement ça n’a pas été le cas. Le blog de l’histoire et de la culture de Laghouat vient de le révéler hier (le jeudi 08/01/2014). Mais il n’est jamais trop tard. Peut-être que mon témoignage constituerait-il une amorce pour relancer des investigations plus poussées sur les ravages des askarels à travers le territoire national. Il me semble qu’ils sont nombreux mais Tus pour des raisons d’impuissance coupables des autorités. Dernièrement j’ai appris que des artisans activant dans la récupération des métaux ferreux s’adonnaient, sur les rivages de l’oued Hamiz, au moyen de chalumeaux, au décapage de vieux transformateurs électriques en cuivre contenant des résidus d’huile d’askarel. De quoi avoir froid dans le dos, quand on mesure l’accroissement exponentiel des nouveaux cas de cancer enregistrés chaque année dans l’est algérois. Les effluents qui se jettent dans les barrages de cette zone ne constituent-ils pas une réelle menace d’intrusion des PCB dans les adductions d’eau potable (AEP) ? Il convient de le vérifier au plus vite.
Pour revenir au scénario du transfert des équipements de la Sonelgaz gorgés d’huiles askarel de Médéa à Laghouat, il convient de préciser que la wilaya avait, suite à mon alerte, provoqué un branle bas de combat pour parer au plus urgent : confiner les huiles mortelles dans des sarcophages en béton armé  enterrés dans un lieu situé au sud de la ville. Mais depuis, celle-ci a connu une fulgurante expansion urbaine dans cette direction. Que sont devenus les sarcophages ? N’auraient-ils pas été exhumés ou même éventrés par des travaux de terrassement généralement menés à la hussarde. Les PCB ne se seraient-ils pas infiltrés dans les nappes phréatiques ? Autant de questions qui méritent des réponses rapides. Les huiles askarel tuent pernicieusement. Pour s’en convaincre il n’y a qu’à lire l’article joint à cette contribution. Personnellement, je doute fort que les mesures qui y sont recommandées, aient été suivies à la lettre. M.S.L
                                                                                                                                                                                               *Ancien correspondant permanent de l’APS à Laghouat
 
 
Les huiles askarel : hautement cancérigènes (in le Quotidien d’Oran) 
 
 
Les huiles askarel, connues des initiés sous le nom d'huiles à base de polychlorobiphénile (P.C.B.), si elles ne représentent pour le commun des citoyens qu'une vague idée de danger, constituent par contre pour les autorités une préoccupation de premier plan.

Comme nous le dira M.Ramdani Toufik, ingénieur d'Etat chargé du dossier PCB à la direction de l'environnement de Constantine, c'est un produit hautement cancérigène, surtout en cas d'incendie, dès lors que les émanations de fumée peuvent mener toute une population à une véritable catastrophe. Et les propos de notre interlocuteur sont loin d'être emprunts d'alarmisme: preuve en est le décret présidentiel numéro 87-182 du 18 août 1987 qui réglemente d'une manière on ne peut plus stricte les conditions d'exploitation, d'utilisation, de manipulation, de transport, de stockage des huiles askarel, des équipements qui en contiennent et des matériaux contaminés par ce produit.

Reste à savoir dans quelle mesure dans notre pays ces conditions, draconiennes, faut-il le souligner, d'exploitation, d'utilisation et de stockage sont respectées. En tout cas, selon nos informations, les autorités centrales et particulièrement le ministère de l'Environnement et de l'Aménagement du territoire sont passés à une vitesse supérieure pour faire désormais l'économie de stockage de ce produit et le danger potentiel qu'il représente. En effet, décision a été prise de recourir aux services d'une entreprise française de dimension internationale spécialisée dans le traitement des polluants dangereux, particulièrement l'amiante et les polychlorobiphéniles (PCB).

Cette entreprise française, COFAL en l'occurrence, comme le souligne M.Ramdani, a répondu aux sollicitations du ministère de l'Environnement pour se charger de recenser au niveau des 48 wilayas du pays les postes PCB en rébus, de les démanteler puis de les exporter vers la France et la Belgique où ils seront incinérés dans des unités spécialisées d'incinération. Cette entreprise, avec son partenaire Europlasma, propose des solutions de traitement de déchets solides et utilise des moyens technologiques afin d'éviter l'enfouissement en décharge.

Il faut savoir que depuis le début des années 90, dans chaque wilaya, un comité askarel a été installé. Il est composé de représentants de la direction de l'environnement, de la santé, de la protection civile et de la Sonelgaz. Son rôle reste évidemment de veiller au grain. Par exemple, si les équipements électriques contenant les PCB qui sont en fonction font l'objet d'un entretien régulier ou encore si des équipements en rébus sont stockés en toute sécurité. En ce sens, il y a lieu de souligner que seules certaines réparations sont autorisées sur les équipements en question. En tout cas, celles qui ne nécessitent pas la vidange totale ou partielle de l'huile askarel et surtout d'opération de soudure. Ceci pour dire que la manipulation de ce genre d'appareil reste à hauts risques.

Selon le responsable au niveau de la direction de l'environnement, M.Ramdani Toufik, dans la wilaya de Constantine, l'entreprise française a recensé 100 transformateurs mis en rébus et stockés dans différents secteurs d'activité.
 C'est ainsi que COFAL a recensé 7 transformateurs dans le secteur de la santé, 1 transformateur dans celui de l'éducation, 5 autres à l'université. Dans le secteur de l'agriculture, l'entreprise française a recensé 2 transformateurs, 3 autres dans le secteur des collectivités locales et enfin 22 dans le secteur de la défense nationale. Le recensement a également touché le secteur des transports avec 14 transformateurs et 3 dans le secteur des communications. Il reste en dernier lieu à signaler que le secteur de l'industrie compte près de 40 transformateurs recensés par COFAL.

Durant une première phase, apprend-on de M.Ramdani, l'entreprise française a collecté 55 transformateurs qui ont été vidangés, confinés dans des conteneurs spéciaux (big bag) et expédiés en Europe pour incinération. Cette opération, qui a été effectuée à Constantine, l'aura été également dans les autres wilayas du pays. En attendant l'actualisation du dernier recensement, il reste près de 45 transformateurs usagés à Constantine qui feront l'objet d'une expédition vers l'Europe dans une seconde phase, qui devra intervenir prochainement. Nous saurons en ce sens qu'un avis d'appel d'offres international a été lancé par le ministère de l'Environnement et de l'Aménagement du territoire pour l'enlèvement et l'incinération des transformateurs en rébus. 

Lire La Suite... RésuméleBloggers

In Salah : Le combat citoyen pour dépasser le folklore


La colère des habitants d’In Salah vis-à-vis de l’exploitation du gaz de schiste, née du traumatisme des essais nucléaires français, de la conscience, de la fragilité de l’écosystème saharien et d’un sentiment d’injustice socioéconomique, n’explique pas, à elle seule, le large mouvement de contestation. Décryptage.

Et si l’avenir de la mobilisation citoyenne se dessinait dans le Grand-Sud ? Le dynamisme structuré, savamment médiatisé à travers les réseaux sociaux, mené par une élite émergente, comme on l’a vu de Djelfa à Tamanrasset, de Tindouf à, récemment, In Salah, a de quoi interpeller. Pourquoi et comment le Sud se réveille-t-il à travers une société civile qui n’a rien de folklorique ni de corrompue ?
«Il y a un dénominateur commun entre tous les mouvements de contestation dans le Sud, explique Houria Alioua, journaliste d’El Watan à Ouargla, qui a suivi pendant près de quinze ans l’évolution du militantisme, notamment le combat des chômeurs. Il s’agit d’une reconquête de la citoyenneté, car les habitants de ces régions se sentent marginalisés.
C’est un sentiment profond. Ils sont d’ailleurs très attachés à leur histoire, surtout les plus jeunes. Ils y trouvent de quoi s’affirmer davantage et dépasser cette image folklorique du Targui enturbanné qui danse autour d’un feu. Ils sont choqués qu’on mette de côté par exemple la lutte anticolonialiste dans le Sud.»
A l’origine du ras-le-bol : un sentiment de marginalisation généré par un mode de gouvernance non participatif et clientéliste, et exaspéré dans le Sud par l’éloignement et l’isolement de ceux qui vivent et travaillent là-bas, si loin du centre du pouvoir, Alger. «Le pouvoir, depuis l’indépendance, a reproduit vis-à-vis du Sud, une gestion centrale néocolonialiste, anthropologique même, analyse le sociologue Nacer Djabi. On parlait des ‘‘sages gens du Sud’’ qui, contrairement aux autres régions, ne réclamaient rien ou le minimum. Et il suffit, dans la mentalité des décideurs, de parler à des notables locaux pour calmer les choses.
Or, ce qu’a réalisé l’Etat-nation, en termes de scolarisation et d’accès à l’université et aux mass-media, a complètement changé la donne : l’élite s’est formée, tardivement, mais elle est là pour encadrer les mouvements de contestation, et le pouvoir n’a plus en face des notables qu’il peut corrompre avec une omra ! C’est avec cette nouvelle société qu’il faut négocier et non pas avec des notables déconnectés des réalités, on a vu d’ailleurs le résultat catastrophique à Ghardaïa.»

Visibilité
Lors d’un mouvement de protestation à Ménéa en 2013, une jeune de la ville témoignait : «Nous sommes diplômés, nous connaissons nos droits, nous savons parler aux responsables : quand on rentre dans leurs bureaux, ils se tiennent la tête, parce qu’on leur parle avec des documents, en citant des lois, des directives, des informations précises… On ne nous amadoue pas avec un projet ou un dossier de logement !» Yacine Zaïd, militant des droits de l’homme, qui documente sur le web les différentes luttes sociales dans le pays, précise : «Cette évolution est à mettre aussi en parallèle avec deux facteurs : la structuration des mouvements et internet.
Il y a dix ans, les chômeurs de Hassi Messaoud ou de Ouargla coupaient les routes et incendiaient des pneus, mais ils en avaient assez d’être traités de voyous et de casseurs, alors ils ont commencé à se structurer, à s’organiser en un mouvement pacifiste avec une visibilité dans les médias et sur facebook, et maintenant, plusieurs mouvements dans le Sud et ailleurs suivent la même logique.»
Sur internet, sans tomber dans le romantisme de la révolution 2.0, la présence des mouvements et des forums de jeunes ou d’actions collectives a donné de la visibilité aux problématiques du développement au Sud et permis une interaction entre différents segments de la société.
«Nous sommes si loin d’Alger et des grands médias, privés ou gouvernementaux, il ne nous reste qu’internet, explique Si Ahmed, activiste de Timiaouine (à 1800 km au sud d’Alger), que ce soit pour demander des dons pour une école coranique ou pour dénoncer la situation de détresse des familles après les crues de l’été, facebook nous permet de passer nos messages et de toucher plus de monde.»
«Dix ou quinze ans après, je suis surpris par les avancées des militants dans les régions du Sud, leur maîtrise d’internet et des relais avec les ‘‘grands’’ médias et surtout, leur stricte structuration quand on voit que dans les manifestations, on charge des militants d’éviter tout débordement», note Yacine Zaïd.
«J’espère me tromper, poursuit-il, mais si ces jeunes, qui militent un peu partout dans le Sud, trouvent que leur combat pacifique ne mène à rien devant l’autisme du pouvoir, alors la situation est ouverte sur des dérapages, des violences, ce qui arrange le pouvoir d’ailleurs.» Des dérives qui se sont déjà produites, avec la radicalisation du Mouvement des enfants du Sud...
Adlène Meddi Elwatan
Lire La Suite... RésuméleBloggers

mardi 6 janvier 2015

Mohad Kasmi, militant anti-gaz de schiste : « Sellal doit venir à In Salah »

Une vague de protestation a éclaté le 1er janvier dans la région d’In Salah pour dénoncer l’exploitation du gaz de schiste. Qu’en est-il de l’adhésion de la population ?
Le mouvement ne cesse de prendre de l’ampleur. Aujourd’hui (lundi), des milliers de personnes se sont rassemblées à In Salah. Elles sont venues des wilayas de Tamanrasset et d’Adrar, notamment d’Aoulef, de Tit et d’In Ghar. Il suffit de voir les photos publiées sur les réseaux sociaux pour constater l’ampleur de cette adhésion.
Pourquoi ce mouvement a-t-il prit forme aussi subitement ?
Faux, ce mouvement n’est pas récent. Personnellement, j’ai lancé la première manifestation contre l’exploitation de gaz de schiste dès l’adoption de la loi sur les Hydrocarbures en 2013. Il ne faut surtout pas croire que les habitants de la région ne se sont pas intéressés à cette problématique. Nous avons suivi, étape par étape, cette histoire de gaz de schiste. Depuis le premier jour où son exploitation a été évoquée en Conseil des Ministres jusqu’à l’adoption de la loi sur les Hydrocarbures. Un groupe de jeune a pris l’initiative de parler aux gens des dangers que représente cette industrie sur les hommes et la nature. Les gens du sud sont sages, mais ils ne sont pas dupes. Cette problématique a suscité un réel débat. Le mouvement est entré dans une phase de protestation car les autorités sont passées à l’acte avec ce premier forage réalisé à In Salah.
Quelle a été la réaction des autorités face à la protestation ?
Je pense que les responsables locaux n’ont pas très bien compris. Le premier jour, lorsque nous avions bloqué la Route nationale 1, ils ont tenté d’apaiser la situation en annonçant qu’une correspondance allait être adressée à Alger. Les manifestants ont bien fait comprendre au Chef de daïra qu’ils exigeaient l’arrêt immédiat du forage pilote. Puis il y a eu l’intervention musclée des gendarmes qui ont procédé à quelques arrestations. Mais il me semble que les autorités commencent à prendre conscience de la gravité de la situation puisque le wali de Tamanrasset est arrivé aujourd’hui à In Salah à bord d’un hélicoptère de l’armée. Cependant, les manifestants ont pris la décision de ne discuter qu’avec le Premier ministre. Il est hors de question que nous discutions avec un autre responsable qu’Abdelmalek Sellal.
Vous pensez avoir la force nécessaire pour imposer au gouvernement de mettre un terme à son programme d’exploitation de gaz de schiste ?
Nous sommes avant tout réalistes. Nous savons que le gouvernement va tout entreprendre pour mettre un terme au mouvement de protestation. Les responsables vont sûrement développer un discours populiste pour tenter de nous rassurer puis de nous amadouer. Encore une fois, nous exigeons l’interdiction de l’exploitation du gaz de schiste et cela doit être officialisé par un décret présidentiel.
Les députés et les sénateurs des wilayas du Sud ont voté pour la loi sur les Hydrocarbures qui autorise l’exploitation du gaz de schiste. Finalement, ces parlementaires sont allées contre la volonté des citoyens qui ont voté pour eux ?
Effectivement, je pense que les parlementaires sont dans une situation très embarrassante. Aujourd’hui, ils se contentent juste de dire que le gouvernement doit expliquer à la population quels sont les risques et les enjeux de l’exploitation des énergies non-conventionnelles. Ils reprochent au gouvernement son incapacité à communiquer.
Mais ces parlementaires ont adopté la loi sur les Hydrocarbures…
Parfaitement, ils sont piégés car ils ne peuvent pas dire aux habitants de la région qu’ils n’étaient pas au courant du programme d’exploitation. Voilà pourquoi ils sont rejetés par les protestataires.
Il faut reconnaître que ce mouvement est inédit. Peut-on dire que c’est un indicateur sur le degré de maturité citoyenne des habitants des wilayas du Sud ?
Je fais partie de ceux qui revendiquent depuis plusieurs années une plus grande représentativité des habitants de nos régions au niveau central. A Alger, les responsables doivent comprendre que les nouvelles technologies ont imposé une forme de démocratie. En termes de prise de conscience et de maturité politique et citoyenne, toutes les régions sont sur le même pied d’égalité. Il est vrai que les wilayas du Sud ont été tenues loin de toutes les formes d’idéologies politiques imposées au lendemain de l’indépendance et jusqu’aux années 90. Les habitants du Sud ont eu une forme de répit. Mais cela s’est fait au détriment de leurs droits de citoyens. Actuellement, nous sommes dans une phase de réappropriation de notre citoyenneté. Je pense que dans le Nord, il existe une réelle crise de confiance, les habitants sont incapables de se fédérer autour d’une initiative. C’est le résultat de crises multiples. Nous ne subissons pas ce phénomène car, notre engagement en tant que citoyen est récent, totalement vierge. Auparavant, les élus et les notables étaient les seules personnes reconnues par les autorités. La donne est en train de changer.
Vous pensez que les autorités sont surprises par ce sursaut ?
Certainement. Mais je pense que les responsables ne nous ont pas pris au sérieux. Voilà plus d’une année qu’ils sont au courant de nos intentions, de notre opposition à ce projet d’exploitation à hauts risques. Ils n’ont rien vu venir car, ils nous ont sous-estimés.

T.H.Impact24
Lire La Suite... RésuméleBloggers